Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

[Billet d'humour] Ça chatouille ou ça gratouille (partie 2) ?

Publié par le - mis à jour à
[Billet d'humour] Ça chatouille ou ça gratouille (partie 2) ?
© Dron-foto.de

La CIA produit tous les ans un rapport sur l'état du monde, avec plein de questions intéressantes dedans. Alors, pourquoi nous autres acheteurs, quand nous imaginons l'avenir de la fonction, nous faisons plutôt de la prospective tendancielle que disruptive ?

Je m'abonne
  • Imprimer

Eh oui, mes amis, je vous ai raconté lors du dernier épisode (lire Ca chatouille ou ça gratouille - partie 1) comment je me suis retrouvé un vendredi soir avec Gros-René à parler de prospective sur la fonction achats, dans l'arrière-salle du bar-tabac de la place de l'église... Et où nous avons évoqué la différence entre une prospective tendancielle et une prospective disruptive. La discussion se tint jusque fort tard ce jour-là, Gros-René travaillant de midi à minuit, suivant son expression favorite.

Pour la prospective tendancielle, c'est très simple : il suffit d'extrapoler le passé et d'en tirer des tendances. Oui, on sait tous que les acheteurs vont devenir plus "digitaux" (même si on ne comprend pas toujours très bien ce que ça veut dire dans la pratique), empreints de RSE (aka CSR, aka ESG), toujours plus focalisés sur le TCO (avec une définition à géométrie variable suivant les entreprises, c'est le grand charme du concept), et grands architectes de la relation fournisseurs. On n'a qu'à extrapoler tout ce qu'on nous dit, et on voit bien la tendance.

La prospective disruptive, par définition, c'est quand on se pose des questions a priori incongrues : "et si... ? et si... ? et si ?". Même des gens très sérieux font ça : notre ministère des Armées a engagé des écrivains de science-fiction ("Red Team" pour imaginer les menaces du futur... La CIA produit tous les ans un rapport sur l'état du monde, avec plein de questions intéressantes dedans. Alors, pourquoi nous autres acheteurs, quand nous imaginons l'avenir de la fonction, nous faisons plutôt de la prospective tendancielle que disruptive ?

Gros-René me regardait avec les mêmes yeux que le chat d'Alice au Pays des Merveilles : "Et si les achats n'allaient finir par devenir qu'une sous-discipline de la supply chain ?... Et si la transition écologique allait dévoiler les failles des paradigmes imaginés pour l'industrie automobile, qui passent encore maintenant pour un benchmark ?... Et si l'Intelligence Artificielle, à force de processer la fonction, allait lui faire passer un prochain cap ?... Et si on s'était trompé en parlant de digitalisation de la fonction, en confondant l'objectif et les moyens ?... Et si on avait confondu relocalisation et réindustrialisation ?... Et si, et si, et si...".

Par Firmin de Montalembert.... un directeur achats Groupe anonyme, qui dissimule généralement son espièglerie sous un masque de grand sérieux

Lire d'autres chroniques de Firmin (mais ce ne sont que des exemples, il y en a plein d'autres sur notre site !):


Léopold ne manque pas d'énergie

Le syndrome de Cost Down : soignez-vous !

Le brouillard de la guerre : roulez, carrosses !

Les plaisirs démodés

Hibernatus : un acheteur congelé, ça fait trop mal

"Et leur sentence est irrévocable !"

Matières premières : le retour de Pif le Chien

La Starmania des success fees

Vaccinologie des achats

Ethique et toc

Car c'est notre projet (dans les achats)

Responsable, mais pas coupable


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande