En ce moment En ce moment

[Billet d'humour] Sarah Connor: difficile d'aller frapper à sa porte pendant le reconfinement

Publié par le - mis à jour à
[Billet d'humour] Sarah Connor: difficile d'aller frapper à sa porte pendant le reconfinement

C'est reparti pour un nouveau tour de manège : veiller au besoin en fond de roulement des fournisseurs (ce qui ne passe pas que par les conditions de paiement, mais aussi par la qualité des prévisions de nos amis de la supply chain!), anticiper les appels d'offres, et surtout...

Je m'abonne
  • Imprimer

Eh oui mes amis, c'est comme dans Terminator : Firmin revient et il n'est pas content !

Depuis cette crise sanitaire, la tâche n'a pas été aisée...

Au tout début, on a vu réapparaître quelques bons vieux réflexes de demandes sauvages de baisse des prix auprès des fournisseurs (réplique culte de Terminator : "je veux tes vêtements, tes bottes et ta moto"). Après, on a eu le yoyo sur les conditions de paiement ("maintenant, je sais pourquoi tu pleures"). Là, pour le coup, on n'y était pas pour grand-chose, aux achats mais bon, ça faisait toujours ça de plus (ou de moins, comme on voudra) pour les fournisseurs.

Et puis sont venus les PGE, les reports de dettes fiscales et sociales, l'augmentation des seuils dans les marchés publics, et tutti quanti quand ce n'était pas trop tard ("Hé mec. Qu'est-ce qui pue comme ça ? Un chat crevé ?").

Alors oui, avec le reconfinement, nous n'aurons pas le plaisir de voir dans nos rues l'ancien gouverneur de Californie à cheval sur sa moto à la recherche de Sarah Connor. Il serait sans doute arrêté par notre maréchaussée, faute d'attestation de déplacement... Et reconduit à l'hôpital du haut de ses 73 balais, après sa dernière opération du coeur.

Pour autant, il paraît que "la guerre est déclarée", pas contre les machines mais contre le Coronavirus. La famille Connor, rangée des voitures, peut donc dormir sur ses deux oreilles. Mais nous autres acheteurs, qu'est-ce qu'on va pouvoir y faire, à cette guerre-là?

Eh bien, c'est reparti pour un nouveau tour de manège : veiller au besoin en fond de roulement des fournisseurs (ce qui ne passe pas que par les conditions de paiement, mais aussi par la qualité des prévisions de nos amis de la supply chain!), reprendre encore et encore une communication proactive, anticiper les appels d'offres et surtout rendre enfin plus agiles nos procédures. Ça en fait, du pain sur la planche !

"The future is not set. There is nothing but what we make for ourselves"

Hasta la vista, baby !


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Firmin de Montalembert

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet