En ce moment En ce moment

[Billet d'humeur] Si seulement Ricardo avait eu des cotons tiges recyclables...

Publié par le - mis à jour à
[Billet d'humeur] Si seulement Ricardo avait eu des cotons tiges recyclables...

Cochonnet m'a tout bien expliqué: si vous habitez dans un pays plein de champs de coton, de bois et d'eau, vous avez un avantage majeur pour produire des cotons tiges à bâtonnets recyclables en papier. Evident ! Si d'autres s'y essaient : gare à eux...

Je m'abonne
  • Imprimer

Comme on s'intéresse tous beaucoup à l'économie en ce moment, j'avoue ne pas avoir résisté à la tentation d'avoir une discussion approfondie sur le sujet avec mon tout nouvel ami Cochonnet (cf. rubrique précédente: La Boule et le Cochonnet me donnent un cours de comptabilité !).

Je dois bien avouer, ô lecteur, qu'à mes yeux, Cochonnet est la réincarnation de mon ancien professeur de macroéconomie, du temps de ma folle jeunesse: brillant X-Mines-MIT qui avait sévi au cabinet du "meilleur économiste de France"... C'est dire si j'ai une confiance absolue et totale en Cochonnet !

Tout de suite, je l'ai questionné sur la relocalisation des achats, forcément ! L'énigmatique Cochonnet m'a répondu du tac au tac : "Mon bon vieux Firmin, te souviens-tu seulement de mes cours sur David Ricardo ?". Là, je me suis gratté la tête. David Ricardo : un joueur de foot ? L'inventeur d'une marque de pastis ? Le président d'honneur du Collège National d'Audioprothèse ?

Zéro sur vingt, Firmin, comme d'habitude ! Après compulsation fébrile de mes vieux cours, je peux vous l'affirmer maintenant: David Ricardo est un économiste né en 1772 et mort en 1823 à 51 ans d'une otite... Comme dirait Nabilla : "Non mais, allô, David, t'es un garçon, et t'as même pas un coton-tige pour te nettoyer les oreilles ?".

Holà Nabilla, et qu'est-ce qu'il nous dit d'abord, ce bon vieux David? Dans ses "principes de l'économie politique et de l'impôt", il théorise sur ce qu'on appelle "les avantages comparatifs et absolus" et sur l'équivalence ricardienne, plus tard reprise sous le nom d' "effet Ricardo-Barro".

Cochonnet m'a tout bien expliqué: si vous habitez dans un pays plein de champs de coton, de bois et d'eau, vous avez un avantage majeur pour produire des cotons tiges à bâtonnets recyclables en papier. Evident ! Si d'autres s'y essaient : gare à eux, car ils auront peut-être un avantage comparatif ponctuel, mais jamais un avantage absolu. Pas de problème si la différence est compensée par l'impôt... Mais auquel cas, comme me souffle Cochonnet à l'oreille, ce sera un problème de demande et plus d'offre.

A ce moment de la discussion, Cochonnet s'est emballé, et j'ai commencé à le soupçonner sérieusement de "vice ricardien" (expression véridique, en douterais-tu, ô lecteur ?). En tout cas, merci, Cochonnet, pour ce cours de macroéconomie : "Non mais, allô, je te like trop!"

Par Firmin de Montalembert.... un directeur achats Groupe anonyme, qui dissimule généralement son espièglerie sous un masque de grand sérieux

Lire les précédentes chroniques de Firmin:

Notre grand jeu du confinement: compétition asino-galline pour tous!

On n'est pas bien, là?

Ca y est, je relocalise !

Splendeurs du Code Napoléon

Ma stratégie est plus grosse que la tienne

Les achats: un métier de Petits Princes sous thérapie ?

Les feuilles mortes des contrats se ramassent à la pelle

Achats et compléments d'objets indirects

L'Origine du Monde

FYEO- For Your Eyes Only

La vie des grands hommes

Une couverture: c'est pour rassurer, comme les doudous?


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Firmin de Montalembert

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet