Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Pénuries de matières premières : quel impact pour les acheteurs ?

Publié par le | Mis à jour le
Pénuries de matières premières : quel impact pour les acheteurs ?

Beaucoup de matières premières font ou ont fait l'objet de pénuries ou de hausses de prix et retards de livraison. Quatre directeurs des achats expliquent comment ils sont parvenus à maîtriser une situation inédite dans sa complexité, et dans sa durée.

Je m'abonne
  • Imprimer

Les acheteurs le savent : se fournir en matières premières est devenu plus complexe. "Nous sommes actuellement confrontés à deux phénomènes, indique Jérôme Viard, directeur achat de la branche Construction chez Eiffage. Le premier, c'est une pénurie sèche sur quelques produits, comme par exemple certaines essences de bois. Le second phénomène est plus important : ce sont les retards et les évolutions des tarifs. Il y a actuellement des goulets d'étranglement." Les problématiques se cumulent. Certaines, comme le ralentissement de production lié au Covid ou les déboires constants qui ont marqué l'année (manque d'eau à Taïwan, lockdown total en Malaisie, incendie d'une usine, bateau qui bloque le canal de Suez, gel au Texas, etc), ont affecté l'offre de matières premières. D'autres ont pesé sur la demande: reprise économique post-Covid plus forte que prévu en Chine, aux Etats-Unis, puis en Europe, la croissance verte et ses nouvelles exigences (véhicules électriques, maisons en bois, production d'électricité verte), la 5G, etc. "Tout cela génère des déséquilibres et parfois de la spéculation sur certains produits comme le cuivre, l'acier de construction, le bois de construction", poursuit Jérôme Viard.

"Depuis le début de l'année, nous constatons que notre marché est obstrué par des shortages matière, notamment les semi-conducteurs, indique le directeur des achats d'une entreprise de l'aérospatiale et de la défense. Le marché est tendu, mais pour la plupart de nos produits, nous sommes sur des petites séries et nous ne sommes donc pas trop impactés." Pour Emmanuel Martin, directeur adjoint des achats pour la Ville de Paris (5 000 contrats actifs pour plus d'1 Md€), "pour nous, il n'y a pas encore le feu mais nous commençons à ressentir des signaux faibles, avec des pénuries sur le bois, l'acier, le plastique et l'énergie. Pour l'heure, nous sommes impactés à la marge: la pépinière de la Ville de Paris, par exemple, ne dispose plus de pots de fleurs, et notre atelier de menus travaux peine à s'approvisionner en matériaux de construction."

Ces phénomènes ont eu des répercussions sur les prix, qui sont globalement à la hausse. Les acheteurs interrogés indiquent n'accepter les augmentations de prix que lorsqu'elles sont étayées par des faits. Chez Schmidt Groupe, la stratégie est de "suivre les fournisseurs en cette période de hausses de prix - celles qu'ils peuvent justifier, relève Laurent Belloni, directeur achats groupe. Mais il est vrai qu'à l'inverse, nous attendons d'eux qu'ils reviennent vers nous quand les baisses reviendront !"

A la Mairie de Paris, la prudence est de mise: "à date, une quarantaine de fournisseurs nous ont fait des demandes d'ajustements tarifaires ou d'indemnités d'imprévision : nous allons devoir être prudents pour ne pas faire jurisprudence. Nous paierons ceux qui peuvent justifier d'une augmentation. Mais une chose est sûre : nous n'échapperons pas à des hausses." On sent une certaine fébrilité sur le sujet: "il y a beaucoup d'émotion autour des hausses en ce moment : il faut à tout prix éviter la spéculation ! relève l'industriel de l'espace et de la défense. Il y a aussi des répercussions sur les délais de livraison, qui s'allongent: pour les composants, on est passés de 16 semaines à 50."

Lire la suite de cet article en page 2 : Repenser sa façon de travailler


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande