En ce moment En ce moment

[Billet d'humour] La vente aux enchères: c'est comme la foire aux bestiaux, mais en mieux

Publié par le - mis à jour à
[Billet d'humour] La vente aux enchères: c'est comme la foire aux bestiaux, mais en mieux

L'analyse post mortem n'a pas encore été faite, car la bête respire encore, et sait-on jamais se relèvera peut-être. Les causes d'insuccès supputées relèvent de l'économie comportementale...

Je m'abonne
  • Imprimer

Mais où sont donc passées les enchères inversées d'antan ? On nous avait promis le Grand Soir des acheteurs dans les années 2000. On allait voir ce qu'on allait voir !

Du côté des fournisseurs, l'argumentaire était rôdé : enfin un accès non biaisé au marché - car garanti par un tiers de confiance (l'éditeur de la plateforme) -. Du côté des acheteurs, une mise en concurrence ultra maî-tri-sée. Finies les archaïques négociations dans des box séparés où l'on allait d'un fournisseur à un autre pour faire le coup de "l'échelle de perroquet", pendant qu'ils sortaient leurs mouchoirs. Que de divine félicité en perspective à éviter tous ces tracas!

Rendez-vous compte : une négociation ultra-paramétrée qui ne laisse rien au hasard... Et pourtant, qui pratique encore au quotidien la différence entre "prix de départ", "prix de réserve" et "prix cible" ?... Les enchères hollandaises (du nom du marché au tulipes, et pas des space cakes, ô mauvais esprits) ?... Les enchères de rang ou de prix ? Les enchères inversées sont toujours bien utilisées de par le monde, mais pas du tout dans les proportions qu'on nous avait annoncées en ces temps-là!

Nos "enchéristes" avaient pourtant été jusqu'à inventer de savantes mécaniques d' "égalisation des offres" incluant des critères extra-financiers, imitant ainsi les grilles d'évaluation des commissions d'affectation des marchés publics. Une vraie aubaine pour les fanas de réductions budgétaires, un thème qui se porte en toute saison en entreprise et au-delà... Mais alors, quel était le vice caché ?

L'analyse post mortem n'a pas encore été faite, car la bête respire encore, et sait-on jamais se relèvera peut-être. Les causes d'insuccès supputées relèvent de l'économie comportementale : on n'en demandait pas tant, d'avoir été des cobayes ! Ou alors... ou alors... une explication triviale : peut-être que ces fameuses grilles d'évaluation avec tout un tas de savants critères pondérés ne sont que des calembredaines pour justifier nos choix ? Oh non, ce serait trop affreux, mes ami(e)s !

Par Firmin de Montalembert.... un directeur achats Groupe anonyme, qui dissimule généralement son espièglerie sous un masque de grand sérieux

Lire les précédentes chroniques de Firmin:

Les princes de Serendip des Achats

Ma stratégie est plus grosse que la tienne

Parle à ma main

Les feuilles mortes des contrats se ramassent à la pelle

Décomposez, décomposez, il en restera toujours quelque chose

Oh ! TD

La couverture: on préférerait parfois être sous la couette !

La vie des grands hommes

Une couverture: c'est pour rassurer, comme les doudous?

Je m'abonne

Firmin de Montalembert

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet