En ce moment En ce moment

[Billet d'humour] Novlangue : on s'y met, nous aussi

Publié par le - mis à jour à
[Billet d'humour] Novlangue : on s'y met, nous aussi

Est-ce que le CPO (Chief Procurement Officer) deviendra prochainement CHO (Chief Happiness Officer), qui sait ? Pourquoi le "spin-off" est-il devenu "carve-out" ? Serait-ce parce qu'il portait des pantalons à pattes d'éléphant ? Arghhh.. Dans ce tourbillon lexical, allons-nous céder ?

Je m'abonne
  • Imprimer

Un grand merci à George Orwell d'avoir inventé dans son roman, 1984, la Novlangue, langue officielle d'Oceania. Le mot est passé à la postérité, car le principe demeure : en standardisant les mots d'une langue, on diminue le nombre de concepts avec lesquels les gens peuvent jouer, jusqu'à les rendre hermétiques à d'autres systèmes de pensée.

Cette bataille lexicale, ce glissement sémantique subtil nous atteint nous aussi aux achats. Comme disait un de nos anciens ministres de l'Economie : il faut connaître la grammaire des affaires !

Adieu donc le "panel fournisseurs" (que des acheteurs traduisaient parfois à leurs dépens dans la langue de Shakespeare par "supplier panel") : parlons plutôt maintenant de notre "écosystème de partenaires". C'est un peu la même chose, mais ne parle-t-on pas du loup déguisé en agneau ?

Pour ceux qui auraient oublié que notre fonction nous amène à manipuler de l'argent, ne parlons plus du risque de "corruption" (voir à ce sujet les cartographies de la Banque Mondiale) mais bien évidemment "d'atteinte à notre doctrine de responsabilité sociétale".

Les ERP, c'est mal, alors que les SaaS, c'est bien... Mais au fait, de quoi je parle, là ? Je m'en vais de ce pas documenter la question auprès de mon BPO s'il n'est pas occupé à faire des TCO (traduire "Business Process Owner" en train de faire des "Tableaux de Comparaisons d'Offres" et non "Business Process Outsourcing" centré sur le "Total Cost of Ownership").

Est-ce que le CPO (Chief Procurement Officer) deviendra prochainement CHO (Chief Happiness Officer), qui sait ? Pourquoi le "spin-off" est-il devenu "carve-out" ? Serait-ce parce qu'il portait des pantalons à pattes d'éléphant ?

Arghhh.. Dans ce tourbillon lexical, allons-nous céder ? Que nenni, même si nos minables plans de productivité sont devenus de brillantes "cost road maps".

Soyons résolument modernes et créatifs nous aussi : ne parlons plus de "fournisseurs" mais "d'amis d'outre-entreprise", de "contrats" mais de "paradigmes de coopération", de "prix" mais de "résultante tactique". La modernité est à ce prix, amis acheteurs !

Par Firmin de Montalembert.... un directeur achats Groupe anonyme, qui dissimule généralement son espièglerie sous un masque de grand sérieux

Lire les précédentes chroniques de Firmin:

Les princes de Serendip des Achats

Ma stratégie est plus grosse que la tienne

Les achats: un métier de Petits Princes sous thérapie ?

Allô docteur : j'avais peur d'avoir une MST, j'ai juste un RJ

Les feuilles mortes des contrats se ramassent à la pelle

Décomposez, décomposez, il en restera toujours quelque chose

Oh ! TD

La couverture: on préférerait parfois être sous la couette

Une couverture: c'est pour rassurer, comme les doudous?

Je m'abonne

Firmin de Montalembert

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet