En ce moment En ce moment
Méthodologie

La boîte à outils de la Gestion du Stress
Chapitre VIII : Surmonter les situations difficiles

Fiche 04 : Positiver le changement

  • Retrouvez 5 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 30 nov. 2017
©

La boîte à outils de la Gestion du Stress

8 chapitres / 56 fiches

  • Imprimer

Les résistances individuelles au changement



Résumé

Nouvelle stratégie d'entreprise, réduction d'effectifs, intégration de nouvelles technologies, de nos jours les organisations vivent des changements quasi permanents. Stress et changement sont intimement liés. L'homme perçoit toute modification de son environnement comme un danger. Le stress lui donne la faculté de s'adapter mais le passage d'un état à un autre se vit comme un deuil. La première phase du changement s'attache au passé et s'accompagne en général d'émotions négatives. Accepter que les choses évoluent permet d'apprécier le changement comme une occasion de progresser.


Pourquoi l'utiliser ?

Objectifs

  • Clarifier le processus de changement.
  • Neutraliser les réactions négatives, lever les freins.
  • Se placer dans une dynamique d'innovation continue.

Contexte

  • Départ d'un collègue, réorganisation du service... au plan personnel tout l'enjeu du changement est de s'approprier au plus vite les nouvelles règles du jeu pour éviter de s'épuiser dans une lutte vaine et prendre appui sur ces changements pour retrouver un élan personnel.

Comment l'utiliser ?

Étapes

Pour vous aider, pensez à un changement récent ou en cours.

1.Intégrez le changement comme un processus naturel

Le changement n'est pas un événement ponctuel, il s'agit d'un processus qui s'inscrit dans la durée et s'approprie progressivement, comme on fait son deuil. Le Dr Kübler-Ross a décrit cette courbe du deuil : état de choc, déni, colère, tristesse puis acceptation, telles sont les étapes que nous traversons, plus ou moins rapidement, quand nous vivons un changement.

2.Identifiez votre attitude face au changement

Spontanément, est-il pour vous source d'opportunités ou le voyez-vous comme une menace ?

3.Placez-vous sur la courbe du deuil Nommer vos émotions est la première étape pour avancer dans le processus.

4.Levez les freins

Tracez une matrice SWOT, un acronyme pour Strengths (forces), Weaknesses (faiblesses), Opportunities (opportunités) et Threats (menaces) et analysez la situation avec recul. Quels sont ses avantages, ses inconvénients ? Que pouvez-vous en tirer et que risquez-vous ? Cet exercice permet de faire le tri entre les peurs concrètes et ce qui relève du fantasme.

5.Devenez acteur du changement

  • Prenez conscience de votre capacité d'action. Les périodes de transition ne permettent pas de reprendre le contrôle de sa vie et de ses choix. Dans la situation, déterminez votre marge de manoeuvre. Élargissez votre cercle d'influence (outil 3), revisitez vos valeurs (outil 24), vos attentes. Ce changement est peut-être l'occasion rêvée de réorganiser votre poste d'une manière qui vous convient mieux.
  • Pour vous motiver, utilisez la visualisation positive : souvenez-vous de situations de changement vécues par le passé et qui s'étaient révélées bénéfiques.

Méthodologie et conseils

  • Les résistances s'atténuent au fur et à mesure de l'avancement du processus de deuil.
  • Cultiver l'optimisme vous aidera à intégrer rapidement les changements.

Avantage

  • Permet d'utiliser son énergie à bon escient et de retrouver de l'enthousiasme.

Précaution à prendre

  • Il arrive que le processus soit momentanément rétrograde. Le temps est une composante importante du changement. Acceptez de vivre chaque étape à votre rythme.

Comment être plus efficace ?

Les étapes du changement

La courbe du changement est un processus naturel par lequel un individu passe lorsqu'il fait face à un changement, qu'il soit subit ou désiré. Elle comprend deux temps forts : une phase descendante traduisant des attitudes négatives, tournée vers le passé, et une phase ascendante, productive, tournée vers l'avenir.

1.Le DÉNI

" Ce n'est pas possible ", " Je ne comprends pas ce que vous me dites "

Le déni est d'autant plus fort que le changement touche à quelque chose d'important et que l'annonce est soudaine.

2.La COLÈRE - PROTESTATION

" C'est inacceptable. ", " Ils n'avaient pas le droit ", " Pourquoi moi ? "

La personne ressent un fort sentiment d'injustice. Réaction de colère ou d'agressivité plus ou moins forte selon les tempéraments.

3.La PEUR

" Que vais-je devenir ? ", " Un changement n'arrive jamais seul "

Peur de l'inconnu, peur de ne pas être à la hauteur... Cette étape correspond souvent à une période de stress et de grande anxiété. L'environnement est perçu comme une source de dangers insurmontables. La peur peut être pour soi ou pour les autres. C'est aussi une période de marchandages et de négociations.

4.La TRISTESSE

Cette étape assure la transition vers la phase ascendante de la courbe. Dans cette phase, la personne s'exprime peu. Elle a pris conscience de ce qui a été perdu et du caractère définitif de la perte. Aucun retour en arrière n'est possible. La tristesse peut y prendre la forme du découragement, de la nostalgie, parfois jusqu'à la " dépression ".

5.L'ACCEPTATION

" C'est dur mais c'est ainsi ", " Et moi dans tout ça... "

La personne qui vit le deuil change de regard : elle se tourne vers l'avenir et tente de " faire avec ".

6.Le PARDON - EXPLORATION

" J'aurais peut-être fait de même. ", " Ils n'avaient pas le choix. "

C'est une étape en deux temps :

  • le pardon à soi-même (on se libère de la culpabilité) ;
  • le pardon aux auteurs de la perte (compréhension, justification).

7.La QUÊTE DE SENS - RENOUVEAU

" Grâce à..., j'ai pu... "

Cette étape permet de reconnaître les apports du changement. La personne trouve des bénéfices à la nouvelle situation. C'est la révélation du " cadeau caché ".

8.La SÉRÉNITÉ - CROISSANCE

La personne n'est plus en conflit, le changement est intégré et l'enthousiasme renaît pour de nouveaux projets.

La résistance au changement

Pour le coach Rick Maurer, elle intervient à 3 niveaux.

1.Le niveau de l'information. La personne ne comprend pas la finalité du changement en cours. Elle manque d'informations, de vision.

2.Le niveau des émotions. Elle a intellectuellement compris le changement, mais exprime des résistances de l'ordre des émotions et a besoin d'être rassurée dans ses capacités à vivre une transition.

3.Le niveau de la confiance. La personne n'a plus confiance dans la capacité de l'organisation, ou de son manager, à conduire le changement. Cette résistance est particulièrement difficile à lever. ¦

ILLUSTRATION Les phases du changement d'après la courbe du deuil du Dr Kübler-Ross

Son entreprise rénove les locaux et Jérémy va devoir abandonner son bureau cloisonné pour emménager en open space. Il en est malade et vit ce changement comme une perte de pouvoir et un manque de reconnaissance. Comme c'est irréversible, Jérémy tente de se raisonner. Il clarifie ses résistances : Il est convaincu que la qualité de son travail va diminuer installé dans une immense salle avec 40 autres commerciaux. Il a peur de ne pas pouvoir se concentrer sur ses appels téléphoniques. Il redoute aussi le jugement des autres sur ses agissements. Il constate que ses émotions suivent la courbe du deuil et prend du recul en réalisant que ses réactions sont normales. Il peut nommer les émotions qu'il ressent, en particulier la tristesse de perdre ses repères. Comprendre que c'est un processus naturel le rassure. Il admet que ce n'est pas le changement le plus important qu'il ait vécu, ni le plus difficile. Alors, il fait un SWOT, outil qu'il utilise souvent avec son équipe. Les menaces et faiblesses sont facilement identifiables.

Trouver les opportunités et les forces lui demande plus d'efforts, mais il se prend au jeu et finit par dresser de longues listes de points positifs. Il se sent maintenant motivé pour travailler en open space.

Gaëlle Du Penhoat

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu