Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

[Billet d'humour] Les envahisseurs sont parmi nous !

Publié par le - mis à jour à
[Billet d'humour] Les envahisseurs sont parmi nous !
© ©complize | m.martins - stock.adobe.com

Revenus de la planète Mars où les Terriens pensaient les avoir décimés, ils sont revenus sur Terre et ont choisi un plan diabolique : ils se sont emparés de la fonction achats ! Usant de leurs pouvoirs télépathes auprès des dirigeants d'entreprises, ils nous renomment sans vergogne...

Je m'abonne
  • Imprimer

Pendant que le Rover Persévérance passe son temps à faire des selfie depuis la planète Mars aux frais du contribuable américain, et comme on a un peu d'à-propos à la maison, nous avons ressorti de la bibliothèque Les Chroniques Martiennes, de Ray Bradbury.

Ce classique de la littérature de science-fiction rédigé en 1950 décrit point par point la future colonisation par les Terriens de la planète Mars : Ray Bradbury, c'est un peu une sorte de Jules Vernes américain... Sauf, que, dans le roman, la planète est déjà habitée par des Martiens télépathes qui seront progressivement décimés par les colonisateurs (tous les charmes de cette littérature américaine écrite en pleine période de guerre froide !).

Et là, comme je pense toujours aux Achats, un chapitre de cet opus a attiré mon attention : "The Naming of Names" ("Nommer les Noms"). Dans cette partie de l'ouvrage, les colons Terriens renomment les villes, les montagnes et les vallées de Mars en référence à leur culture, pour effacer celle des anciens Martiens.

Lâchant le livre des mains, j'appelais tout de suite Madame d'un cri strident : "Mimine, ça y est, je viens enfin de comprendre ce qui se passe dans les Achats. Les envahisseurs sont parmi nous !"

Ça y est, j'y voyais clair : pourquoi on ne parlait plus d'appros mais de supply chain, pourquoi on ne parlait plus d'achats mais de processus end-to-end S2P, P2P, S2C... pourquoi on ne parlait plus de centrales d'achats mais de SBS, GBS ou BPO... pourquoi nos appels d'offres s'étaient transformés en RFx... pourquoi la CDAF s'était transformée en CNA... C'était l'évidence, et c'était écrit là en toutes lettres dans le livre devant moi : les Martiens télépathes ne sont pas morts, ils sont parmi nous !

Revenus de la planète Mars où les Terriens pensaient les avoir décimés, ils sont revenus sur Terre et ont choisi un plan diabolique : ils se sont emparés de la fonction achats ! Usant de leurs pouvoirs télépathes auprès des dirigeants d'entreprises, ils nous renomment sans vergogne. Je sens bien que leur prochain coup fourré va être de renommer les directeurs des achats en directeurs de la relation avec les Parties Prenantes Externes, ou en Business Process Owners des processus Source to Contract.

Mais on ne se laissera pas faire ! Depuis, je porte en permanence un casque en aluminium sur la tête, il paraît que ça arrête les ondes des télépathes d'entreprise...

Par Firmin de Montalembert.... un directeur achats Groupe anonyme, qui dissimule généralement son espièglerie sous un masque de grand sérieux

Lire les précédentes chroniques de Firmin:

Lire aussi :[Chronique achats] Les six métaphores représentant l'acheteur

Une carte platinum : ça se mérite !

Responsable, mais pas coupable

Dérapage au frein à main sur le circuit de signature

Thé, c'est eau?

"Argent : trop cher, trop grand" - 1er épisode

"Argent : trop cher, trop grand" - (suite et fin)

Tête-à-queue sur le circuit Paul Ricoeur

Bien le bonjour d'oncle Deng

Si seulement Ricardo avait eu des cotons tiges recyclables...

Ca y est, je relocalise !

Ma stratégie est plus grosse que la tienne

Les achats: un métier de Petits Princes sous thérapie ?

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande