Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

La blockchain, futur des achats

Publié par Lisa Henry le | Mis à jour le
La blockchain, futur des achats
© kugelwolf - stock.adobe.com

Les entreprises se digitalisent, et la recherche de l'automatisation des process est au coeur des débats. Nouvelle coqueluche technologique, la blockchain se révèle être un atout de choix pour les directions achats, aussi bien pour son automatisme et son intuitivité, que pour sa sécurité.

Je m'abonne
  • Imprimer

La transformation digitale des entreprises se fait peu à peu, au fil des années. Depuis près de cinq ans, un outil émergeant de cette digitalisation fait parler de lui : la blockchain. Sa sécurité est, selon Olivier Audino, directeur général de BME, ce qui fait d'elle "une technologie indispensable aux directions achats". Base de données géante et collaborative, la blockchain a été créée à l'origine pour accompagner l'utilisation de crypto-monnaies. Copiée sur tous les noeuds d'un réseau devenu géant en quelques années, elle permet "une sécurité imparable" selon Marius Campos, consultant blockchain chez Smartlink.

Au-delà de la sécurisation des transferts d'argent, la blockchain offre "une force de frappe en terme de capitalisation, commente Olivier Audino. En effet, la crypto-monnaie a un usage similaire a des bons d'achats, déconnectés de la valorisation, ce à quoi s'ajoutent les tokens, qui génèrent eux-même leur propre valorisation", poursuit-il. L'avantage des crypto-monnaies, selon Marius Campos, se trouve aussi dans une forme de plan de secours : "Les monnaies nationales risquent de connaître une forte inflation d'ici à quelques années. Utiliser des stablecoins permettrait d'assurer ses arrières."

En plus des stablecoins, les monnaies programmables représentent un atout de choix, selon Olivier Audino : "Elles permettent d'automatiser le paiement d'un tiers, en bloquant une monnaie sur la blockchain dans le code. Par la suite, elle se libère via des programmes, uniquement lorsque les engagements sont respectés par les deux parties." Ces monnaies programmables permettent d'éviter un grand nombre de fraudes, notamment sur les achats d'urgence. Un allié qui auraient pu aider certaines directions achats au plus fort de la crise Covid: "Lorsque nous devions acheter des masques au début de la crise sanitaire, face à l'urgence, nombre de directions achats sont allées trop vite, et ont dû fait face à des arnaques de fournisseurs qui n'assuraient pas leur commandes", raconte Olivier Audino.

Un contrat inviolable

Au-delà de la sécurisation financière, la blockchain permet l'utilisation de smart contract. Ce contrat, plus ou moins en intelligence artificielle, offre à l'acheteur une sécurité dans ses approvisionnements. En effet, selon Marius Campos : "Un smart contract est par définition inviolable, c'est un outil digital traditionnel sublimé par la blockchain." Sa fonction est de définir en amont des règles qui gèrent les échanges avec les fournisseurs en fonction des conditions configurées. "Tout est programmable, commente Marius Campos, le smart contract permet de définir les délais, la monnaie ou encore les taux de changes, notamment en cas d'échange avec des pays étrangers."

Ce processus permet d'éviter les fraudes, puisque le paiement se débloque automatiquement, uniquement lorsque le fournisseur exécute ses demandes contractuelles. "L'avantage, c'est que toute transaction est historisée et infalsifiable, explique Olivier Audino. Nous pouvons ainsi faire entièrement confiance à la blockchain, et éviter l'erreur humaine." De plus, nombre d'objets connectés de la blockchain tracent les flux des produits, ce qui empêche la contrefaçon.

Marius Campos alerte cependant sur le fait que "tout n'est pas parfait, le smart contract, ou la blockchain en général, peuvent nécessiter des interventions humaines, qui sont susceptibles d'être biaisées. L'idéal est de garder des éléments en dehors de la blockchain afin de conserver une forme de flexibilité." C'est pour cette raison qu'il précise qu'un smart contract peut être modifié sous l'accord de l'ensemble des parties.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande