En ce moment En ce moment

Les achats côté RH : une grande satisfaction et quelques désagréments

Publié par le - mis à jour à
Les achats côté RH : une grande satisfaction et quelques désagréments
© creative soul - Fotolia

Les directions achats gagnent en visibilité, sont de plus en plus considérées comme business partners et représentées au comex. Pas étonnant que les acheteurs se disent "enthousiastes", "engagés" et "motivés"... malgré les contraintes règlementaires qui leur pèsent.

Je m'abonne
  • Imprimer

C'est une bonne nouvelle. Sondées sur leur humeur du moment, dans le cadre de l'édition 2020 de l'étude "Tendances et priorités des départements achats", réalisée par le cabinet AgileBuyer avec le CNA, les directions achats sont très positives. Ainsi, malgré le contexte et les nouveaux enjeux pour la fonction, 43% des acheteurs interrogés se disent enthousiastes et engagé(e)s et 39% motivé(e)s.

Au chapitre des sujets qui les réjouissent :

Les acheteurs, de véritables business partners

C'est un fait, les acheteurs apparaissent comme de véritables business partners au sein de l'entreprise. C'est d'ailleurs la dénomination dont 48% des répondants se sentent le plus proche. Les achats collaborent de plus en plus avec toutes les fonctions de l'entreprise (finance, direction juridique, DSI, direction commerciale, ...) pour être au plus proche de la définition des besoins. Ils citent d'ailleurs le terme de "business partner" avant celui d'acheteur (4 points de plus). Notons qu'ils se considèrent comme "innovateurs" à 10%.

"Même si nous nous trouvons dans un secteur ultra-compétitif, les acheteurs ont également comme priorité la sécurisation de la supply chain ainsi que l'innovation provenant des fournisseurs", commente Roque Carmona, Group Chief Procurement Officer chez Thales.

Des directions achats qui gagnent en visibilité

En 2020, 59% des directions achats sont rattachées au Codir/Comex de leur entreprise. Un chiffre qui augmente de 2 points par rapport à 2019 et qui souligne que "les achats sont de plus en plus perçus comme une fonction stratégique qui a un rôle dans la compétitivité de l'entreprise", commente Olivier Wajnsztok, directeur associé de AgileBuyer et grand chef d'orchestre de cette étude.

On retrouve des directions achats de plus en plus rattachées au Codir/Comex dans des secteurs comme l'automobile (89%), la mode-luxe (à 76%) et l'industrie lourde (à 72%). Les directions achats dans les secteurs comme la banque-finance, l'énergie - l'environnement et l'IT et les télécoms sont quant à elles en fin de classement avec respectivement 46%, 45 et 42%.

Des effectifs plutôt en augmentation en 2020

En 2020, plus de la moitié (56%) des directions achats prévoient une stabilité de leurs effectifs. Et seules 28% envisagent une augmentation de leurs effectifs. Des résultats qui varient peu depuis 2019 où déjà 57% des directions achats avouaient des effectifs stables. Sans surprise, les budgets recrutement des entreprises évoluent peu voire pas, et toutes les fonctions sont impactées.

Des acheteurs toujours très demandés sur le marché du travail

C'est là un résultat important : 57% des acheteurs interrogés avouent avoir été sollicités par des chasseurs de tête ces trois derniers mois. Un chiffre important qui souligne l'attractivité du profil d'acheteur pour de nombreuses entreprises. Ce qui se confirme lorsque vient la question "Existe-t-il une tension sur les ressources achats (de qualité) ?" : 63% des directions achats avouent une tension sur les ressources achats de qualité.

Le salaire reste le premier critère de choix pour un poste

Si le salaire reste le premier critère de choix pour un poste (cité par 81% des répondants), la réputation de l'entreprise (44%) et l'environnement de travail (43%) arrivent peu après. A l'image d'autres fonctions, les acheteurs se soucient davantage des à-côtés du poste et souhaitent travailler dans un environnement favorisant l'épanouissement professionnel. Un phénomène qui prend de l'ampleur avec l'arrivée de la génération Y sur le marché du travail, qui privilégie l'intérêt du poste avant les évolutions de carrière possibles et/ou le salaire. Notons que la possibilité de carrière n'arrive qu'en 4e position avec 40% des répondants juste après l'environnement de travail. Le télétravail, quant à lui, recueille 15% des votes, ce qui ne semble pas non plus anecdotique.

Des acheteurs familles toujours recherchés

Les acheteurs famille ou category managers seront les profils les plus recrutés en 2020, à 51% contre seulement 29% des acheteurs projets. Selon le cabinet de recrutement Robert Walters, on observait une augmentation de 30% du volume d'offres d'emploi en mai 2019. Les raisons ? Une professionnalisation de la fonction achats indirects notamment. En effet, après avoir optimisé les achats de production, les entreprises structurent désormais leurs achats indirects pour gagner en performance, notamment par le développement du sourcing, la sécurisation des relations fournisseurs et la mise en place de systèmes d'information achats.

En parallèle, les directions achats regrettent passer trop de temps sur des tâches à faible valeur ajoutée. Les directions achats interrogées dans le cadre de l'étude expliquent être de plus en plus sollicitées pour réaliser des tâches annexes non coeur de métier et donc à faible valeur ajoutée. Ainsi, 66% d'entre elles avouent passer entre 10% et 40% de leur temps à travailler sur d'autres sujets que ceux liés au sourcing fournisseurs, aux appels d'offres, à la RSE, etc. On demande aux acheteurs d'être sur tous les fronts à l'image d'autres fonctions. Dégager du temps pour se concentrer sur des tâches à plus fortes valeur ajoutée et coeur de métier, c'est aussi la promesse et l'enjeu de la digitalisation via notamment l'automatisation des tâches.

Loi Sapin 2, RGPD... : autant de contraintes que d'opportunités

Pour plus de la moitié des directions achats (52%), les sujets réglementaires (RGPD/Loi sapin 2, ...) sont considérés comme une contrainte avant d'être une opportunité. Des sujets réglementaires qui amènent les directions achats à se professionnaliser dans des domaines juridiques quand elles ont déjà à charge de participer à la transformation organisationnelle et digitale de leur entreprise. Si les sujets réglementaires sont perçus davantage comme une contrainte que comme une opportunité, c'est avant tout parce qu'ils sont chronophages. Ainsi, si 44% des directions achats avouent que leur temps de travail demeure stable en 2020 au regard de ces sujets-là, elles sont 28% à constater une augmentation de ce dernier de 0 à 25% et 18% vont jusqu'à constater une augmentation 25 à 50%. Cela occupe pour la grande majorité des directions achats (88%) jusqu'à 20% de leur temps.

Le taux de couverture achats : quand le pourcentage des achats gérés par les directions achats augmente

L'augmentation du taux de couverture achats, soit la volonté d'augmenter la part des catégories de biens et/ou services couvertes par les processus achats est un sujet pour 59% des directions achats interrogées. Un chiffre inchangé depuis 2019. Ce sujet demeure une préoccupation au sein des entreprises, notamment sur les achats indirects, ou les achats de classe B et C qui peuvent générer d'importants coûts en raison de la lourdeur de leur gestion administrative.

La volonté d'augmenter le taux de couverture achats concerne tout particulièrement les secteurs de l'Immobilier-BTP, de la Banque-Finance-Assurances et des Services-Conseil-Formation. A contrario, le secteur automobile est le moins concerné, probablement faute de pouvoir faire beaucoup mieux.

Lire tous les sujets traités dans le cadre de cette enquête:

Les grandes priorités des services achats en 2020

Les achats se détachent (un peu) de la réduction de coûts

"Made In France" ou pays à bas coût : les achats à l'heure du choix

Les relations donneurs d'ordre-fournisseurs se rééquilibrent

La fonction achats accélère sa digitalisation

Les achats durables, une vraie préoccupation... mais pas une priorité


Je m'abonne

la rédaction

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Par Office Dépôt

La digitalisation est un enjeu pour les achats non strategiques confrontes des problematiques de budget et de ressources internes la fonction [...]

Sur le même sujet