Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

DossierCOP21: pourquoi miser sur les achats verts?

Publié par le

3 - Comment organiser sa politique de développement durable?

Comment organiser au quotidien sa politique de développement durable? Audit énergétique ou climatique, covoiturage, reboisement... L'agence de conseil et de services en développement durable ekodev propose des solutions pour aider les entreprises à passer au vert.

  • Imprimer

Le concept du développement durable peut avoir, pour les entreprises ou les collectivités, quelque chose d'un GPS défectueux : il fixe un cap - souvent lointain : chambouler leur modèle économique pour prendre en compte leur responsabilité environnementale, sans pour autant livrer de roadmap. Comment connaître et comprendre ses émissions de CO2 ? Comment se mettre à l'heure de l'écomobilité ? Favoriser la biodiversité dans son lieu d'implantation ?... Telles sont quelques unes des questions auxquelles entend répondre ekodev.

Le créneau de cette agence de conseil et de services en développement durable : un accompagnement à 360° qui se concrétise, côté stratégique, par la réalisation d'audits : énergétiques, environnementaux etc."Nous ne nous contentons pas de produire des rapports", souligne néanmoins Amaury Gagnon, consultant en mobilité. Une précision qui se retrouve dans le slogan de l'agence : le développement durable en action.

Une offre sur mesure

Sur le site internet d'ekodev, une rubrique "nos projets" expose le versant plus concret de sa mission : la mise en place d'un système de covoiturage, des stages de conduite écologique, des actions de reboisement, l'installation de ruches urbaines, des opérations de sensibilisation à l'environnement... Une liste qui ne cesse de grandir. "Historiquement, nous proposions plutôt des solutions packagées" se rappelle Timothée Quellard, directeur associé de la structure. Qui dit, étonné, n'avoir "jamais imaginé" que la start-up qu'il a contribué à lancer il y a cinq ans suive un tel axe de développement. Parmi les projets en cours : l'installation d'un potager urbain sur les toits d'une entreprise - spécialisée justement, dans l'agroalimentaire. Au coeur de l'approche de l'équipe : l'écoute et le sur-mesure se sont imposés avec le temps comme le moteur de sa créativité."Nous avons tendance à proposer à nos clients des idées qui nous semblent pertinentes selon plusieurs facteurs : leur maturité, leur domaine d'activité, leur position géographique".

Des actions à forte valeur ajoutée

"Les ROI en jeu sont énormes"

"L'objectif visé par ces diverses initiatives est double", rappelle Amaury Gagnon : "agir positivement sur la planète et sur l'entreprise" - qui n'en est après tout qu'un modèle miniaturisé. Une rhétorique qui dépasse le stade de la formule marketing pour parler d'une réalité économique autrement importante à tous les niveaux de l'entreprise. "Les ROI en jeu sont énormes", affirme Timothée Quellard, qui fait néanmoins le distinguo entre certaines actions immédiatement monétisables et d'autres, tout autant porteuses de valeur ajoutée, mais aux gains financiers plus lointains : "Pour le covoiturage, c'est facile : il suffit d'un an parfois pour engranger des bénéfices de plusieurs centaines de milliers d'euros ou plus."

Sans atteindre le même ordre de grandeur, les ruches urbaines permettent aussi à certains de leurs hôtes de dégager des bénéfices. C'est le cas notamment de KPMG, qui choisit de vendre le miel à ses collaborateurs pour ensuite réinjecter les fonds récoltés dans une fondation. Plus original encore : l'exemple du restaurant de l'hôtel relais château Saint-James qui propose régulièrement à la carte une recette à base du miel de "ses" abeilles.

Véritable outil pédagogique "pratique", la ruche permet dans les deux cas de faire l'expérience de l'économie circulaire au niveau de l'entreprise. La valeur ajoutée associée à d'autres initiatives, comme par exemple le reboisement, est à contrario uniquement de l'ordre du bien être des collaborateurs, de team-building, de sentiment d'appartenance... Autant de points dont toute direction économique serait bien avisée de comprendre le caractère crucial. "Le revenu n'est plus à la tête des critères recherchés par un jeune diplômé", rappelle en effet Timothée Quellard.


"Tester" le développement durable

Il n'empêche que toutes les entreprises n'en sont pas au même point dans leur compréhension des enjeux du développement durable. Pour ceux qui, avant d'impliquer la direction - et au delà, l'ensemble des service - dans une transformation globale, préfèrent "tester" une action écolo, ekodev ne pose pas de limite quantitative à ses commandes. Le directeur associé évoque notamment le cas d'un client qui a contacté l'agence pour replanter une dizaine d'arbres. Coût de l'opération : une cinquantaine d'euros. Pour d'autres factures, la somme varie selon la demande en fonction, notamment, du nombre d'actions d'accompagnement mises en place.

Voir sur le même sujet notre dossier : Développer une politique d'achats durable et responsable


Charlotte Marchalant

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet