Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Hausse du prix des matières premières : pensez à la provision pour hausse des prix !

Publié par Eve Mennesson le - mis à jour à
Hausse du prix des matières premières : pensez à la provision pour hausse des prix !
© naypong - Fotolia

La hausse du prix des matières premières touche toutes les entreprises. Face à cette inflation, il est nécessaire de réagir. Manuel Le Roux, directeur général de Talenz Audit, conseille d'opter pour une provision pour hausse des prix. Mais aussi de renégocier ses contrats.

Je m'abonne
  • Imprimer

Face à la hausse des prix des matières premières, les directions financières ont toutes réagi, entre répercussion de la hausse sur les clients et une meilleure couverture des risques. Et si la solution était d'ordre fiscal ? Manuel Le Roux, directeur général de Talenz Audit, structure dédiée à l'audit et au conseil, recommande de réactiver le dispositif de provision pour hausse des prix, un peu tombé aux oubliettes ces dernières années.

Réserve de trésorerie

"Bien que fiscal, le dispositif de provision pour hausse des prix est en définitif économique : il permet de constituer une réserve de trésorerie pour financer l'augmentation du coût des stocks", décrit Manuel Le Roux.

Sa mise en place est simple : il s'agit, pour des articles équivalents, de comparer le prix unitaire à la clôture avec le prix unitaire à la clôture de l'exercice précédent ; si la hausse de prix unitaire est supérieure à 10% on peut alors provisionner les quantités présentes en stock à la clôture pour la part qui excède cette hausse. Cette provision est déductible fiscalement, ce qui permet de se constituer une trésorerie.

Attention : cette provision doit être reprise au bout de 6 ans. "Mais il n'y a pas obligation de la recalculer ; elle peut juste être réajustée si besoin", précise Manuel Le Roux. Pour l'expert, il n'y a pas a priori de risque de redressement, étant donnée la simplicité du dispositif. Il conseille cependant de ne l'utiliser que sur des montants significatifs.

Attention à la volatilité des prix

La provision pour hausse des prix est intéressante à court terme. Or, comme il est possible que cette hausse des prix des matières premières ne soit pas que transitoire, il peut aussi être opportun de raisonner à moyen-long terme. Ainsi, Manuel Le Roux conseille de revoir ses contrats et conditions, aussi bien avec ses fournisseurs qu'avec ses clients.

"Nous assistons à une hausse des prix des matières premières mais aussi à une très forte volatilité. Les contrats des approvisionnements doivent donc être revus tant au niveau des quantités que des prix mais sans fixer les prix de manière trop ferme : on ne bénéficierait pas des opportunités de baisse", met en garde Manuel Le Roux. Il conseille de raisonner par rapport à des indices, voire de se couvrir si la matière première est vitale ou si des achats sont réalisés en très grande quantité.

Il est préférable également que les contrats soient très court terme, étant donnés les manques de perspectives. "Un de mes clients planifie ses besoins en acier sur une année afin de commander en quantité lorsque les cours sont au plus bas", décrit Manuel Le Roux. Le zéro stock, l'organisation à flux tendu sont bel et bien en train de disparaître.

Analyser ses coûts de revient

Côté clients, la hausse des prix des matières premières peut être répercutée dans les contrats si la matière première représente une part significative du coût de revient. De manière générale, Manuel Le Roux conseille de bien analyser ses coûts de revient pour savoir quels contrats renégocier et surtout avoir des arguments de négociation.

"Si on considère cette inflation de manière optimiste, on peut se dire que c'est une véritable opportunité de revoir ses approvisionnements et l'analyse de ses coûts", estime Manuel Le Roux. En connaissant bien ses coûts, ses marges, sa consommation de matières premières, les stocks seront mieux ajustés et la hausse des prix sera moins difficile à encaisser. Surtout si une provision pour hausse des prix est mise en place.


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande