En ce moment En ce moment

"Nous devons davantage travailler en mode collaboratif avec nos fournisseurs"

Publié par Aude Guesnon le - mis à jour à
'Nous devons davantage travailler en mode collaboratif avec nos fournisseurs'

Rencontre avec Christophe Gourlay, CPO de Alstom, qui travaille sur deux axes forts : le développement d'écosystèmes fournisseurs fiables pour accompagner la croissance de l'entreprise et la digitalisation des achats pour délivrer plus de valeur ajoutée.

Je m'abonne
  • Imprimer

Quels sont vos principaux enjeux aujourd'hui ?

Alstom a connu ces cinq dernières années une croissance très importante à l'international. Nous avons ouvert des nouvelles lignes sur tous les continents et notre priorité est d'accompagner cette croissance, en particulier dans des pays où le secteur ferroviaire connaît une forte demande tels l'Afrique du sud et l'Inde. Notre secteur travaille en collaboration avec nombre de fournisseurs - que ce soit pour les sièges, les freins, les câbles, etc. - et il est important de nous assurer de la mise en place d'un écosystème de fournisseurs partout où nous sommes présents, pour nous accompagner dans nos projets, en respectant les impératifs de localisation. Aux Etats-Unis, nous avons par exemple remporté un contrat très important pour construire la première ligne à très grande vitesse et nous devons nous assurer d'avoir un panel fournisseurs adapté et en ligne avec le "Buy American Act". Nous sommes très connectés aux projets de l'entreprise et les achats doivent s'assurer de leur bonne exécution. La priorité est la performance économique de ces fournisseurs, mais aussi la performance qualité et délai.

L'entreprise prend des engagements en termes de livraisons de ses produits auprès de ses clients finaux, et les pénalités prévues au contrat sont en général conséquentes... Il est évident que nous devons nous assurer que nos fournisseurs nous délivreront leurs produits en temps et en heure. Un simple retard peut décaler l'ensemble du projet. Nous avons une mesure très forte de la performance sur le "on time in full" (OTIF) de nos fournisseurs. Nous devons renforcer et consolider les panels dans tous les pays où nous avons de gros contrats et une base industrielle très forte.

Et si nous voulons réussir dans le cadre de nos projets, nous devons certainement travailler davantage en mode collaboratif avec nos fournisseurs et développer plus de solutions gagnant-gagnant. C'est un axe fort de développement pour les achats. Un autre enjeu majeur concerne la partie digitalisation qui compte parmi les grands axes de réflexion pour améliorer notre performance.

La digitalisation... qu'est-ce que ce concept représente pour vous et où en êtes-vous aux achats ?

Le digital est au coeur de notre stratégie aujourd'hui. Que ce soit pour l'efficacité de nos moyens de production, ou pour la connectivité des solutions que nous proposons à nos clients. C'est vraiment l'un des axes principaux de développement et d'amélioration de la performance achats que nous souhaitons mettre en oeuvre. Nous ne partons pas de la feuille blanche car nous avons déjà beaucoup d'outils digitaux implémentés, mais nous avons défini une feuille de route métier.

Notre objectif est de rendre l'entreprise la plus efficace et productive possible et d'apporter à l'ensemble de la communauté achats les outils transactionnels les plus efficaces, les plus flexibles et qui leur permettent le plus d'autonomie possible. Il faut, par exemple, qu'ils aient la possibilité de valider les commandes achats en situation de mobilité, sur leur smartphone. Nous sommes en cours de déploiement de ce projet.

Nous sommes en train de finaliser l'implémentation de la brique e-contract pour négocier, rédiger et signer en ligne des contrats avec nos fournisseurs ; pour faciliter la contractualisation à nos acheteurs. Ce module est développé conjointement avec le département juridique. C'est lui qui définit le cadre contractuel que l'on va utiliser pour l'ensemble de nos marchés. Il nous incombe de nous assurer de l'intégration de ces contrats dans l'outil qui doit nous permettre de gagner en flexibilité et en rapidité, sur l'ensemble des négociations. Bien évidemment, lorsqu'il y a des modifications à apporter dans les contrats, elles se font toujours en collaboration avec les équipes juridiques. Nos acheteurs ont des connaissances dans ce domaine, mais ils ne peuvent pas prendre de décision juridique sans s'appuyer sur le département concerné.

En mobilité, il est également important que nos acheteurs aient accès à toute la partie données et reporting sur leur performance, mais surtout à celle de leurs fournisseurs. La partie data analytics est donc un axe de travail. Alstom travaille aussi sur l'identification des tâches sans valeur ajoutée pour les automatiser. Nous mettons en place des POC pour valider des phases d'automatisation dans le processus, avec l'aide de robots (RPA). Nous musclons aussi l'outil de e-procurement. Nous réfléchissons à la possibilité d'interfaces avec des places de marché. Nous avons des pilotes en cours.

Tous ces projets ont pour objectif de simplifier notre process P to P et d'améliorer notre relation fournisseurs. Ils vont en particulier nous permettre de nous assurer du bon déroulement de nos paiements fournisseurs. Point plus global, nous réfléchissons actuellement à la mise en place d'un portail fournisseurs SRM et d'un portail achats interne. Tous ces développements sont prévus par la feuille de route sur trois ans.

La digitalisation des achats va-t-elle, selon vous, modifier en profondeur l'organisation achats ?

Il ne s'agit pas d'une remise en cause profonde de la fonction, mais d'un support structurant qui nous permettra de la rationaliser et de l'optimiser. Cela aboutira à recentrer l'activité des équipes sur le coeur de métier, là où il y a de la valeur ajoutée. La digitalisation permet de faciliter le travail collaboratif, notamment à distance car nos sites sont sur plusieurs continents.

Comment travaillez-vous avec les fournisseurs sur le sujet de l'innovation ? À quel point partagez-vous vos enjeux et problématiques avec eux ?

Le secteur de la mobilité est en pleine transformation. D'une part, des nouvelles technologies, telles que le train à hydrogène, sur lequel nous sommes pionniers, sont développées pour répondre aux attentes de nos clients et des passagers pour une mobilité plus propre. D'autre part, les progrès dans le domaine du digital nous permettent de proposer des solutions toujours plus efficaces pour la mobilité - Alstom travaille par exemple sur les trains autonomes, ou encore les batteries. Concrètement, pour nous l'objectif est de développer, en partenariat avec les fournisseurs, des projets communs qu'Alstom puisse ensuite intégrer dans ses solutions futures. Nous pratiquons l'innovation ouverte, mais il y a là, très clairement, un axe d'amélioration. Nous devons travailler davantage avec nos fournisseurs pour les impliquer en phase amont, dans les développement pré-projets, de façon à intégrer ces axes d'innovation dès le départ dans nos solutions produits/projets.

Pour travailler sur des innovations avec nos fournisseurs, nous n'avons pas un mode de fonctionnement privilégié, cela dépend des fournisseurs qui peuvent être des grands acteurs du ferroviaire aussi bien que des PME locales. Nous sommes agiles et flexibles dans notre capacité à travailler avec un tiers.

Afin de favoriser les échanges sur des opportunités de développements, nous organisons régulièrement des "rencontres tech" ou des journées fournisseurs en région, sur les différents sites Alstom, avec les achats, les équipes ingénierie, les équipes de développement pour créer des échanges tournés vers l'innovation développée par nos fournisseurs.

Lire la suite en page 2 : À quel niveau interviennent les achats dans la phase "développement de produits" ? - La RSE est-elle un sujet prégnant chez Alstom et quels sont vos grands axes de travail sur ce sujet ? - Comment intégrez-vous la fin de vie des produits ? Participez-vous à l'économie circulaire ?


Je m'abonne
no pic

Aude Guesnon

Rédactrice en chef de décision-achats.fr et de Décision Achats

Après avoir exercé plus de dix ans en tant que réactrice en presse quotidienne, j’ai voulu découvrir un autre pan du métier : je suis devenue secrétaire [...]...

Voir la fiche
Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet