En ce moment En ce moment

Revue de presse achats - semaine du 17 au 21 décembre

Publié par le - mis à jour à
Revue de presse achats - semaine du 17 au 21 décembre
© DragonImages - Fotolia

Vous n'avez pas eu le temps de surfer sur le Web cette semaine? Pas de souci. La rédaction a sélectionné pour vous des articles parus sur le Net et qui vous intéresseront car en lien avec les achats: relation fournisseurs, RSE, travel, fleet, IT, mais aussi carrière et management. Bonne lecture!

  • Imprimer

L'UE interdit certaines pratiques "déloyales" dans l'agroalimentaire

Selon un accord trouvé mercredi entre les négociateurs des États membres de l'UE et du Parlement européen, pas moins de 16 " pratiques commerciales déloyales " vont être interdites car " imposées unilatéralement par un partenaire de l'échange à l'autre ", explique dans un communiqué la Commission européenne, à l'origine fin mai de ces nouvelles règles. On y trouve par exemple les paiements tardifs et annulations de commandes en dernière minute pour les produits périssables, les modifications unilatérales ou rétroactives des contrats ainsi que l'obligation faite au fournisseur de rembourser les produits invendus ou le refus de fournir des contrats écrits. Ces pratiques ne seront plus autorisées dans le secteur de l'agroalimentaire afin de mieux protéger les agriculteurs et PME des abus de gros industriels et distributeurs.>> Lire l'article complet sur le site Euractiv

"Après avoir vassalisé les commerçants, Amazon tente de le faire avec les industriels"

Après Bruxelles, l'autorité allemande de la concurrence enquête sur les pratiques du géant du commerce en ligne vis à vis des commerçants qu'il héberge. Une stratégie très aboutie, explique Philippe Escande, éditorialiste économique au " Monde ". Amazon représente aujourd'hui 43 % de tout le commerce en ligne aux Etats-Unis. Une hégémonie qui inquiète les autorités de la concurrence. A côté des petits et gros marchands qui ont déployé leur devanture chez lui, le roi du marché a multiplié son offre et proposé d'innombrables services à ses clients/concurrents : marketing, informatique, logistique, livraison... Non seulement, il les a enfermés dans son écosystème, mais il utiliserait, selon ses accusateurs, leurs données pour améliorer son activité marchande personnelle et donc capter in fine leurs clients. C'est bien ce qui chiffonne les gendarmes européens. Mais l'histoire n'est pas finie. La dernière étape en cours consiste à développer sa marque maison. >> Lire l'article complet sur le site Le Monde

Bel, Intermarché et Netto signent un accord sur le prix des fromages

Le groupe Bel, les distributeurs Intermarché (1 800 magasins) et Netto (295 magasins), deux enseignes du groupement Les Mousquetaires, n'ont pas attendu le 28 février et l'ultime coup de gong des négociations commerciales entre industriels et centrales d'achat pour s'entendre. Le fromager, acteur majeur de la filière de la filière laitière française, et le groupement Les Mousquetaires ont signé un accord sur le prix des produits laitiers. Le distributeur accepte de payer plus cher les fromages Bel issus de vaches en pâturages nourries sans OGM. >> Lire l'article complet sur le site Ouest France

RSE

Assigné pour des "infractions environnementales" à Fos-sur-Mer, ArcelorMittal se défend

France nature environnement assigne ArcelorMittal pour 36 infractions environnementales constatées à Fos-sur-Mer. Le sidérurgiste affirme avoir investi plus de 100 millions d'euros depuis 2012 et réduit de moitié la plupart des émissions depuis 2007. Des transformations sont encore prévues en 2019 sur le site. Des travaux complémentaires sont planifiés sur la cokerie: "A la date d'aujourd'hui, sur les 126 fours de la cokerie, 108 fours sont revenus à des valeurs inférieures à la valeur limite, preuve que les travaux engagés donnent les résultats escomptés. La finalisation des travaux sur les fours restants est planifiée courant 2019." >> Lire l'article complet sur le site L'usine nouvelle

"Zéro déchet" : La tendance beauté qui va marquer 2019

Avec des consommateurs de plus en plus sensibles aux questions environnementales, Mintel considère que la tendance Sub-Zero Waste est celle qui aura le plus d'impact sur le marché mondial des cosmétiques en 2019. Selon le cabinet d'études de marché, les fabricants et les marques de produits de beauté doivent transformer leur façon d'aborder le zéro déchet et de la durabilité, en se concentrant sur tous les aspects de la chaîne d'approvisionnement. Plusieurs marques plus établies ont déjà rejoint le mouvement. Pour sa première gamme de fonds de teints, Lush Cosmetics a lancé un produit 100% sans plastique. De L'Oréal à Henkel et Unilever, les multinationales rejoignent massivement le train de la cosmétique naturelle avec une attention accrue à l'impact de leurs emballages. De leur côté, les fournisseurs multiplient les options écologiques, du verre recyclé aux plastiques post-consommation, et accélèrent leurs investissements dans des processus et des solutions plus écologiques. Pour accompagner le développement de ces alternatives, les grandes marques de cosmétiques n'hésitent pas à investir dans des start-up innovantes. >> Lire l'article complet sur le site Premium beauty news

C'est qui le patron ?! Découvrez la marque au succès fulgurant qui secoue l'agroalimentaire

La marque compte aujourd'hui une dizaine de nouveaux produits (oeufs, beurre, jus de pomme, steaks...) qui respectent le cahier des charges établi par les consommateurs sociétaires de La marque du consommateur. Leur dernier coup de force en date ? Obtenir que les briques de lait responsables du distributeur Monoprix respectent également ce cahier des charges strict, qui garantit une rémunération juste pour les producteurs. >> Lire l'article complet sur le site de l'ADN

Recyclage des textiles professionnels. L'ECV-FRIVEP désormais dans sa troisième phase

L'intérêt collectif exprimé par les donneurs d'ordre est de pouvoir traiter leurs gisements en assurant la traçabilité, la sécurisation et la maîtrise des débouchés des matières premières secondaires. Cette démarche, initiée par la SNCF et très appuyée par l'Etat, constitue une première sur le territoire national. L'Etat s'est en effet engagé à mobiliser de grands donneurs d'ordre pour faire bénéficier cette filière d'une masse critique suffisante pour la rendre économiquement viable : La Poste, GRDF, la Ville de Paris ou encore le ministère de la Défense ont rejoint cet ECV monté en partenariat avec des PME françaises spécialisées dans l'effilochage. Comme le souligne Christian Dubost, membre permanent du Conseil General de l'Environnement et du Développement Durable et ancien directeur du Développement Durable de la SNCF, cette initiative induit " des perspectives de création de valeurs sur le territoire national notamment en matière d'emploi, de formation et de gisements accessibles aux industriels. Nous sommes fiers de l'engagement des cheminots dans cette belle aventure humaine et industrielle. " >> Lire l'article complet sur le site de Entretien Textile

Commande publique

Marchés publics : quelques conseils pour bien manier la clause de réexamen

Petite révolution, depuis la réforme des marchés publics de 2016 : les modifications d'un marché public peuvent à présent être anticipées au moyen de clauses spécifiques, facilitant la tâche de l'acheteur public. A condition que leur rédaction soit bien conçue ! Des modifications tous azimuts, à condition d'avoir inséré en amont la clause les prévoyant, semblent donc désormais possibles. Le mieux est d'écrire dans la clause qu'elle sera mise en oeuvre par une simple décision du pouvoir adjudicateur. Le dispositif de la clause de réexamen étant assez récent, la pratique tâtonne encore. Me Woimant envisage différentes utilisations : clauses de reconduction du marché, de variation du prix, relatives au fractionnement du marché, permettant le changement de titulaire, ou encore mettant en oeuvre la possibilité de marchés complémentaires de fournitures visée à l'article 30 du décret... >> Lire l'article complet sur Le Moniteur

Toulouse Metropole : Suez remporte le contrat de délégation de service public de l'assainissement

Toulouse Métropole confie son service public de l'assainissement à SUEZ pour les 12 prochaines années. Ce contrat, d'un montant total de 520 millions d'euros, débutera le 1er janvier 2020. Le Groupe assurera la gestion des 17 usines de traitement des eaux usées et des 3 700 km de réseaux d'assainissement répartis sur les 37 communes de la Métropole. En cohérence avec le Plan Climat Air Energie Territoire de la Métropole, SUEZ s'engage à réduire l'empreinte environnementale du service de l'assainissement. De plus, le " Plan Zéro Odeur " initié par Toulouse Métropole offre au Groupe l'opportunité de déployer le meilleur de son savoir-faire en matière d'empreinte olfactive. Cela se traduira concrètement, sur la station de Ginestous-Garonne, par l'optimisation des procédés, l'installation de capteurs connectés, et une solution de modélisation et de surveillance des émissions olfactives en temps réel. >> Lire l'article complet sur le site Suez actualité


Innovation

Cuir Marin de France : une tannerie dans le Beaujolais en 2019

La startup lyonnaise Cuir Marin de France va investir 300 000 euros dans la construction d'une tannerie à Chessy, dans le Beaujolais (69). Une usine d'un genre nouveau, spécialisée dans les peaux de poissons et le tannage végétal. Leur ambition : réussir à transformer les peaux des poissons utilisés par la restauration et les industriels de l'agroalimentaire pour les transformer en cuir à destination de la mode et du secteur du luxe. Concernant l'approvisionnement, des accords sont en cours de finalisation avec le territoire des Dombes, par exemple, intéressé par la valorisation d'une filière cuir. Les saumons viennent de Boulogne-sur-Mer, et les esturgeons de piscicultures. >> Lire l'article complet sur le site La Tribune


Environnement de travail

Ambiance, productivité... pourquoi le sport est bénéfique en entreprise

Désireux d'avoir accès à des installations sportives fournies par leur employeur, les salariés français y voient plusieurs bénéfices pour eux et leur entreprise, selon un étude Gymlib-OpinionWay. L'étude réalisée vise à évaluer "l'intérêt de la mise en place de programmes de sport pour les salariés" afin de savoir s'ils peuvent "être un levier d'amélioration sur le sujet du bien-être au travail". Car au de la de la santé des salariés, premier bénéfice pour 77% des répondants, c'est aussi l'image de l'entreprise qui est concernée (73%), tout comme l'ambiance générale des bureaux (70%). Mais également la productivité. Selon l'enquête, 66% des salariés bénéficiant d'une offre de sport estiment que "les salariés sont motivés", contre 9% dans celles ne proposant pas ces services. Pourtant seulement 7% des chefs d'entreprise favorisent le sport au sein de leur structure, partant du principe qu"il vaut mieux embaucher un salarié supplémentaire ou investir dans de nouvelles machines, que de faire installer une salle de sport en sous-sol. >> Lire l'article complet sur le site Le Figaro

Les 10 start-up du bien-être au travail qui cartonne!

L'union fait la force ! C'est la devise adoptée par plusieurs start-ups RH, regroupées récemment dans des collectifs pour gagner en visibilité. Le label Happy Tech, créé en avril 2017, a pour objectif de rassembler les acteurs de l'innovation technologique au service du bien-être au travail. A ce jour, l'association française compte 19 membres, dont 15 startups qui couvrent un éventail conséquent d'activités : amélioration de l'expérience collaborateur, réduction de l'absentéisme, création de lien social dans l'entreprise... Installé depuis plus longtemps dans le paysage, Le Lab RH se présente comme l'écosystème collaboratif de l'innovation RH, avec des missions de recherche (think tank), de conseil (do tank) et de mise en relation (share tank). Elle accueille des grands groupes mais aussi plus de 350 start-ups, dont une partie se consacre au bien-être au travail. A découvrir 10 start-up innovantes en bien-être. >> Lire l'article complet sur Les ateliers durables


Travel

Sébastien Marchon, Rydoo : "Les techniques de management ont évolué ces dernières années mais pas les politiques voyage, ni les outils de réservation"

Le leakage concerne une grande majorité des entreprises chaque année, et ces frais supplémentaires peuvent être élevés. Sébastien Marchon, CEO de Rydoo, préconise de miser sur la prévention auprès des voyageurs d'affaires et sur de nouveaux outils du côté des entreprises pour faire évoluer leur politique voyage. L'objectif : améliorer la rétention du collaborateur et gagner en efficacité. Si plusieurs facteurs sont à l'origine de ses "sorties" de route de la part des collaborateurs, la responsabilité des travel managers et de l'entreprise ne sont pas à négliger. Le leakage est une véritable problématique au sein des entreprises puisque cela peut augmenter le budget annuel voyage de 10%. >> Lire l'article complet sur le site Déplacements pros

Il existe un jour idéal pour réserver des billets d'avion moins chers

Selon une enquête révélée par Europe 1, le jeudi serait le jour de la semaine le plus propice pour commander des billets d'avion à moindre coût. Après avoir analysé plus d'un million de recherches de vols d'avion, les plateformes de réservation Liligo et Air Indemnité en sont arrivées à une conclusion : mieux vaut commander ses billets d'avion le jeudi, comme le révèle la radio Europe 1. Les écarts de prix avec le reste de la semaine sont impressionnants. Pour un Paris-Lisbonne, il est possible de constater une différence de 65% entre une réservation le jeudi, et une commande effectuée le week-end, pire période pour acheter un billet. >> Lire l'article complet sur le site Capital

Carrière / RH / Management

Profils atypiques: le Graal de l'entreprise agile

Les ruptures technologiques se multipliant, les profils atypiques à même d'accompagner ou de concevoir le changement sont accueillis à bras ouverts par les entreprises de technologie ou les PME et encore boudés par les grands groupes de l'économie traditionnelle. Dans une économie de plus en plus disruptée, où une plateforme numérique ultra-agile peut " ubériser " un secteur et ses entreprises phares en quelques mois, orienter les politiques de ressources humaines vers plus d'intelligence émotionnelle, de diversité et d'agilité semble essentiel. >> Lire l'article complet sur le site Culture Crunch

Le "ghosting", l'abandon de poste du jour au lendemain, se banalise

On les appelle les employés fantômes. Des profils de collaborateurs sans pitié pour leur employeur, capables d'abandonner leur poste du jour au lendemain, sans prévenir personne, et rester ensuite injoignable. Le Washington Post décrypte cette tendance dans un papier intitulé "Workers are ghosting their employers like bad dates". Le phénomène du "ghosting" existe également en France, mais à un niveau moindre. Mais la démission en France est habitée par un grand paradoxe: si plus de la moitié des cadres se disent prêts à aller vers de nouvelles opportunités, ils ne sont cependant "que" 8% à franchir le pas. Et ce pour une raison très simple et profondément humaine: par essence, l'homme a peur du changement et d'être confronté à des situations inconnues! Pourtant, toujours selon cette étude, la période "post démission" se passe très bien, et l'herbe était effectivement plus verte ailleurs: 81% constatent que la démission a eu un impact positif sur le niveau de bien-être général. >> Lire l'article complet sur le site Le Figaro





La rédaction

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet