Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Le Crédit Agricole mise sur des réflexes achat groupe et un sourcing innovant

Publié par Camille George le - mis à jour à
Le Crédit Agricole mise sur des réflexes achat groupe et un sourcing innovant

Avec un objectif de 220 M€ d'économies, la DHA poursuit son travail de massification au niveau groupe et entend s'appuyer plus encore sur ses fournisseurs. L'amélioration des process est au coeur des enjeux avec un accent particulier sur le sourcing et le freelancing pour capter l'innovation.

Je m'abonne
  • Imprimer

Le 27 juin dernier, les fournisseurs clé du Crédit Agricole étaient conviés sur le site Evergreen à Montrouge par la direction achats groupe pour faire le point sur l'année écoulée et les grands enjeux à venir. Pour cette deuxième édition, les rencontres fournisseurs du Crédit Agricole étaient placées sous le signe de l'amélioration des process. Événement essentiel dans la construction de relations acheteurs/fournisseurs pérennes, ces rencontres ont permis à plus de 300 fournisseurs clé de prendre connaissance de la stratégie achat du groupe, des prochains défis à relever et des projets à venir et d'échanger en direct avec une centaine d'acheteurs du groupe.

Un objectif de réduction de coûts affiché

Dans son discours d'introduction à cette matinée, Xavier Musca, directeur général délégué groupe s'est montré très clair : "pour nous la réduction des coûts n'est pas une option mais une obligation." Et cela passe notamment par la rationalisation des achats. Or, le Crédit Agricole part de loin avec ses 39 caisses régionales qui ont chacune leurs spécificités. La mise en commun des moyens est une tâche ardue pour la direction achats qui depuis 2015 s'attache à massifier les achats et a mis en place une nouvelle dynamique groupe dans le cadre du plan d'économies Save (pour synergies d'achats vecteur d'efficacité). L'objectif est de réaliser à terme 220 M€ d'économies. A ce jour 130 M€ d'économies ont déjà été engrangés. "Nous attendons des achats qu'ils continuent dans cette voie, qu'ils accentuent leurs efforts et soient plus durs à l'interne comme à l'externe. Notre volonté est que les achats contribuent à développer des réflexes de groupe sans sacrifier l'autonomie d'innovation des entités", indique Xavier Musca. L'exigence sera donc le maître mot pour l'année à venir. Exigent envers ses fournisseurs, le groupe le sera aussi envers lui-même.

Mais une logique partenariale

"Il y a un an nous avons mis en place une gouvernance globale groupe et créer une organisation matricielle autour de 5 pôles achats aujourd'hui opérationnels ce qui nous permet d'être plus efficace, explique Sylvie Robin Romet, directrice achats groupe. Mais les 130 M€ de gains déjà réalisés n'étaient pas les plus difficile à atteindre et nous avons encore beaucoup à faire pour atteindre l'objectif des 220 M€." C'est un travail que le Crédit Agricole (achats et lignes métier) et ses fournisseurs doivent faire ensemble dans une logique partenariale notamment en développant une approche basée sur le dialogue en amont des appels d'offres.

Lire la suite page 2 - Trois leviers stratégiques


3 leviers stratégiques

Ainsi, pour l'atteinte des objectifs ambitieux fixés par la direction générale, la direction achats a identifié trois leviers d'optimisation stratégiques. Le levier financier avec un enjeu fort de massification des besoins et le développement d'achats en consortium, le recours aux enchères inversées, mais aussi des engagements de volumes pour les fournisseurs et une analyse en coût complet aussi sur les coûts internes. L'objectif ici est de construire avec les fournisseurs des offres qui sauront répondre à un socle commun mais aussi à des spécificités métier. Le levier métier dont l'objectif est de faire bénéficier aux prescripteurs de la valeur achat en reconstruisant la façon dont les dépenses externes sont réalisées, en identifiant les synergies possibles entre les entités et en adaptant les process métier. Et enfin le levier sourcing qui vise à servir deux enjeux : celui d'harmoniser les pratiques de sourcing au niveau groupe mais aussi un enjeu d'innovation.

Cap sur le marché freelance

Pour répondre au premier, la direction achats s'est attachée à recenser les pratiques de sourcing, à traduire les règles en obligations et à définir les nouvelles règles de sourcing groupe, qui seront d'ailleurs renforcées pour faciliter le suivi et la mise en oeuvre d'un pilotage ad'hoc. Quant au second enjeu, celui de mettre en place un sourcing innovant qui permettra aux différents l'accès à des compétences rares, les achats vont tester un nouveau système d'approvisionnement et met le cap sur le freelancing.

Le Crédit Agricole va ainsi tester différents modèles de plateformes d'indépendants pour compléter son sourcing classique et lancer 5 pilotes avec des start-up telles que Malt. "Les entreprises passent doucement d'un modèle tailoriste à un fonctionnement en mode projet. Or, le freelancing s'adapte très bien au mode agile et permet de faire face à la guerre des talents qui se joue sur certaines compétences", estime Vincent Huguet, co-fondateur de la plateforme Malt. Pour Guillaume Duny, directeur du pôle achats Assurance, épargne et immobilier du Crédit Agricole "travailler avec les indépendants est l'enjeu de demain et le rôle des achats va forcément évoluer vers plus de gestion des ressources externes. Mais c'est sur cette partie que porte la valeur ajoutée."



Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page