En ce moment En ce moment

[Chronique-Achats] Le brainstorming pour les achats : la méthode C.Q.F.D

Publié par le - mis à jour à
[Chronique-Achats] Le brainstorming pour les achats : la méthode C.Q.F.D
© F8studio - stock.adobe.com

Une fois n'est pas coutume, je vais vous présenter un outil de brainstorming que j'ai l'habitude de présenter lors de mes sessions de Coaching.

Je m'abonne
  • Imprimer

En tant qu'acheteur, nous avons l'immense chance d'avoir de nombreuses missions diverses et variées. Il suffit de décomposer le processus achats pour se rendre compte de l'étendu. Cela est dû, entre autres éléments, à l'âge de la fonction achats. En effet, elle est encore très jeune et évolue en permanence.

D'ailleurs, comme on peut le constater dans les magazines spécialisés, le métier d'acheteur tend de plus en plus vers un rôle de chef de projet. Ce n'est plus uniquement la fonction qui est impactée mais aussi l'acheteur lui-même, avec toute sa panoplie de soft skills et hard skils. En réalité, l'acheteur n'est, à l'heure actuelle, que très peu préparé. Il va devoir se former et agrandir, voir changer sa boîte à outils.

Vous me connaissez, je ne vais pas vous laisser sans un petit quelque chose.

Pour remplir votre boîte à outils de chef de projet achats, je vais vous proposer une méthode de brainstorming, utilisée notamment dans le cadre du développement personnel. Cette méthode va vous permettre :

1. D'animer les réunions et les tours de tables avec les clients internes ;

2. De faire participer un maximum l'ensemble de l'équipe et souder les liens ;

3. De prendre le lead sur les projets (importante qualité demandée à l'acheteur).

Laissez-moi vous présenter la Méthode CQFD.


La Méthode CQFD

Comme vous le savez très certainement, l'abréviation CQFD est principalement utilisée en mathématiques pour la conclusion d'un résonnement. Elle se traduit par "Ce Qu'il Faut Démontrer".

Vous vous en doutez bien, ce n'est pas de cela dont je vais vous parler. Dans notre cas, ces lettres vont avoir un tout autre sens.

Le fond

C : Pour "pas de Critiques" ni de "Censures". Il est très important que tous les collaborateurs se lâchent, et que chacun puisse s'exprimer, sans avoir peur des remarques des collègues. Un peu comme à l'école où nous rigolions à chaque erreur. N'oubliez pas que nous sommes de grands enfants.

Q : Pour la "Quantité". Dites tout ce qui vous passe par la tête. Dans ce cas précis, la quantité est aussi importante que la qualité. Le support de présentation doit être noir de propositions, même les plus folles. Ce qui nous amène au point suivant.

F : Pour "Farfelu" ou "Fou". On ouvre ses portes à la créativité. En entrant dans cette pièce, c'est le cerveau droit qui prend l'ascendant sur le gauche. On se lâche !

Et enfin, D : Pour "Doubler" et "Démultiplier". L'objectif est ici de créer un effet boule de neige avec les idées précédentes. Développer les idées déjà présentes.

La forme

Voilà les informations concernant le fond. Pour la forme, il n'y a qu'une seule règle à suivre, c'est qu'il n'y a pas de règle. Vous pouvez aussi bien utiliser un tableau à l'ancienne, un Paperboard, qu'un PowerPoint ou un logiciel de MindMapping. Les seules limites de la créativité sont celles que vous vous imposez.

Bilan

La méthode CQDF se représente d'avantage comme un état d'esprit que comme un outil à proprement parler. Il faut vraiment insister pour que chaque participant s'engage à respecter les quatre points, quitte à faire signer une décharge en début de séance (si, si, je vous assure, cela fonctionne).

Adaptez votre stratégie à ce que vous voulez faire avec cette réunion, et surtout en fonction de vos collègues. La diplomatie sera aussi importante que le contenu. Mais nous en parlerons dans un autre article. Montrez que vous savez prendre le lead !

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Quentin Mirablon, The Buyer'sLab

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet