Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Priorités des directions achats 2022 : la crise entraîne "une redéfinition stratégique" de la fonction

Publié par le - mis à jour à
Priorités des directions achats 2022 : la crise entraîne 'une redéfinition stratégique' de la fonction
© KristijanZontar - Fotolia

Pénuries pour tous, boom de relocalisation(s) et moins de réduction des coûts sont les éléments majeurs qui ressortent naturellement de L'édition 2022 de l'étude AgileBuyer / CNA sur "Les priorités des Départements Achats en 2022" dont les résultats sont publiés ce 11 janvier.

Je m'abonne
  • Imprimer

Olivier Wajnsztok, chef d'orchestre de l'étude "Les priorités des Départements Achats en 2022" menée chaque année par le cabinet conseil AgileBuyer et le CNA se veut optimiste: "A toute chose, malheur est bon et les directions achats ressortiront grandies, plus stratégiques et incontournables de fait grâce à la crise", commente-t-il. Jean-Luc Baras, président du CNA, est sur la même longueur d'ondes: "L'année 2022 devrait démontrer l'ancrage de la fonction au coeur des problématiques actuelles, assurant un rôle stratégique dans le management des relations inter-entreprises et focus sur la création de valeur et l'adaptabilité".

Cette 13e édition s'est logiquement focalisée sur les pénuries et leurs conséquences pour la fonction: "Les ressources en matières premières et l'électronique sont réduites à peau de chagrin et les besoins de sécurisation des approvisionnements demeurent une priorité absolue et vitale pour la survie des entreprises. De plus, cette tension sur les approvisionnements joue en faveur des fournisseurs qui se mettent en position de force face aux directions achats. Notre étude donne des chiffres précis à cette situation ressentie", indique Olivier Wajnsztok. "Mais heureusement, si l'on en croit les sondés, cette crise est conjoncturelle et la plupart des directions achats ont déjà recouvré leurs montants d'achats."

L'heure n'étant plus à la baisse des coûts mais à l'urgence de se fournir en matières premières et autres produits et services, la baisse de l'objectif de la réduction des coûts fournisseurs en 2022 est majeure.

Autre point saillant démontré par l'étude: la relocalisation arrive en force.

"Désormais, les directions achats souhaitent plus de proximité et de réactivité avec leurs fournisseurs pour ne plus subir des défauts d'approvisionnement qui se répercutent sur le consommateur final", souligne Olivier Wajnsztok. "Une politique de relocalisation accentuée par les futurs défis environnementaux et les objectifs de réduction du bilan carbone. Car acheter plus près signifie moins de transports et donc moins de génération de CO2."

"Si le "bas carbone" et la transformation digitale restent des marqueurs forts de l'évolution de la fonction, les relocalisations en France et en Europe sont, bien plus que des effets de mode, une redéfinition stratégique des achats pour beaucoup d'entreprises", assure Jean-Luc Baras.

Les priorités des départements achats en 2022 et les chiffres-clés de l'étude :

- Une volonté beaucoup plus forte de relocalisation en Europe et en France

En 2022, les crises vont pousser 47% des directions achats à relocaliser. C'est 17 points de plus qu'en 2021. Si le prix demeure un frein (13% en 2022 contre 18% en 2021), il est avant tout difficile d'acheter français car certains produits ne sont pas disponibles sur le territoire français (pour 30% des répondants). En 2022, les zones de relocalisation des achats se situeront essentiellement en Europe (à 80%) avant la France (72%).

- Une crise marquée par des pénuries

En 2022, 68% des sociétés sont confrontées à des pénuries. Des pénuries que l'on retrouve dans des secteurs stratégiques comme l'automobile (78% des répondants) ou encore la mécanique/métallurgie-équipements-meubles et textile (75%). Ces pénuries ont eu un fort impact sur les marges de l'entreprise selon 65% des répondants.

- Métaux, matières premières et électronique : en tête des pénuries

Les métaux (23%), les matières premières (hors métaux et chimie) (17%) et l'électronique (14%) arrivent en tête du classement des pénuries pointées du doigt par les directions achats. Suivent de près l'Informatique (à 13%) et les transports (à 12%). Ainsi, le manque de semi-conducteurs impacte fortement la production dans le secteur de l'électronique, de l'IT mais également de l'automobile.

- Des relations déséquilibrées et/ou défavorables imposées par les fournisseurs

C'est un chiffre fort de l'étude : 82% des directions achats ont des relations déséquilibrées et/ou défavorables avec certains fournisseurs. Or, ils n'étaient que 61% en 2021. Soit une hausse de 21%. Pas un seul des secteurs n'est épargné par le déséquilibre des relations fournisseurs. Ces relations fournisseurs se tendent dans des secteurs qui subissent la crise de plein fouet. A savoir la mécanique-métallurgie-équipements-meubles/textiles (95%), l'automobile (95%) et la conso-distribution (93%).

- Une sécurisation des approvisionnements toujours d'actualité

82% des directions achats mettront en place des actions de sécurisation des approvisionnements en 2022, contre 74% en 2021. La continuité et la sécurisation des approvisionnements sont jugées plus importantes pour l'année 2022 pour 45% des directions achats.

- Une baisse historique de l'objectif de réduction des coûts fournisseurs

C'est une baisse historique. L'objectif de réduction des coûts n'a jamais été aussi bas. Seulement 55% des directions achats auront un objectif de réduction des coûts en 2022. Cela s'explique en partie par le fait que l'objectif premier des achats en période de crise économique et de pénuries des matières premières est avant tout centré sur la sécurité des approvisionnements et une meilleure gestion des risques fournisseurs.

- RSE : pour une réduction de l'empreinte carbone

Face aux nouvelles réglementations liée à la neutralité carbone, 73% des directions achats participent en priorité à la réduction de l'empreinte carbone inscrite dans la stratégie de l'entreprise.

Voir tous les résultats de l'étude "Les Priorités des Départements Achats 2022" de AgileBuyer / CNA:

Achats : des pénuries sur tous les fronts

Les relations fournisseurs / donneurs d'ordre se tendent davantage

L'objectif de réduction des coûts connaît une baisse historique

La fonction achats gagne en stratégie grâce à la crise

La sécurisation des approvisionnements pousse à la relocalisation

Le Made In France revient en force

RSE: la réduction de l'empreinte carbone, priorité prioritaire !

RH achats : des recrutements en hausse

Méthodologie

L'étude AgileBuyer - Conseil national des achats (CNA), "Les priorités des Départements Achats en 2022", a été réalisée entre le 16 novembre et le 2 décembre 2021 via un questionnaire en ligne adressé à un panel ciblé de personnes exerçant dans les achats, tous secteurs confondus. 893 professionnels ont répondu à cette étude intégralement (la majorité des réponses partielles n'ont pas été prises en compte). Il s'agit donc d'un panel qui reflète bien la fonction, dont les réponses permettent de déterminer les tendances du métier et les priorités.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande