En ce moment En ce moment

Revue de presse achats - semaine du 3 février

Publié par le | Mis à jour le
Revue de presse achats - semaine du 3 février

Vous n'avez pas eu le temps de "surfer" cette semaine? La rédaction a sélectionné pour vous des articles parus sur le Web et susceptibles de vous intéresser car ayant trait aux achats. Bonne lecture!

Je m'abonne
  • Imprimer

"Un de nous fait le gentil, un autre est agressif... ", négociations sous pression dans la grande distribution

Benjamin (le prénom a été changé) est acheteur dans une grande enseigne de distribution alimentaire. Les pratiques qu'il dévoile aujourd'hui sont, d'après lui, très répandues, communes d'ailleurs à l'enseigne concurrente où il exerçait auparavant. Certains fournisseurs, sous couvert d'anonymat, dénoncent aussi des négociations "où l'on a davantage l'impression de subir que de négocier". Elles sont plus dures face à des groupes coopératifs comme E. Leclerc ou Intermarché. Chez ces derniers, les adhérents - patrons de magasins - participent aux discussions et sont les vrais décisionnaires. "A l'exception de Système U où les négociateurs sont plus respectueux", d'après l'un d'eux. Interrogé, Leclerc n'a pas souhaité répondre ; Intermarché, de son côté, nous précise : "Les déclarations des fournisseurs n'engagent qu'eux-mêmes.">> Lire l'article complet sur le site du Monde

Le coronavirus plus contagieux pour l'économie que le Sras, selon ING

"Le simple fait que les usines restent longtemps à l'arrêt aura nécessairement des conséquences sur la production", a dit Julien Manceaux. En provoquant des ruptures dans les chaînes d'approvisionnement et un manque à gagner pour certains secteurs comme l'hôtellerie, l'épidémie devrait avoir un impact réel sur le commerce mondial. L'impact sur les matières premières, avec une contagion inévitable aux pays émergents les plus dépendants des exportations de ressources de base, sera quant à lui considérable, a-t-il ajouté. L'épidémie de coronavirus, facteur conjoncturel comme les tensions commerciales, vient s'ajouter à d'autres facteurs, structurels ceux-là, qui ont contribué à précipiter en 2019 la croissance chinoise à son plus bas niveau depuis près de 30 ans (+6,1%). >> Lire l'article complet sur le site de Boursorama

Coronavirus : Airbus stoppe temporairement sa chaîne d'assemblage en Chine

L'épidémie de coronavirus aura également un impact sur la production d'Airbus. L'avionneur a annoncé, ce mercredi, l'arrêt temporaire de sa chaîne d'assemblage chinoise d'A320, située dans la ville portuaire de Tianjin (à environ 100 kilomètres de Pékin), pour une durée encore indéterminée. Seule une activité minimale est maintenue dans l'usine, pour les cas d'urgence et les éventuels défauts à corriger sur des avions en cours d'assemblage. Airbus indique se conformer ainsi aux instructions des autorités chinoises, qui ont demandé à toutes les grandes entreprises de suspendre leurs activités au moins jusqu'au 10 février, pour tenter d'enrayer la propagation de l'épidémie. (...)L'onde choc de l'épidémie sur l'activité de l'avionneur européen en Chine ne s'arrêtera probablement pas là. Le groupe a d'autres sites industriels en Chine, à Harbin pour l'aménagement intérieur des A330, et à Qingdao , pour l'assemblage d'hélicoptères H135 - qui doivent également être à l'arrêt, le gouvernement chinois ayant demandé la prolongation des congés du Nouvel an chinois jusqu'au 9 février inclus. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Saint James relance le pull made in Normandie

La région de la Manche est depuis le XIIe siècle un lieu où l'on cultive la tradition drapière. Rien d'étonnant à ce que la filature et les tricots Saint James s'installent dans cette région où les moutons de présalé fournissaient la laine à quelques encablures du village. Le plus remarquable est non seulement que les ateliers soient toujours dans la même commune, mais que le bureau de style y soit également, et non pas dans la capitale, comme cela est souvent le cas. Pour le PDG, Luc Lesénécal, cette proximité entre créativité et technique de production est l'une des forces de la marque. >> Lire l'article complet sur le site de Entreprendre

Collaborer avec des consultants externes : le nouveau défi des banques

Tribune -de Franck Saada, Expert Colibee - Les besoins du marché bancaire en termes de conseil ont évolué. Ces vingt dernières années, la demande de ces établissements était liée à des prestations globales. Désormais, le renforcement des expertises managériales leur permet d'internaliser la gestion de projets tout en recherchant des compétences verticales portées par un petit nombre de consultants séniors spécialisés. Cette transformation progressive touche également les services d'achats qui référencent quasi systématiquement ces compétences externes lors des appels d'offres. Deux bénéfices essentiels s'en dégagent : un meilleur accompagnement et d'importantes économies. Les banques sont cependant face à des défis majeurs. Le premier est d'identifier des profils nouvelle génération, des experts polyvalents qui soient capable d'aborder plusieurs problématiques métier simultanément. Le second est de trouver l'expert qui saura mener à bien la mission à réaliser. >> Lire l'article complet sur le site de Entreprendre


Matières premières

L'appétit pour le coton durable BCI ne se dément pas

Une nouvelle étape dans l'approvisionnement en coton durable, "Better Cotton", a été franchie en 2019 avec une hausse de 40% de la demande. Les 150 détaillants et marques, tous membres de la Better Cotton Initiative (BCI) ont acheté plus de 1,5 million de tonnes (Mt) de Better Cotton, soit un montant permettant de fabriquer environ 1,5 milliard de paires de jeans, souligne la BCI. Toutefois, si la progression est nette et constitue un signal clair au marché, le volume acheté par les 150 détaillants et marques représente à peine 6% de la production mondiale de coton (25,7 Mt). Comme pour l'huile de palme durable (RSPO), le volume de la production certifiée est encore bien au dessus de la demande. En effet, en 2018, 19% de la production mondiale de coton est labélisé BCI. >> Lire l'article complet sur le site de Commodafrica

La crise sanitaire du coronavirus affecte les matières premières

L'expansion du coronavirus porte, d'abord, un coup au pétrole. C'est la première fois que le baril de Brent, de la mer du Nord, tombe sous la barre des 60 dollars depuis le début de l'année. Le minerai de fer et le cuivre dévissent, également. Les cours des céréales, comme ceux du blé ou du maïs sont, également, en recul. Du côté des oléagineux, le soja et le colza sont touchés. L'huile de palme enregistre, elle, une baisse de 7%. Les investisseurs sont pessimistes sur la demande. L'épidémie du nouveau coronavirus pourrait durer et s'accélérer. >> Lire l'article complet sur le site de RFI

Le coronavirus fait plonger les cours du pétrole

La production d'huile de palme décline (78 millions de tonnes en 2019/2020), après avoir il est vrai progressé de 33 millions de tonnes en dix ans. Mais les prix durablement faibles ont fini par décourager l'usage des engrais, les rendements chutent et l'augmentation des surfaces ralentit en Indonésie et en Malaisie. Le ratio stocks sur consommation est au plus bas de la décennie. Or l'Indonésie continue d'augmenter les taux d'incorporation de biodiesel à base d'huile de palme dans les moteurs. La tension est aussi très forte sur le marché du colza. La production est au plus bas depuis huit ans (61 millions de tonnes) de l'Australie au Canada et à l'Europe, où l'interdiction des néonicotinoïdes a fait chuter les rendements. Pourtant les importations sont record. La Chine pourrait même acheter du colza ukrainien. Les prix, ponctuellement repassés sous les 400 euros la tonne vont remonter, estime Oil World. >> Lire l'article complet sur le site de RFI

Pour préserver la biodiversité, il faut regarder toute la chaîne cacao/chocolat. Pas seulement le producteur, selon l'IDDRI

L'Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI), think tank français, vient de publier une étude intitulée "Les chaînes de valeur agricoles au défi de la biodiversité : l'exemple du cacao-chocolat ". L'étude, co-rédigée par trois chercheurs, Frédéric Amiel, Yann Laurans et Alexandre Muller, a pour objectif d'évaluer "les risques que fait peser la culture du cacao sur la biodiversité non seulement à travers la déforestation, mais également au niveau des parcelles de culture." (...) La perspective adoptée dans cette étude, dite des chaînes globales de valeur, permet, au-delà des questions légitimes des impacts directs des modes de production sur les écosystèmes, de poser la question du rôle de l'ensemble de la filière dans la protection de la biodiversité. >> Lire l'article complet sur le site de Commodafrica


RSE

La marque la plus écolo du monde fabrique... de la moquette

L'objectif : atteindre la neutralité carbone dès 2020. À l'époque, Ray Anderson fait figure d'ovni pour l'ensemble de l'industrie. Ses investisseurs apprécient l'intention mais mettent la pression pour qu'elle s'accompagne de bons résultats financiers. Et Ray n'a d'autres choix que d'avancer, d'innover, et de prêcher pour que d'autres rejoignent le mouvement. Dire les choses, c'est bien, mais les prouver, c'est mieux. Les équipes de recherche & développement produits s'échinent à penser les innovations qui permettront à Interface de montrer la voie. Étape par étape. La première a été d'analyser chaque moment du cycle de vie des produits afin de réduire son empreinte carbone. À partir de là, Interface a mis en place une série de programmes et d'innovations pour arriver à son objectif. Vous pensez le recyclage "à la mode" ? Chez Interface, c'est une histoire qui dure depuis des années. La société le garantit : ici, on n'en parle pas pour faire joli. Le constat de départ est lourd : près de 2 000 tonnes de moquette finissent à la décharge chaque année aux États-Unis. Ça fait beaucoup. Et moins de 1 % du total est recyclé. Ça fait peu. Interface a donc mis en place ReEntry®, un programme qui permet de collecter et recycler les dalles de moquette usagées de l'entreprise... et de ses concurrents. Et, histoire de boucler la boucle, la société a développé un système, Cool Blue(TM), qui permet d'utiliser de nouveaux matériaux pour les sous-couches de moquette. >> Lire l'article complet sur le site de l'ADN

Le Groupe ADP accélère pour atteindre la neutralité carbone en 2030 grâce à de l'énergie verte produite en France

Le Groupe ADP, le constructeur et producteur Urbasolar et le fournisseur GazelEnergie annoncent la signature d'un accord d'approvisionnement direct en énergie renouvelable (corporate PPA). Le Groupe ADP achètera pendant 21 ans la production d'électricité de trois nouveaux parcs solaires photovoltaïques qui seront construits par Urbasolar. GazelEnergie assurera l'intégration de ces nouveaux wattheures renouvelables dans la consommation du Groupe ADP pour les trois premières années. Ces nouvelles capacités de production d'énergie renouvelable vont ainsi sortir de terre en France, grâce à la signature de cet accord. Ces trois nouveaux parcs solaires seront mis en service en 2021 dans les départements du Gard, du Var et de la Charente. Le Groupe ADP sera ainsi la première entreprise en France à approvisionner son électricité auprès de parcs solaires, spécifiquement construits en France pour ses besoins propres. Ils seront aménagés sur un espace de 40 hectares pour une production totale de 47 gigawattheures par an, l'équivalent de la consommation d'une ville de 15 000 habitants. Ils permettront de fournir 10 % de l'électricité nécessaire pour faire fonctionner les trois aéroports parisiens, soit près de la moitié des besoins en éclairage. >> Lire l'article complet sur le site de ADP

Anti-gaspi : les entreprises peuvent faire mieux

Si les grandes thématiques couvertes par la loi d'économie circulaire sont plutôt bien identifiées par la plupart des acteurs, 40 % des répondants estiment que la loi ne les concernera pas ou ne le savent pas. Chez les Grandes Surfaces Spécialisées, 48 % ne savent pas que l'interdiction de jeter les invendus non-alimentaires est intégrée à la loi, cette mesure étant pourtant l'une des plus emblématiques, et les GSS étant les principales concernées. (...) Le 11 février prochain, la loi Garot fêtera ses 4 ans. Pour rappel, celle-ci interdisait aux Grandes et Moyennes Surfaces de plus de 400 m2 de jeter leurs invendus alimentaires encore consommables. Les GMS sont majoritairement convaincues par le bilan de cette loi : 78 % reconnaissent son efficacité sur la diminution du gaspillage alimentaire. Pourtant seulement 17 % des GMS adoptent la complémentarité des actions priorisées dans la loi (contre 28 % en 2018 et 6 % en 2017). (...) La loi Garot est par ailleurs très peu connue chez les industriels - 16 % seulement - alors même que son périmètre a été étendu à ce secteur (ainsi qu'à celui de la restauration) le 1er janvier 2020. >> Lire l'article complet sur le site de StratégiesLogistique

https://edition.cnn.com/2020/02/02/us/adidas-football-field-trnd/index.html


Innovation

Bientôt des façades en micro-algues pour dépolluer les villes ?

Depuis plusieurs années, le micro-organisme révèle ses secrets et se retrouve plébiscité dans de nombreux domaines : fabrication de biocarburants, compléments alimentaires, cosmétiques, bioplastiques... Bref, les micro-algues semblent promises à un bel avenir. Alors, pourquoi ne pas combiner leurs propriétés dépolluantes à cette demande croissante, se sont interrogés Anouck Legendre et Nicolas Desmazières, les inventeurs d'Algo Screen ? Leur idée : créer des panneaux vivants, véritables aquariums de culture, pour habiller les façades d'immeubles. Entre deux plaques de verre, dans une lame d'eau de quelques centimètres d'épaisseur, les micro-organismes pourront s'épanouir au contact du soleil. Un environnement idéal pour ces algues qui ont besoin de capter un maximum de lumière extérieure pour réaliser leur processus de transformation plus connu sous le nom de photosynthèse. >> Lire l'article complet sur le site de Positivr

L'étonnant kérosène "vert" fabriqué avec de l'eau qui pourrait bientôt faire voler les avions

Ce procédé n'est pas totalement une nouveauté. Il a été créé en Allemagne dans les années 20 par deux chimistes, Franz G. Fischer et Hans Tropsch et optimisé dans les années 30 par le chimiste Friedrich Bergius -Prix Nobel de chimie en 1931 avec Carl Bosch- pour permettre aux nazis de faire face aux pénuries de carburants. Ils produisaient alors un hydrocarbure synthétique donc sans pétrole à partir de charbon ou de gaz. Pendant la seconde guerre mondiale, il aurait assuré jusqu'à 90% des besoins en carburant de l'armée de l'air, la Luftwaffe. En 1945, les sites de production ont été détruits par les bombardements. Friedrich Bergius s'est enfui en Argentine où il est mort en 1949 et le kérosène sans pétrole est tombé dans l'oubli ou presque. En effet, la compagnie allemande Lufthansa finance désormais des recherches menées par l'université de Brême. Le pétrolier Klesch a même mis a disposition une raffinerie près de la mer du Nord, à Heide, pour produire ce kérosène fabriqué brique par brique et non extrait du pétrole. >> Lire l'article complet sur BMF TV


Commande publique

Brexit : quel impact pour les marchés publics ?

L'Union européenne et le gouvernement du Royaume-Uni ont conclu, comme on le sait, un accord sur le retrait. Les conséquences dans le domaine des marchés publics sont traitées aux articles 75 à 78. Cet accord sur le retrait a été publié au Journal officiel de l'Union européenne du 31 janvier 2020. En bref, l'approche actuelle continuera à s'appliquer pendant la période de transition jusqu'au 31 décembre 2020 pour les opérateurs économiques britanniques (et vice-versa). Sans préjudice de l'application des restrictions prévues par le droit de l'Union européenne, le principe de non-discrimination doit être respecté par les adjudicateurs belges à l'égard des candidats ou des soumissionnaires du Royaume-Uni (et vice-versa). Cela s'applique également aux marchés lancés après le Brexit mais avant le 1er janvier 2021 mais qui n'ont pas encore été clôturés à ce dernier moment. >> Lire l'article complet sur le site de PublicTendering

Clause de réexamen : être précis sur le champ d'application

La clause doit être "claire, précise et sans équivoque" et indiquer "le champ d'application et la nature des modifications ou options envisageables". L'objectif étant que soient précisément listés et définis, de manière exhaustive, les événements qui pourront permettre la modification de contrat, afin d'éviter d'abuser d'une telle clause pour modifier intempestivement le contrat. Enfin, la clause doit préciser "les conditions dans lesquelles il peut en être fait usage", c'est-à-dire les conditions dans lesquelles elle peut être mise en oeuvre et, en conséquence, la procédure à suivre pour modifier le contrat. À ce titre, reste en suspens la question de la possibilité de "négocier" entre les parties cette clause de réexamen, en tout cas négocier les incidences techniques et financières de la modification. Un certain nombre d'arguments permettent de considérer que cela est envisageable, quitte à ce que l'acheteur se réserve la possibilité de la mettre en oeuvre de manière unilatérale, en l'absence d'accord." >> Lire l'article complet sur le site de Santé-achat.info

Les nouvelles jumelles de vision nocturne de l'armée de Terre sont made in France

Les JVN O-NYX de Thales vont succéder aux jumelles Lucie, déjà fabriquées par le Thalès. "La livraison des jumelles O-NYX s'inscrit dans une volonté plus large de renouveler les 'petits équipements' des forces armées, explique le ministère des Armées dans un communiqué.(...) Les jumelles O-NYX équiperont le 21e régiment d'infanterie de marine de Fréjus (Var) et le 2e régiment étranger d'infanterie de Nîmes (Gard). Elles seront utilisées dès le début de l'année 2020 pour des missions dans la bande sahélo-saharienne. Au total, 3 519 jumelles O-NYX ont été commandées par la Direction générale de l'armement et doivent être livrées jusqu'en 2021. "Plusieurs milliers d'exemplaires supplémentaires devraient être livrés d'ici à 2025" aux trois armées, précise le gouvernement. Contacté par L'Usine Nouvelle, Thales n'a pas révélé le montant du contrat. L'armée de Terre a détaillé les caractéristiques des jumelles dans une vidéo "unboxing" ("déballage"), digne des influenceurs les plus populaires sur les réseaux sociaux. L'autonomie des jumelles va grimper à 40 heures avec un poids de 340 grammes. Elle offrira un champ de vision plus large que le modèle précédent de Thales. Le fabricant vante aussi une plus grande compacité et une meilleure qualité optique. >> Lire l'article complet sur le site de l'Usine Nouvelle

Délais de paiement : la CJUE sévit !

Durant son enquête, qui a débuté fin 2014, la Commission européenne a demandé à la République italienne de lui transmettre des rapports bimestriels sur les délais de paiement de ses pouvoirs publics. Ces rapports ont notamment permis de constater qu'en 2016, le délai de paiement moyen était de 44 jours pour les administrations de l'État italien et de 67 jours pour les établissements de santé. Les régions totalisaient quant à elle un délai de paiement moyen de 36 jours, alors que celui des communes atteignait les 43 jours. Au vu du non-respect des délais de paiement imposés par la directive européenne du 16 février 2011, la Commission a saisi la CJUE d'un recours en manquement. Selon la République italienne, un tel manquement ne pouvait pas être caractérisé compte tenu de l'amélioration des délais de paiement et des moyens mis en place pour limiter l'impact économique des retards de paiement sur la trésorerie des entreprises. >> Lire l'article complet sur le site de Banque des Territoires

Supply chain

Les conséquences des grèves sur le TRM

Les résultats : 60% des entreprises du secteur ont été touchées par les conflits sociaux avec une perte moyenne de chiffre d'affaire de 15%. Une baisse qui s'élève entre 20 et 30% pour les entreprises de transport multimodal. "D'une façon générale, ce sont les plus petites entreprises qui se relèveront le plus difficilement de cet épisode", note la fédération professionnelle. Si elles ont été moins nombreuses (en %) à être touchées, elles le sont beaucoup plus durement et leur structure, par nature, rend leur situation plus précaire. Si toutes les régions ont connu des difficultés, le grand-ouest et la région PACA présentent le plus grand nombre d'entreprises en difficulté. Cela s'explique en grande partie par les blocages complets qu'ont connu les zones portuaires notamment du Havre et de Fos-Marseille pendant plusieurs semaines. Au-delà de l'affaiblissement de l'activité, la crise s'est aussi traduite pour les entreprises par de nombreux surcoûts, comme l'augmentation des kilomètres parcourus, notamment à vide, le paiement de nombreuses heures supplémentaires, les annulations de commandes ou encore les pénalités de retard. >> Lire l'article complet sur le site de StratégiesLogistique


Fleet management

Le gouvernement confirme l'entrée en vigueur le 1er mars du eCoC et du barème WLTP

Le eCoC aurait déjà dû entrer en vigueur le 1er janvier dernier et a été repoussé pour donner plus de temps aux services techniques gérant le SIV (système d'immatriculation des véhicules) pour finaliser son intégration et s'assurer que les constructeurs seront prêts. Les tests menés ces dernières semaines seraient concluant et permettent d'envisager une généralisation du eCoC comme prévu le 1er mars. Renault, par exemple, nous a dit avoir passé des immatriculations des marques Dacia et Alpine depuis le 15 janvier pour rôder les différentes connexions constructeur/Utac-OTC/SIV. Le constructeur a passé plus de 4 000 immatriculations avec moins de 5% de soucis à régler et prévu une montée en puissance avec l'ouverture du eCoC pour la marque Renault ce mois-ci. Pour autant, le décret généralisant l'utilisation du eCoC n'étant toujours pas paru à moins d'un mois de l'échéance, les rumeurs d'un possible report ont circulé, ce qui aurait retardé également la mise en oeuvre du barème du malus selon la grille WLTP. Le service presse du cabinet d'Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire nous a confirmé que "la nouvelle grille de malus 2020 entrera bien en vigueur le 1er mars 2020". >> Lire l'article complet sur le site de AutoActu

A Rueil-Malmaison, Arval expérimente une navette autonome

Arval n'en fait pas mystère : elle espère, à terme, étendre son service à la vingtaine de sièges sociaux avoisinants, qui emploient plusieurs milliers de salariés. Le groupe, qui propose déjà des services d'autopartage et de vélopartage, aspire à se diversifier dans l'offre de mobilité. "Aujourd'hui, pour bon nombre d'entreprises, l'offre de mobilité ne peut plus se résumer à la mise à disposition de véhicules de fonction qui ne concernent que 15 % des collaborateurs. De nouveaux besoins émergent, en complément de transports collectifs, par exemple pour couvrir le dernier kilomètre, le déplacement d'un bâtiment à l'autre. La navette autonome peut-être une solution", assure Ferréol Mayoly. A Rueil-Malmaison, deux navettes électriques seront déployées. Elles ont été construites par Ligier et EasyMile et comprennent une quinzaine de places chacune. Arval travaille aussi en partenariat avec la RATP. Opérateur du projet, cette dernière dépêche un agent dans chaque véhicule, non pas pour conduire mais pour veiller au bon déroulement du trajet. Cette présence d'un superviseur est exigée par la convention de Vienne régissant les véhicules autonomes. >> Lire l'article complet sur le site des Echos


Travel management

"J'en étais arrivée à un point où je ne savais même plus dans quelle ville je me réveillais" : les épuisés de l'hypermobilité professionnelle

"Cette valise, c'est à la fois toute ma vie et mon enfer", lâche Antoine (les prénoms ont été changés à la demande des intéressés). "La planquer pour ne plus la voir" est son premier réflexe lorsqu'il rentre le vendredi soir. Cet objet renferme dix ans d'une hypermobilité professionnelle qui aura conduit ce cadre dirigeant d'une grande entreprise nationale à passer plus de temps dans les TGV, les avions et les hôtels que chez lui, auprès des siens, dans le Finistère. Dans le 5-étoiles où il a ses habitudes parisiennes, un grog pour venir à bout d'un rhume, le quinquagénaire, col roulé et blazer, raconte cette mécanique implacable qui "vous oblige à répondre aux impératifs de mobilité" si vous voulez obtenir promotions et fonctions stratégiques. "Quand, par malheur, vous avez choisi d'habiter en région, c'est la double peine" Il décrit le paradoxe de ces discours managériaux prêchant la flexibilité, tenus par des PDG "dont les trajets se résument à Levallois-La Défense en berline". >> Lire l'article complet sur le site du Monde

Bonnes pratiques à l'usage des professionnels en déplacement

Le guide de Bonnes pratiques à l'usage des professionnels en déplacement se situe au carrefour de plusieurs enjeux à savoir la sécurité numérique et la mobilité. C'est pourquoi le ministère de l'Europe et des affaires étrangères et l'ANSSI ont souhaité y rappeler d'une même voix la responsabilité de tous et toutes vis-à-vis des informations que leur confient leurs organisations d'appartenance. Développer cette culture de la sécurité en milieu professionnel, c'est aussi faire naître ou renforcer certains réflexes chez les citoyens. Cette mise à jour donne naissance à un document résolument concret, pratique pour tous les usagers en situation de mobilité. Chacune des neuf bonnes pratiques répertoriées débute donc par un scénario mettant en scène un individu exposé à un risque donné dont les origines et les conséquences varient d'une règle à l'autre. S'ensuivent les bonnes pratiques à respecter pour éviter que ne se produisent les incidents relatés par chaque scénario. >> Lire l'article complet sur le site de l'ANSSI


Carrière / RH / Management

Elon Musk: Vous devriez échouer. "Si les choses n'échouent pas, vous n'innovez pas suffisamment."

En fait, Elon Musk prévoit l'échec au début de ses entreprises audacieuses. Selon Marcel Schwantes (via Inc.), Musk fait preuve "d'une bonne dose d'humilité" lors du démarrage d'un projet. Par exemple, lors d'une interview lors d'une conférence sur l'énergie en Norvège, Musk a déclaré: "Vous devriez adopter l'approche qui vous fait tort. Votre objectif est de moins vous tromper." Comme le souligne Musk, "Lorsque vous lancez une entreprise pour la première fois, il y a beaucoup d'optimisme et les choses vont bien. Le bonheur, au début, est élevé. Ensuite, vous rencontrez toutes sortes de problèmes et le bonheur diminuera régulièrement et vous traverserez tout un monde de souffrance. Mais, si vous apprenez de vos échecs, il y a un avantage. "Finalement, si vous réussissez... vous retrouverez enfin le bonheur", explique Musk. >> Lire l'article complet sur le site de CleanTechnica



Je m'abonne

la rédaction

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Stratégie achats

Par Ken Aerts et Grégory Wanlin, Enabling Procurement

Si nous partions d'une page blanche aujourd'hui, organiserions-nous encore ces longues et opaques chaînes d'approvisionnement mondiales ? Continuerions-nous [...]