En ce moment En ce moment

La co-construction, levier d'économies

Publié par le - mis à jour à
La co-construction, levier d'économies
© dizain - Fotolia

Quand on a déjà actionné les leviers achats classiques pour faire des économies il faut innover. C'est le qu'à fait le groupe Crédit Agricole en misant sur la co-construction pour travailler sur ses besoins. Partage de bonnes pratiques.

  • Imprimer

Comment trouver de nouvelles sources d'économies pour répondre aux objectifs fixés par la direction générale quand vous avez déjà réalisé une première vague d'économies substantielles? Telle était la problématique de la direction achats groupe du Crédit Agricole après un premier plan d'économies baptisé MUST qui a permis de réaliser près de 660 M€ d'économies sur 3 ans (2011-2015) auquel a succédé un nouveau plan baptisé SAVE pour Synergies d'Achats Vecteur d'Efficacité, avec un nouvel objectif de 220 M€ d'économies d'ici à 2020. Si de belles économies ont pu être réalisées (130 M€ à ce jour), l'objectif n'est pour autant pas encore pleinement atteint et le but est d'aller chercher de nouveaux leviers. En ligne de mire, deux leviers principaux : accentuer l'effort de mutualisation des achats dans un groupe très décentralisé, et mener une réflexion sur le besoin lui-même.

Ce dernier axe a naturellement amené les achats groupe à initier une réflexion partagée en interne. "Nous avons d'abord fait de la co-construction en interne en réunissant l'ensemble des prescripteurs des différentes caisses régionales et filiales dans une optique de partage des bonnes pratiques, relate Séverine Dubois, directrice achats du pôle banque de proximité du groupe Crédit Agricole. Mais qui mieux que nos fournisseurs pouvaient nous aider à progresser sur la définition de notre besoin et nos pratiques achats? Ils sont experts sur leur secteur, nous connaissent parfaitement ainsi que les habitudes des autres acteurs/clients." Sur un certains nombre de catégories d'achats, la direction achats a donc provoqué des rencontres dans le but de travailler avec ses fournisseurs les pistes d'optimisation des dépenses du groupe en partageant ses objectifs et ses enjeux. Car le prérequis en matière de co-construction est la transparence : "Il faut être clair sur ses objectifs et accepter d'être transparent avec ses fournisseurs en ouvrant la porte pour un maximum de visibilité sur ses process".

Appel d'offre enrichi...

Bien entendu ce travail doit être fait avec l'ensemble des fournisseurs présélectionnés pour que chacun ait le même niveau de traitement et d'information. Ainsi, co-construction et mise en concurrence ne sont pas antinomiques. "On les rencontre de manière individuelle en workshop dédié, explique Séverine Dubois. Cela créé une stimulation entre eux, très positive pour nous. De même, avoir une discussion de fond avec chaque fournisseur nous permet de mieux comprendre leurs problématiques." Cette phase est réalisée en amont des appels d'offres et même en amont de la rédaction du cahier des charges pour identifier les pistes globales d'optimisation des méthodes de fonctionnement. Ces pistes seront intégrées au cahier des charges et à chaque fois des alternatives sont demandées au fournisseur. "Le fournisseur répond d'abord stricto sensu à l'appel d'offres mais celui-ci propose des alternatives d'optimisations sur la manière de procéder. Et à chaque fois on interroge sur le gain et le coût de transformation associé : en transformant mon process quelles seront les économies générées et qu'est-ce que cela signifie pour nous client en termes de transformation?"

Lire la suite page 2 - L'exemple de l'appel d'offres transport de fonds


La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Ecosystème

Par Carine Guicheteau

Rebondissement après rebondissement, le Brexit nous tient en haleine. Mais, malgré les incertitudes sur les conditions du divorce, vous devez [...]