Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

DossierSauter dans le grand bain du public

Publié par le

1 - Fonction publique, secteur privé : quelles différences ?

Une gestion des deniers publics efficace implique la recherche du "juste prix". Pour ce faire, les services achats se professionnalisent et intègrent simultanément des pratiques et des cadres issus du secteur privé. Une révolution ? Plutôt une évolution.

  • Imprimer

"La contrainte budgétaire étant là, les trois fonctions publiques se posent plus que jamais la question de gagner des marges de manoeuvre. Dans cette logique, toutes les techniques pour optimiser le fonctionnement et les moyens généraux sont les bienvenues ", campe Tony Lourenço, président de Territoires RH, un cabinet de conseil en ressources humaines et en organisation spécialisé dans la fonction publique.

Dès 2005, ce dernier a créé un cursus métier intitulé "responsables achats et commande publique", destiné à accompagner des acheteurs issus du privé en les formant à l'achat public afin qu'ils intègrent le secteur. " À l'époque, l'achat public était essentiellement piloté et produit par des juristes en marchés publics souvent issus de formations en droit, là où le métier d'acheteur est un mélange, certes de juridique, et surtout d'achat au sens école de commerce. " Une dimension économique souhaitée, également, par l'ex-ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, qui avait lancé un message piquant aux acheteurs publics, pas assez enclins, selon lui, à défendre les entreprises françaises : " On va vous rééduquer ! Vous passez votre temps à faire du droit, faites plutôt de l'économie. "

" On ne recherche plus des juristes marchés publics mais des acheteurs "

Une véritable culture achats commence, néanmoins, à faire son chemin dans le secteur public. Cette prise de conscience économique dans la manière de gérer les achats a débuté en 2001, avec la réforme du code des marchés publics. Une démarche amplifiée, en 2004 et 2006, à la suite de nouvelles réformes du code. Mais le véritable tournant a eu lieu en mars 2009 avec la création du SAE, le Service des achats de l'État, qui confirme la volonté de modernisation et de professionnalisation de la fonction d'acheteur public.

Sur le terrain, le changement s'est mis en place progressivement et, à présent, la donne est claire : le public recrute des acheteurs au sens privé et économique du terme, pour optimiser ses dépenses via des politiques d'achats structurées. " Aujourd'hui, on ne recherche plus des juristes marchés publics mais des acheteurs qui ont vocation à faire de l'achat, c'est-à-dire qui utilisent le code de la commande publique, mais pas seulement. L'idée est de placer la fonction achat au niveau de la fonction de direction générale afin d'optimiser tous les process liés à l'achat public ", observe Tony Lourenço.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter l'article suivant : L'acheteur devient une clé de voûte dans la conduite des politiques publiques.



Anne-Sophie David

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet