En ce moment En ce moment

Travel management - A quand une NDC de l'hôtellerie ?

Publié par Mathieu Neu le - mis à jour à
Travel management - A quand une NDC de l'hôtellerie ?

Dans le sillage de la redistribution des cartes qui modifie le secteur aérien, la filière hôtelière pourrait voire naître un standard remaniant la distribution des offres. Mais si la diminution des intermédiaires semble pertinente, tous les acteurs n'en font visiblement pas une priorité.

Je m'abonne
  • Imprimer

Au cours des derniers mois, des dirigeants de plusieurs grandes chaînes hôtelières internationales se sont déplacés à Genève, au siège de IATA (Association internationale du transport aérien), pour collecter des informations sur la manière et le contexte dans lequel la norme NDC (New Distribution Capability) était née. "Il s'agissait d'évaluer dans quelle mesure ces acteurs du secteur hôtelier pourraient développer un système similaire sur leur périmètre d'activité", indique un spécialiste du conseil dans le domaine du voyage d'affaires.

Dans l'aérien, ce standard est aujourd'hui entré dans sa phase concrète. Il a été adopté par de nombreuses compagnies aériennes, ce qui conduit à une homogénéisation dans la distribution des offres et une forte capacité de personnalisation de ces dernières. "De façon analogue, le défi est de créer pour la première fois une norme de standardisation dédiée au transfert de données dans l'hôtellerie. A l'heure actuelle, chaque fournisseur est libre de mettre à disposition ses données comme il le souhaite sur un format qui lui est propre. La conséquence de cette évolution serait que l'intégration multisource directement de la part de l'hôtelier soit beaucoup plus simple", souligne Tristan Dessain-Gelinet, co-fondateur de l'agence de voyage d'affaires Travel Planet.

Pour l'instant, dans ce secteur, il existe de nombreux intermédiaires, des intégrateurs, qui représentent des points d'accès quasi-exclusifs à certains contenus. Pour Christophe Drezet, associé et directeur de la Business Unit Voyages et déplacements au sein du cabinet EPSA, "le secteur hôtelier reste loin de la réalité concrète que l'on trouve désormais dans l'aérien en matière de standardisation. On constate toutefois certaines évolutions, comme le développement de marketplaces de l'hôtellerie. Une marketplace n'est ni plus ni moins qu'un agrégateur de contenus et de différentes sources de contenus. CDS Groupe se dit aujourd'hui en capacité d'agréger du contenu provenant de différents groupes hôteliers, d'agrégateurs ou de son propre contenu à tarifs négociés."

Des intérêts divergents

La tendance à la standardisation constituerait également une solution à certains problèmes techniques. "Avec l'empilement des intermédiaires, lors de requêtes, il y a tellement de systèmes qui s'appellent les uns les autres que les temps d'attente deviennent trop longs ou génèrent des échecs d'opération. Dans le cas d'une connexion directe avec l'hôtelier, le retour est immédiat", estime Tristan Dessain-Gelinet.

L'intérêt réside aussi dans des suggestions d'offres bien plus personnalisées et adaptées aux besoins du client final, tenant compte du contexte et de critères relatifs à la politique voyages en place. "Il s'agit de pousser la bonne information au bon moment, ce qui représente également un changement intéressant pour les travel managers", précise Cédric Barbesier, directeur des produits data au sein de CWT Solutions Group, la partie conseil chez CWT. Mais les hôteliers ne semblent pas tous enthousiastes à l'idée d'adopter ce virage. "La mise en place d'une solution de distribution conjointe n'est pas une priorité pour les plus grands groupes. Au-delà de l'avantage de profiter d'une économie florissante avec des hôtels remplis, le fait de disposer de différents canaux de distribution permet parfois d'en privilégier certains par rapport à d'autres, et donc de vendre des chambres qui sont parfois plus chères. En conséquence, les taux de remplissage et de revenus moyens par chambre sont actuellement tout à fait satisfaisants", explique Christophe Drezet.

Lire la suite en page 2 : Une tendance à la désintermédiation ?

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet