En ce moment En ce moment

Publié par Mathieu Neu le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

Certaines structures de taille intermédiaire sont davantage intéressées, à l'image de la chaîne hôtelière anglaise Premier Inn qui a demandé à l'agence Travel Planet d'être intégrée directement à leur solution. En seulement cinq semaines, l'opération était réalisée.Mais dans la filière hôtelière, quel organisme peut porter le développement d'une norme équivalente à la NDC du secteur aérien ? Pour Tristan Dessain-Gelinet, "les quelques grandes chaînes hôtelières devraient se regrouper autour de la création d'une entité commune pour accompagner cette évolution. Ces acteurs ont tous le même intérêt à s'engager dans ce domaine. Ils dénoncent d'ailleurs tous la main mise actuelle des intégrateurs et de quelques gros opérateurs mondiaux sur la filière."

Une tendance à la désintermédiation ?

Les hôteliers n'ont-ils pas tous intérêt à mettre en place des stratégies de distribution qui contribuent à réduire les intermédiaires, pour leur permettre de se rapprocher de leurs clients et dans le but de leur proposer des offres sur mesure ? Il s'agit d'un des objectifs de la norme NDC. En intégrant davantage l'historique des demandes, il est possible de mettre en place des offres bien plus pertinentes. "Face à la force de frappe d'un acteur comme Booking dont la commission de chaque opération est élevée, bon nombre d'hôtels cherchent la parade et veulent développer des canaux de ventes directes, en particulier via leur site internet. C'est notamment intéressant à l'égard d'une clientèle d'affaires où l'agence de voyages a elle aussi développé un certain nombre d'outils visant à remonter directement les offres des grandes chaînes et à s'affranchir de certains intermédiaires", souligne Christophe Drezet. Bon nombre d'acteurs d'une chaîne de distribution se retrouvent aujourd'hui challengés car on trouve trop d'intermédiaires capables de prélever des commissions très élevées sur le prix d'une chambre, "ce qui n'a pas de sens dans un modèle sain viable à long terme, poursuit-il. Certaines start-up étudient actuellement ce sujet de la distribution hôtelière, car bon nombre d'entrepreneurs prennent conscience que si un acteur est capable de prendre des commissions allant de 15 à 25 %, c'est qu'il existe des possibilités de bouleverser ce marché, en étant moins gourmand et en proposant davantage de services additionnels."

En arrêtant d'empiler intermédiaires et intégrateurs, dont certains représentent simplement une valeur ajoutée technique, le secteur gagnera en simplicité. Le gain est également une transparence et un meilleur accès à la tarification, ainsi qu'un prix réduit pour le client final en raison du coût de l'intégrateur qui disparaît pour l'hôtelier. Le volet intégration hôtelière représente également un problème par rapport au RGPD dans le contexte actuel. "L'intégrateur concerné peut être amené à travailler avec un autre intégrateur pour obtenir d'autres contenus. La traçabilité peut alors être mise en difficulté. La gestion de l'accès aux données personnelles est de ce fait bien plus complexe que lorsqu'on est en contact direct", ajoute Tristan Dessain-Gelinet.

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet