En ce moment En ce moment

Voyage d'affaires : mieux comprendre l'Amérique Latine

Publié par Lisa Henry le - mis à jour à
Voyage d'affaires : mieux comprendre l'Amérique Latine
© marchello74 - Fotolia

A l'heure ou les frontières se ferment une par une, SOS international fait le point sur la situation en Amérique Latine. Comment s'organisent les pays en terme de mesures sanitaires, et quelles sont les conséquences qu'ont eu la Covid-19 sur sa population et son économie ?

Je m'abonne
  • Imprimer

Si la pandémie a bousculé l'économie du monde entier, l'Amérique Latine est particulièrement touchée. L'instabilité politique des pays qui la composent, ne fait qu'augmenter face à la détresse des populations qui souffrent de plus en plus d'inégalité économiques et sociales. Les mesures sanitaires n'arrangent rien aux difficultés à trouver un emploi stable et déclaré. Le chômage a toujours été élevé là-bas, en comparaison aux autres régions du monde, et le secteur informel occupe une place importante dans l'économie. Au Mexique, une étude de SOS Interntional estime que 50% de l'économie est informelle. Dans ce contexte, il est difficile de s'assurer du bon respect des protocoles d'hygiène et de distanciation.

Bloomberg a analysé la résilience à la Covid-19 de 53 économies de plus de 200 milliards de dollars. Il en ressort que le Mexique se classe dernier du classement, l'analyse tenant compte de critères tels que la gestion de la pandémie, le nombre de victimes et les restrictions en vigueur (fermeture des commerces, restriction des déplacements). Juste devant le Mexique on trouve l'Argentine et le Pérou.

Les profondes inégalités qui marquent l'Amérique Latine ont rendu les mesures contre la Covid compliquées pour une majeure partie de la population. Au Brésil, les favelas ont été très touchée par la crise sanitaire, et complétement délaissées par le gouvernement Bolsonaro. Ce sont les gangs qui se sont chargé des distributions de masques, savons et denrées alimentaires, et ont instauré un couvre-feu dans certaines favelas de Rio. Bien que la petite criminalité ait diminué du fait de moins de circulation dans les rues, le crime organisé a augmenté; réponse à la perte d'emploi et l'appauvrissement de la population face aux mesures sanitaires.

Dans l'Etat du Zacatecas, au nord de Mexico, les huit premiers mois de 2020 ont vu une augmentation de près de 90% des homicides par rapport à l'année précédente. Les autorités locales ont attribué cette violence à l'escalade d'une guerre de territoire entre le cartel de la nouvelle génération de Jalisco et le cartel de Sinaloa. En Colombie, des groupes armés ont décidé de mesures de confinement et diffusé des conseils de santé dans les zones rurales. De même, les circonstances actuelles ont contribué à l'augmentation du recrutement dans les groupes armés colombiens. Ces groupes continuent à se tourner vers d'autres sources de revenus en dépit du ralentissement économique, telles que les opérations minières illicites, au-delà du trafic de drogue traditionnel. Dans tous ces cas, les bandes criminelles organisées ont comblé le vide laissé par l'État, posant les bases d'une expansion de leurs activités.

2021, une année électorale sous tension ?

Plusieurs élections doivent avoir lieu cette année et la gestion de la crise de la Covid-19 est au coeur des débats et promesses de campagnes. Beaucoup impliqueront des débats controversés et des manifestations susceptibles de perturber leur déroulement. Le 7 février 2021, l'Équateur a organisé des élections générales. Le dauphin de l'ancien président, Andrés Arauz, est arrivé en tête et affrontera donc le candidat écologiste Yaku Pérez lors d'un second tour le 11 avril. Au Salvador, le président Nayib Bukele, perçu comme populiste et autoritaire, est candidat à sa propre succession le 28 février. Au Pérou, les élections générales du 11 avril donnent aux électeurs un moyen d'exprimer leur opinion sur la mise en accusation controversée du président Martin Vizcarra, qui avait déclenché de vastes manifestations en novembre et une crise politique. En novembre 2021, le Honduras, le Nicaragua et le Chili organiseront des élections générales dans un climat d'oppositions et de manifestations.

Cette Amérique Latine particulièrement affectée par la Covid-19 et par l'instabilité politique et un terrain miné pour les voyageurs d'affaires, et la situation ne semble pas prête de s'améliorer.

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet