Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

[Etude] Les embauches de cadres reprennent

Publié par Lisa Henry le | Mis à jour le
[Etude] Les embauches de cadres reprennent
© vectorfusionart - Fotolia

Après une année 2020 marquée par un recul des embauches et une mobilité ralentie, l'horizon semble se dégager pour les entreprises qui reprennent confiance. L'Apec observe cette tendance dans trois études concomitantes qui confirment le redémarrage des embauches de cadres au troisième trimestre.

Je m'abonne
  • Imprimer

Le redémarrage des entreprises se concrétise, avec des recrutements cadres et un niveau d'offres d'emploi en hausse, confirmant la tendance du printemps dernier. 14% des entreprises ont embauché au moins un cadre au second trimestre 2021, soit 2% de plus qu'au trimestre précédent selon trois études de l'Apec*. Cette hausse est notamment portée par les "services à forte valeur ajoutée", traditionnellement pourvoyeurs d'emploi de cadre, qui représentent 57% des recrutements prévus en 2021. Cette reprise se traduit également par un volume d'offres d'emploi qui retrouve un niveau proche de celui d'avant crise (-6% d'offres entre le second trimestre 2021 et celui de 2019). En juin 2021, c'est ainsi la première fois depuis le début de la crise sanitaire que les offres d'emploi retrouvent une évolution positive, par rapport à juin 2019.

L'une des raisons de l'augmentation des prévisions d'embauche selon ces études, est la hausse du moral des entreprises. Au trimestre 2021, 54% des entreprises se disent désormais capables d'anticiper leur activité, soit 8% de plus qu'au deuxième trimestre. Une grande majorité affiche une confiance dans l'évolution de leur carnet de commandes (78% contre 65%). Cette confiance se confirme, quelle que soit la taille de l'entreprise, tous secteurs confondus. Portées par ce regain d'optimisme, 12% des entreprises, soit 2% de plus qu'au quatrième trimestre de 2020, prévoient de recruter au moins un cadre au troisième trimestre 2021. Dans le peloton de tête, on retrouve les services à valeur ajoutée (21%), mais également les entreprises de la construction (12%).

Des difficultés qui perdurent

Selon les trois études : "Avec 247 000 recrutements de cadres attendus en 2021, le redémarrage n'est pas sans conséquence sur les difficultés d'embauche." Elles s'étaient atténuées en 2020, à cause de la crise, mais les tensions structurelles, elles, n'ont jamais disparu. Ainsi, le faible nombre de candidatures reçues demeure le principal écueil auquel sont confrontées les entreprises et, comme avant la crise, les tensions concernent principalement les métiers de l'informatique et des études-R&D. A la faveur de la reprise, ces difficultés devraient s'accentuer. Pour le troisième trimestre 2021, près de 8 entreprises sur 10 (76%), qui envisagent de recruter un cadre, pensent avoir du mal à trouver les compétences qu'elles recherchent.

Pourtant, face à ces difficultés immuables, les critères d'embauches n'évoluent pas. 45% des entreprises continuent de favoriser les compétences techniques aux fameuses "softskills". Selon l'APEC : "malgré des difficultés de recrutements multidimensionnelles, il semble que les entreprises n'aient pas encore consenti à procéder à certains ajustements sur certains critères comme l'expérience, voire à se tourner vers des profils qui pourraient faire la différence grâce à leurs compétences comportementales."

Autre méthode de recrutement qui ne bouge pas malgré les évolutions : les canaux de sourcing qui ont fait leurs preuves. Les trois études citent ici la diffusion d'offres d'emploi, la mobilisation du réseau ou encore l'examen des candidatures spontanées. "Ces trois canaux demeurent des valeurs sûres pour les entreprises qui les plébiscitaient déjà avant la crise."

La mobilité reprend chez les moins de 35 ans

Elle était en baisse en 2020, la mobilité professionnelle est principalement observable chez les cadres de moins de 35 ans. Habituellement plus enclins à changer d'entreprise, dans un contexte de crise, seuls 9% d'entre eux ont réalisé un changement en 2020, contre 14% en 2019 et 18% en 2018.

En juin 2021, les perspectives de changement attirent à nouveau, avec 20% de cadres de moins de 35 ans qui envisagent une mobilité externe dans les trois mois, 4% supplémentaire par rapport à septembre 2020.

Ce vent de renouveau n'existe pas que chez les moins de 35 ans : 51% des cadres voient aujourd'hui le changement d'entreprise comme une opportunité plutôt qu'un risque (6% de plus qu'en mars 2021). Un changement qui se traduit également par l'envie de se reconvertir (34%), de s'installer à son compte (25%) ou de s'éloigner de son lieu de travail pour gagner en qualité de vie (28%). Si 45% des cadres envisagent de déménager à plus ou moins long terme pour bénéficier d'un meilleur cadre de vie (62%), 39% d'entre eux changeraient de région.

* Trois études menées par l'Apec : Panorama 2021 des mobilités cadres, pratiques de recrutements des cadres 2021 et le baromètre des intentions de recrutements et de mobilité au 3e trimestre 2021.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande