Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Revue de presse achats - semaine du 18 avril

Publié par le | Mis à jour le
Revue de presse achats - semaine du 18 avril

Vous n'avez pas eu le temps de "surfer" cette semaine ? La rédaction a sélectionné, pour vous, des articles parus sur le Web et susceptibles de vous intéresser. Bonne lecture.

Je m'abonne
  • Imprimer

Nouvelles craintes sur les centrales d'EDF

Un scénario noir prend forme pour le parc nucléaire d'EDF. Certains des réacteurs du modèle de 900 mégawatts (MW), qui est le plus ancien et le plus répandu dans son parc nucléaire, seraient concernés par un défaut de série déjà constaté sur les autres modèles plus récents. Après un contrôle ciblé réalisé lors d'un arrêt décennal, un réacteur de la centrale de Chinon appartenant à cette catégorie présente des «indications» selon lesquelles il serait touché par le phénomène de «corrosion sous contrainte», indique l'électricien. >> Lire l'article complet sur le site du Figaro

Dakar : une pénurie de kérosène annoncée oblige Air France à adapter ses vols

La compagnie aérienne française qui dessert la capitale sénégalaise quotidiennement a adapté sa liaison en ajoutant une escale technique sur le vol retour vers Paris. « Suite à cette situation, nos vols Dakar-Paris font une escale à Las Palmas », aux îles Canaries, pour leur ravitaillement, a indiqué mardi à l'AFP un porte-parole d'Air France à Paris. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Aux Etats-Unis, les pénuries touchent aussi les laits infantiles

Selon NPR, ces produits subissent une triple pression : l'inflation, les perturbations sur les chaînes d'approvisionnement provoquées par la pandémie (notamment en Chine), mais aussi plusieurs rappels de produits. En février, Abbott , l'un des plus grands fabricants de lait maternisé aux Etats-Unis, a annoncé le rappel de certaines références à cause de suspicions de contamination par les bactéries Cronobacter sakazakii et Salmonella . >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Juni, la néobanque pour e-commerçants, débarque en France

Outre ces produits assez classiques pour une néobanque, elle se connecte à des outils très utilisés par les sites d'e-commerce comme Google Ads. Cette intégration permet d'obtenir des informations en temps réel sur le suivi des dépenses de publicité. "Nous regroupons ainsi toutes les transactions financières pour permettre à nos clients d'avoir une vision large de leurs finances", résume Samir El-Sabini, cofondateur et PDG de Juni. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Waste Marketplace rationalise la gestion des déchets du BTP

L'application Waste Marketplace résout tous les "irritants" liés à la question des déchets. "Par soucis de simplicité, les conducteurs de travaux ont tendance à chercher un prestataire unique pour tous leurs indésirables. Pourtant, c'est un métier de spécialistes par nature", explique Jérôme de Tomasi. Waste Marketplace se positionne comme un courtier en déchets qui prend en charge toutes les catégories, solides, liquides, inertes, dangereuses, à l'exception des déchets radioactifs. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

RSE

La guerre en Ukraine va-t-elle accélérer la fin des énergies fossiles ?

Rester sous les 1.5 degrés implique que les émissions doivent commencer à baisser dès maintenant, et ce sera une mission impossible si elles n'ont pas atteint un pic en 2025. Il faut ensuite atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. Moins de 30 ans pour changer un système construit pendant 150 ans - plus de 80% de notre énergie primaire provient encore d'énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon). Une nécessité que la guerre en Ukraine a remis au premier plan en posant la question de notre énorme dépendance aux énergies fossiles, qui sont responsables de près de 75% des émissions de CO2. Pour autant, cette guerre va-t-elle servir de catalyseur ? >> Lire l'article complet sur le site de Capital

La désillusion gagne l'agriculture bio

Vendues à bon prix il y a encore trois ans, les pommes issues de l'agriculture biologique ont vu leur valeur divisée par deux depuis, pour se rapprocher dangereusement de celle des pommes conventionnelles (40 centimes le kilo), déplore l'agricultrice, qui dirige par ailleurs la Fédération nationale des producteurs de fruits (FNPF). Et ce alors même que les rendements sont bien moindres et qu'il a fallu investir dans des nouveaux plants, un autre système d'irrigation, un engrais de fumier... >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Ces start-up qui veulent réinventer l'oeuf avec des protéines végétales

Les produits de Tamago Food sont surtout "destinés à des usages professionnels", même s'ils peuvent également être achetés en ligne par des particuliers ou dans quelques épiceries spécialisées. La formule se veut écologique. "Notre empreinte carbone est 99 % plus faible pour une bouteille d'un litre par rapport aux ovoproduits (les oeufs sans coquille utilisés par les professionnels, NDLR)", poursuit l'entrepreneuse. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Bois d'ameublement : comment choisir un matériau durable ?

Autre critère pour définir une filière durable du bois selon l'ONG, celle de la qualité de la gestion des forêts. Selon Daniel Vallauri, peut être considéré comme durable un bois issu d'une forêt dont la gestion prend en compte la biodiversité, la déforestation ainsi que les peuples autochtones dans le cas des pays tropicaux. Car la forêt n'est pas seulement un puits de carbone. C'est aussi "le refuge de 90 % de la biodiversité terrestre, un moyen de stabiliser les sols, un lieu de loisir, de travail et de vie" , précise Aurélien Sautière, directeur exécutif de l'écolabel FSC. >> Lire l'article complet sur le site de l'ADN

Commande publique

Face aux pénuries, les acheteurs publics font preuve de souplesse

Quel est l'impact de la crise des matières premières et des difficultés d'approvisionnement sur les marchés publics ? Une note de conjoncture de l'UGAP, la centrale d'achat public généraliste, soulignait en octobre 2021 leurs conséquences sur son offre dans quatre secteurs : véhicules, matériels informatiques, mobilier et équipement général, matériels et consommables médicaux."Les pénuries touchent particulièrement les métiers du bâtiment, complète Julie Aguinalin, consultante et formatrice en marchés publics. La variation des prix des matériaux entraîne une augmentation des devis." >> Lire l'article complet sur le site de Décision Achats

Supply

Semi-conducteurs pour les constructeurs automobiles : pénurie jusqu'en 2024 ?

En plus de l'épidémie de Covid-19 qui sévit en Chine, le conflit en Ukraine devrait conduire à rallonger encore le phénomène. Le constructeur allemand Volkswagen, fait le même constat. Selon lui, "même si les goulots d'étranglement commenceront probablement à se résorber vers la fin de cette année, avec un retour au niveau d'avant-crise sanitaire dès 2023, l'insuffisance structurelle de l'offre de semi-conducteurs perdurera jusqu'en 2024". >> Lire l'article complet sur le site de Stratégies Logistique

Le roi du matériel électrique Sonepar se dote d'une place de marché

La Société de Négoce et de Participation (Sonepar) créée en 1969 par la famille Coisne et présidée aujourd'hui par Marie-Christine Coisne-Roquette n'en est pas là. "Notre place de marché mettra douze à quatorze mois à se mettre en place" prévoit Jérémie Profeta, directeur du digital et membre du comité exécutif du groupe fondé dans le Nord sur les bases d'une entreprise textile centenaire. Elle commencera à être opérationnelle fin 2022. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Un vent d'optimisme souffle sur les principaux ports français

Quand les ports du nord de l'Europe toussent, les ports français sourient. C'est un peu le bilan de l'année 2021. Les géants Anvers (Belgique) et Rotterdam (Pays-Bas) ont, certes, enregistré des hausses de leur trafic, après une année 2020 marquée par la pandémie de Covid-19. Mais ces hausses sont bien modestes (+ 7,3% à Rotterdam, + 3,8% à Anvers) comparées au dynamisme des ports français. Le Havre, le numéro un hexagonal, a par exemple enregistré un bond de 28 % de son trafic l'an dernier. "Nous avons franchi le cap très symbolique des 3 millions de conteneurs", se félicite Stéphane Raison, le directeur général d'Haropa Port, l'établissement public qui regroupe tous les ports de l'axe Seine, depuis Le Havre jusqu'à Paris en passant par Rouen. >> Lire l'article complet sur le site du Figaro

Décarboner le transport maritime : les chargeurs sont-ils prêts à payer ?

Certains armateurs ont déjà engagé des démarches, comme CMA CGM qui a déjà entrepris de verdir l'un de ses plus grands porte-conteneurs ou Maersk a, pour sa part, commandé huit nouveaux navires pouvant fonctionner au méthanol de synthèse, ou « e-méthanol », un carburant neutre en carbone. Mais les clients des armateurs sont-ils prêts à payer le prix de cette transition ? Selon une étude du Boston Consulting Group, 71% des grandes entreprises clientes du transport maritime se disent prêtes à accepter un surcoût pour du transport décarboné, dans la limite de 2% du prix d'un conteneur en moyenne. >> Lire l'article complet sur le site de Stratégies Logistique

La digitalisation des factures transport, un levier de compétitivité

Aujourd'hui encore, le marché du transport souffre de sa faible digitalisation. À la complexité tarifaire et contractuelle, s'ajoute un lourd volume de données presque impossible à appréhender. Résultat, une absence de visibilité consolidée sur la dépense qui mène invariablement à deserreurs de perception et à des dérives de coûts durables. >> Lire l'article complet sur le site de Décision Achats

IT

Onoff Business, des numéros de téléphones mobiles professionnels hébergés dans le Cloud

La solution Onoff Business offre aux entreprises la possibilité de disposer de numéros de téléphone dans le Cloud afin de les attribuer aux salariés en seulement quelques clics. Cette technologie fonctionne via l'application et sur n'importe quel appareil déjà équipé d'une carte SIM. >> Lire l'article complet sur le site de Décision Achats

Fleet

Eric Laforge, Stellantis : "Les VU électriques représenteront un tiers de nos ventes en 2025"

"Le marché du véhicule électrique est aujourd'hui porté par les géants du secteur, comme DHL par exemple. Mais nous estimons que les véhicules électriques représenteront un tiers de nos ventes en 2025 et 75 à 80 % en 2027. Pour rappel, la part de marché de l'utilitaire électrique était de 5 % en 2021. Avec notre offre électrique, nous couvrons tous les segments de l'utilitaire." >> Lire l'article complet sur le site du Journal des Flottes

Les ventes de voitures se sont effondrées de 20 % en Europe en mars

L'arrêt d'usines ukrainiennes s'est ajouté aux pénuries de composants électroniques et aux problèmes de livraison qui minent l'industrie automobile depuis le printemps 2021. L'Ukraine est notamment le principal fournisseur européen de faisceaux de câblage, des pièces décrites comme le "système nerveux" des voitures. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Renault fait de la concession le point de départ vers la transition électrique

Dans quelques jours, la nouvelle Megane e-Tech électrique arrivera en concession dans le réseau Renault. Un enjeu de taille pour la marque française qui accueille ainsi son renouveau dans le segment C et surtout le troisième véhicule particulier électrique de la gamme après la Twingo et la Zoé. Alors que la marque a réalisé 13% de ses ventes avec ses versions électriques sur le premier trimestre 2022, l'arrivée de la Megane e-Tech doit permettre de franchir un nouveau cap. Le modèle fabriqué en France, à Douai dans le Nord, est proposé dans 12 versions dont 11 affichent des tarifs inférieurs à 45 000 euros et bénéficient donc du bonus maximum de 6 000 euros. >> Lire l'article complet sur le site du Journal des Flottes

Carrière / RH / Management et .... autres

Les entreprises ont continué d'embaucher au premier trimestre en France

En rythme annuel, elles affichent une envolée de 26,5%. Même si, sur le trimestre, elles enregistrent un léger repli de 0,5% par rapport à la fin de l'année 2021, les embauches restent « sur le niveau haut atteint au troisième trimestre 2021 (plus de 2,4 millions par trimestre) », période au cours de laquelle elles avaient atteint un pic historique. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Emploi : les fonctions achats et supply chain en forte hausse

Le cabinet Robert Walters révèle ainsi que la tendance globale du marché de l'emploi au premier trimestre 2022 est en hausse avec 56% d'offres d'emploi supplémentaires. Certaines fonctions se démarquent tout particulièrement, dont les achats et la supply chain, en forte progression en ce début d'année. >> Lire l'article complet sur le site de Décision Achats

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande