Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

GRDF mise sur des stratégies de marchés anticipées, globales et partagées

Publié par le - mis à jour à
GRDF mise sur des stratégies de marchés anticipées, globales et partagées

GRDF veut structurer son écosystème partenarial. Il est un moyen de satisfaire aux enjeux de la branche et de soutenir ses partenaires externes.

Je m'abonne
  • Imprimer

Même les grands groupes ont parfois besoin de dépoussiérer leurs habitudes pour accompagner la croissance de leurs activités. GRDF a ainsi innové en se dotant d'un Schéma directeur d'investissement (SDI), afin d'honorer son Contrat de Service Public (2019-2023) en matière de sécurité du réseau et de transition énergétique et de maitriser ses coûts et investissements selon les évolutions de la réglementation. Cet outil de pilotage fournit une trajectoire pour l'année N+1 et donne une vision à 30 ans des travaux de réseau et prestations annexes à réaliser, permettant d'anticiper les stratégies d'achat et les investissements de maintenance et de développement des réseaux. Le but recherché étant de parvenir à construire et nourrir un écosystème partenarial basé sur la confiance. "Nous devons revoir nos offres et nos prescriptions et continuer de capter et de séduire des partenaires externes, même les plus historiques", met en avant Mélody Barrière, Pilote de segments à la Direction des achats et approvisionnements de GRDF.

Créer des passerelles entre les interlocuteurs

Pour son ébauche, le SDI nécessitait, à l'été 2020, la rédaction d'une feuille de route par les six régions et la direction technique et Industrielles de GRDF. Par la suite, "Il a fallu traduire cette culture comptable en termes d'achats (durée, prestations, matériel...) de manière à rapprocher des univers qui ne parlent pas forcément le même "langage" et/ou qui travaillent généralement en silo" , traduit Mélody Barrière. Ces données qualifiées ont ensuite été communiquées à l'ensemble des parties prenantes, des acheteurs vers les partenaires externes, afin d'instaurer un dialogue constructif entre toutes les entités opérationnelles. Cela a participé à allouer davantage de visibilité et de transparence sur les marchés à venir et les conditions tarifaires, créant des passerelles entre les interlocuteurs. Mais pas suffisamment. "Nous nous sommes rapidement rendus compte qu'il fallait descendre d'une maille, en spécifiant l'approche par zone ; d'autant que notre panel fournisseurs est constitué à 70% par des TPE-PME", explique Mélody Barrière.

A terme, cette manière de procéder doit améliorer le respect des engagements et la performance financière, en amenant notamment les clients internes à s'engager sur des contrats plus longs et/ou en massifiant avec des marchés pluridisciplinaires. Pour l'heure, la maturité des interlocuteurs locaux joue pour beaucoup dans l'adoption du dispositif. "L'harmonisation des pratiques a lieu à plusieurs vitesses selon les localisations et les habitudes prises. Il nous faut encore parfois convaincre du bien-fondé de stratégies de marchés anticipées, globales et partagées", reconnait Mélody Barrière. Les nouvelles feuilles de route, notifiées en décembre 2021, le confirment. Et font état des enjeux à venir, avec la nouvelle réglementation environnementale des bâtiments neufs (RE2020) et la progression du biométhane. "2022 sera une année de pointe avec pleins de projets de raccordements, une troisième révolution gazière autrement dit" , conclut Mélody Barrière.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande