Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Publié par Eve Mennesson le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

Cap sur l'innovation

Au sein du groupe Michelin, on ne relocalise pas mais on développe de nouvelles activités. Par exemple, une unité industrielle de bio-butadiène (le butadiène est le produit à partir duquel sont fabriqués les élastomères de synthèse) est en train de se monter en France.

Hélène Paul

"Ce projet se fait en partenariat avec d'autres acteurs afin de développer une nouvelle filière de matériau durable", a indiqué Hélène Paul, directrice achats du groupe Michelin. Le groupe a également créé une joint-venture avec l'équipementier Faurecia autour du producteur Symbio afin de produire des piles à combustible pour les voitures à hydrogène

L'innovation est donc un moyen de faire face à certains risques émergents."Vis-à-vis de la question du plastique, nous agissons sur une réduction de la résine brute dans nos principaux contenants. Pour préparer l'avenir, nous venons de constituer un consortium de quelques sociétés locales de la cosmétique appuyé par la région Sud et le Cosmed (association professionnelle de la filière cosmétique en France - NDLR), afin de tester des solutions en remplacement du plastique, ceci auprès de nombreuses sources d'innovation mondiale ; nous bénéficierons d'une priorité si l'une d'elle permettait une alternative au plastique", a raconté Stéphane Faustin-Leybach.

Cette innovation passe donc par un partenariat avec ses fournisseurs qui se traduit souvent par un réel accompagnement de ces derniers. "Nous faisons monter en compétence nos fournisseurs afin qu'ils soient en capacité de nous livrer avec la flexibilité qui va bien", a révélé Stanislas Landry, directeur achats groupe d'EDF.

Nathalie Saint-Martin

Chez Faurecia, un plan d'action est co-défini avec les fournisseurs afin de les aider à être plus résilients face à des conditions de marché extrêmes. "Dans un contexte complexe et incertain comme nous le vivons actuellement, la proximité avec notre écosystème est essentielle. Par exemple, nous organisons des échanges réguliers entre l'exécutif Faurecia et nos fournisseurs pour discuter des tendances de marché et réfléchir ensemble à la création d'écosystèmes innovants", a raconté Nathalie Saint-Martin, directrice des achats de Faurecia. Elle dit s'attacher à la performance à court terme, cruciale, mais aussi à l'innovation qui permettra au groupe d'atteindre son ambition de neutralité CO2 à 2030.

Pierre Villeneuve a invité à accepter le droit à l'erreur sur ce type de projets innovants. "Nous avons mis en place une filière de peinture à base d'algues dont les résultats étaient moins bons que prévus. Mais cela a permis de développer des entreprise et des emplois", a-t-il souligné. Toujours en termes d'innovation, le directeur achats de la plateforme régionale des achats de l'État en Bretagne travaille avec un laboratoire d'innovation afin d'anticiper, grâce à une outil d'intelligence artificielle, quels achats seront nécessaires dans le cadre de travaux à 3, 5, voire même 10 ans.

Impact sur les équipes

Pour répondre aux risques grandissants, les décideurs achats sont aussi en train de revoir la constitution de leurs équipes."Pour faire avancer les achats et couvrir les aléas des risques, il faut changer les profils notamment sur les achats stratégiques, c'est-à-dire chez nous les matières premières", a témoigné Max Rossigneux. Son problème : le sentiment de rechercher le mouton à 5 pattes, c'est-à-dire des personnes qui ont un niveau de compétence fort dans les matériaux achetés tout en ayant un profil de développeur. "Nous essayons donc de faire monter en compétences achats des ingénieurs qui travaillent déjà dans nos usines", a-t-il rapporté.

Le groupe Michelin a contourné ce problème en constituant des binômes. "Les acheteurs de matières premières travaillent en partenariat avec des personnes spécialistes des matériaux ; sur les achats industriels, ils travaillent avec quelqu'un de l'ingénierie", a-t-elle indiqué.

Stanislas Landry

Stanislas Landry a lui aussi opté pour cette solution des binômes, afin d'identifier les leviers de valeurs en amont de la contractualisation : "Les acheteurs travaillent en binôme avec les prescripteurs et des business analysts accompagnent les acheteurs et les category managers afin de mener des études de marché et de donner des éléments de costing et de pricing. Mon objectif est d'anticiper", a-t-il raconté.

De par sa position de membre du conseil d'administration du CNA (Conseil national des achats), Jean-Michel Mardelle observe des évolutions au sein des directions achats de différentes entreprises, dont il a fait part lors de cette table-ronde. Au niveau des équipes, il commence à voir apparaître des statisticiens et prévisionnistes au sein des équipes achats. "Il s'agit de véritables spécialistes en achats à terme qui travaillent sur les positions futures des cours des matières premières à l'échelle internationale", a-t-il précisé.

Eric Bouret, CPO de Bouygues Construction, également nominé au Trophée du Décideur Achats de l'année, n'a pu participer à ces échanges, mais son portrait est à lire ici.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles