Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Publié par Marie-Amélie Fenoll le | Mis à jour le
© alphaspirit - stock.adobe.com

Je m'abonne
  • Imprimer

Mais, en amont de la chaîne, ce sont les approvisionnements et les fournisseurs qui "ont brutalement fait défaut, avec peu d'anticipation. Certains industriels ont par exemple découvert que leurs stocks de composants électroniques avaient atteint des seuils critiques de rupture, n'ayant pas été informé de l'arrêt par leurs fournisseurs. Les impacts ont été par conséquent lourds dans leurs opérations. D'autres industriels nous ont avoué que les stocks excessifs liés à une "mauvaise gestion de la supply chain" les avaient protégés mais pour combien de temps? ", s'interroge Alain Galloni ...

Etre au chevet de ses fournisseurs

Si la crise du coronavirus impacte toute les strates de l'entreprise, les fournisseurs sont les premiers à être touchés de plein fouet, "A la manière des médecins au chevet de leurs patients, les acheteurs doivent veiller à prendre soin de leurs fournisseurs stratégiques les plus fragiles. Et prendre des mesures pour les aider comme par exemple promouvoir le paiement au comptant", souligne Elvire Regnier Lussier, qui a notamment dirigé les achats d'Avril, Bouygues Bâtiment International, Colgate-Palmolive Personal Care et le programme corporate de partenariat fournisseurs pour le groupe Unilever.

Les entreprises sont conscientes de l'importance de la gestion de leurs relations fournisseurs surtout en temps de crise. Car, c'est tout un écosystème qui est en danger."C'est le principe de l'entreprise étendue", selon les termes de Pierre Rougier de Kepler. C'est donc tout naturellement que le médiateur des entreprises s'est saisi à nouveau du sujet des délais de paiement en appelant les entreprises à "davantage se financer auprès de l'Etat pour préserver leurs fournisseurs".

Le danger des délais de paiement

"En situation de crise, il faut communiquer quotidiennement auprès de ses fournisseurs, continuer à les cartographier par zones à risques, renseigner son SRM et échanger en temps réel avec eux sur les stocks disponibles ou encore accepter certaines augmentations de prix pour sécuriser ses approvisionnements", détaille Olivier Audino, expert achats et p-dg de Buy Made easy. Accompagner ses fournisseurs passe aussi par un soutien financier à l'image du groupe Danone, dont le CEO Emmanuel Faber qui vient d'annoncer avoir pris des "mesure radicales pour renforcer la résilience des équipes et de la chaîne de valeur du groupe afin d'assurer la continuité des approvisionnements alimentaires dans le monde entier". Cela passe notamment par un soutien financier de 250 millions d'euros aux 15 000 petites entreprises de l'écosystème mondial (agriculteurs, fournisseurs, prestataires), "financés par les flux de trésorerie de Danone".

Scénario de sortie de crise

Ainsi, lors de la reprise, "la différence se fera entre les directions achats qui auront toujours su entretenir de bonnes relations avec leurs fournisseurs stratégiques. Les fournisseurs qui auront résisté à la crise se souviendront des partenariats établis dans le respect des bonnes pratiques achat, la transparence ...", insiste Elvire Regnier Lussier. Et de faire un parallèle avec la crise des subprimes en 2008, pendant laquelle, les prix se sont effondrés et un grand nombre de fournisseurs ont fait faillite. "Avant 2008, le marché était clairement favorables aux acheteurs, suite à cette crise financière de nombreux fournisseurs ont disparu, les meilleurs fournisseurs ont alors été en position de choisir leurs clients", conclut-elle.

Lire la suite en page 3 : sortie de crise et modèles achats résilients


Je m'abonne
Marie-Amélie Fenoll

Marie-Amélie Fenoll

Journaliste

Journaliste depuis près de 6 ans, j’ai rejoint l’univers des achats et de la presse professionnelle en 2010. Un nouveau monde s’est ouvert à moi sur le [...]...

Voir la fiche

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles