En ce moment En ce moment

Revue de presse achats (semaine du 23 au 27 juillet)

Publié par le - mis à jour à
Revue de presse achats (semaine du 23 au 27 juillet)
© creatarka - Fotolia

La rédaction vous propose une sélection d'articles parus cette semaine sur les sites de nos confrères qui vous intéresseront probablement car ayant trait aux achats privés et publics, à la supply, à la RSE, entre autres, mais aussi aux RH et au management. Bonne lecture!

  • Imprimer

Tesla demande des ristournes à ses fournisseurs

Afin d'améliorer sa profitabilité, le constructeur américain réclame un escompte "significatif" à des fournisseurs sur des contrats passés depuis 2016. Une démarche rare. Citant des experts du secteur, le Wall Street Journal juge habituel de demander des réductions sur des programmes en cours, mais pas sur des contrats déjà payés. Tesla, contacté par le quotidien, considère cette requête comme normale : "négocier est une pratique tout à fait ordinaire dans le processus d'approvisionnement". Le constructeur précise que seuls "10 fournisseurs" ont été contactés, pour une "réduction des dépenses totales" sur des projets "qui ne sont pas encore terminés".
> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Fusions : nouvelle flambée historique des prix des PME

Le prix d'acquisition des entreprises de taille moyenne en Europe frôle les 10 fois l'excédent brut d'exploitation (Ebitda). Du jamais vu, même à la veille de la tempête financière de 2008. Cette flambée a surtout affecté les transactions inférieures à 150 millions d'euros, explique l'indice Argos ce mardi. Au premier semestre, les fusions-acquisitions sur le segment des PME ont reculé de 10 % en volume et de 25 % en montant par rapport à la deuxième partie de l'année 2017. Une tendance qui contraste sur le long terme avec la dynamique des grosses acquisitions du M & A, dont les volumes continuent de croître. En réalité, l'envolée des prix sur le segment des PME s'auto-alimente car les cibles attractives sont de plus en plus rares.
> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Bruxelles dénonce les prix imposés par des fabricants aux e-commerçants

Les fabricants d'électronique grand public Asus, Philips, Pioneer et Denon & Maranz ont été condamnés mardi à un total de 111 millions d'euros d'amendes pour avoir sommé des distributeurs en ligne de remonter leurs prix. Le taïwanais Asus écope d'une amende de 63,5 millions d'euros, le hollandais Philips de 29,8 millions, les japonais Pioneer et Denon & Marantz de respectivement 10,2 millions et 7,7 millions d'euros. Bruxelles leur reproche de s'être mis en contact - de 2011 à 2013, 2014 ou 2015 selon les cas - avec des détaillants pratiquant des prix bas pour les sommer de les remonter, en les menaçant de couper l'approvisionnement.
> Lire l'article complet sur le site Les Echos

D'où vient le bitume ?

Les entreprises routières font face à des difficultés d'approvisionnement en bitume. Une matière première utilisée dès l'Antiquité pour ses qualités d'étanchéité. Le bitume est issu du pétrole brut, quand le goudron est un dérivé du charbon. Face à l'ampleur de la demande après la Seconde Guerre mondiale, les gisements de bitume naturels apparaissent vite insuffisants. Il est désormais produit en raffineries à partir de la distillation de certains pétroles bruts. Logiquement, ce sont donc les industries pétrolières qui produisent aujourd'hui le bitume nécessaire aux entreprises routières. Total est ainsi le leader européen sur ce marché. Quelque 12 millions de tonnes de bitume sont consommées chaque année en Europe. Après plusieurs années de baisse due à la décroissance des investissements en construction routière dans plusieurs pays, la demande de bitume est repartie à la hausse depuis deux ans.
> Lire l'article complet sur le site La Croix


Supply chain

Baromètre FNTR : l'activité tranport routier fléchit au 2e trimestre

La Fédération nationale des transports routiers (FNTR) vient de publier son dernier baromètre portant sur l'activité du second trimestre 2018. Les entreprises ressentent un fléchissement des marchés impactant leurs perspectives d'évolution. Un document qui fait état d'un ralentissement de l'activité entre le 2e trimestre 2017 et le 2e trimestre 2018. En cause : une baisse d'un point de croissance dans le commerce de détail et la grande distribution (+ 2,9 %, après + 3,7 % au 2e trimestre 2017), et de 2 points dans l'industrie (+ 0,7 % au 2e trimestre 2018, après + 2,4 % au 2e trimestre 2017). Même tendance dans le secteur de la construction, où elle diminue même de 2,4 % au 2e trimestre 2018, après une hausse 4,8 % au 2e trimestre 2017. De son côté, le coût du gazole progresse toujours puisqu'il est passé à 15 % au 2e trimestre 2018, soit environ 11 points de pourcentage de plus que la hausse enregistrée au 2e trimestre 2017.
> Lire l'article complet sur le site Actu transport logistique


RSE

Le maillot de l'équipe de France à deux étoiles coûte moins de 3 euros à produire en Thaïlande

En Thaïlande, la production de masse du maillot de l'équipe de France à deux étoiles a commencé. Très soucieuse de son image et des éventuelles attaques sur le non-respect des conditions élémentaires de travail, Nike a entièrement sous-traité sa production. Deux ­sociétés, Nanyang Garment et Nice ­Apparel, se partagent la fabrication des maillots de football. Selon l'ONG Clean Clothes, les méthodes de production sont optimisées en permanence : "réduction des minutes passées par ouvrier sur chaque maillot, automatisation et flux ultra-tendus", appuie-t-elle. C'est dans la ville de Khon Kaen, située dans le nord-est du pays, qu'a commencé la production des maillots des Bleus. Il faudra compter trois semaines de bateau (pour un coût unitaire de moins de 3 euros, taxes douanières incluses) pour que les premiers lots arrivent en France où les maillots seront vendu 140 € l'unité.
> Lire l'article complet sur le site Le Jdd

Fraude, corruption : les dirigeants se tournent vers les assureurs

La couverture contre les risques d'enquête pour fraude, corruption et autres entorses à la conformité se généralise. Les assureurs font face à une forte hausse des sinistres. Les cas se multiplient. AIG France, l'un des principaux assureurs en responsabilité des dirigeants (D&O), fait ainsi état, sur son portefeuille, d'un quasi doublement sur les cinq dernières années du nombre de réclamations liées à des enquêtes pour fraude, corruption, malversation et autres entorses à la conformité. Si les grands comptes sont déjà équipés, c'est moins le cas des PME. Ces contrats d'assurance couvrent les frais de défense liés aux enquêtes. Les amendes infligées aux dirigeants ne sont, elles, quasiment jamais prises en charge, sauf exception.
> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Chili : des ingénieurs inventent des sacs en plastique solubles

Une petite révolution ? Des ingénieurs chiliens ont mis au point des sacs en plastique solubles dans l'eau. Cette formule serait non polluante grâce à l'utilisation du calcaire, et non du pétrole, pour fabriquer ces sacs. "La grande différence entre le plastique traditionnel et le nôtre est que le premier va rester entre 150 et 500 ans dans la nature et le nôtre seulement cinq minutes. On décide quand on le détruit", a ajouté Roberto Astete. "À présent, on peut recycler (les sacs) dans sa casserole ou sa machine à laver". Selon eux, le coût de leur produit et son mode de fabrication est similaire à celui des sacs plastique actuels, il suffit de changer la formule.
> Lire l'article complet sur le site RTL

Tampons, serviettes hygiéniques : "améliorer la fabrication pour réduire la présence de substances chimiques", conseille l'Anses

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a publié les conclusions de son évaluation de la composition des protections intimes. Des substances chimiques ont été identifiées dans ces produits en très faible concentration et l'expertise ne met pas en évidence de risque lié à ces substances. L'Anses conseille toutefois aux fabricants d'améliorer leurs process de fabrication et d'améliorer la qualité des matières premières pour éliminer ou au moins réduire au maximum la présence de ces substances chimiques.
> Lire l'article complet sur le site de LSA



Commande publique

[Mobilité propre] Les propositions de l'Etat pour accélérer le covoiturage et l'autopartage

Voies de circulation dédiées, indemnisation de l'employeur, places de stationnement réservées,... A l'occasion de la présentation des mesures de l'Etat en faveur de la mobilité propre et de la qualité de l'air vendredi 20 juillet 2018, le gouvernement a dévoilé quelques pistes de réflexions en faveur du covoiturage. L'Etat propose une charte d'engagements aux collectivités territoriales, à charge pour elles de l'accepter ou non. Cette dernière sera officialisée avec les collectivités le souhaitant le 8 octobre 2018. L'idée est d'aider les collectivités à mettre en oeuvre des zones à faibles émissions (ZFE) afin d'interdire la circulation des véhicules les plus polluants dans ces zones sans (trop) pénaliser les citoyens. Par ailleurs, le gouvernement a annoncé vouloir instaurer des licences pour réguler les services de location de véhicules en libre-service sans stations d'attache tels que les vélos, voitures ou scooters. Ces licences ayant pour but d'aider les mairies à réguler ces nouveaux acteurs.
> Lire l'article complet sur le site L'Usine Digitale

Délais de paiement : les entreprises publiques appelées à leur tour à l'exemplarité

La secrétaire d'Etat Delphine Gény-Stephann demande à Bercy de publier aussi le nom et le montant des sanctions infligées aux entreprises publiques. Trois d'entre elles figurent dans la liste des plus mauvais payeurs publiée ce mardi. Depuis la loi Macron de 2015, les entreprises publiques étaient elles aussi contrôlées et, le cas échéant, sanctionnées financièrement, mais elles échappaient à la contre-publicité du " name and shame ". " Cette extension du name and shame nous a semblé naturelle. Il y a à la fois un devoir d'exemplarité et d'égalité de traitement de toutes les entreprises ", souligne Delphine Geny-Stephann, prévenant : " Nous allons appuyer ces sanctions par des rappels de la réglementation, en particulier dans les comités d'audit où l'Etat siège ".
> Lire l'article complet sur le site Les Echos

KPMG France se renforce dans le secteur public

Le groupe d'audit et de conseil vient d'acquérir le cabinet ENEIS, spécialiste du conseil dans le secteur public, notamment dans les territoires. Pour Françoise Larpin, Associée KPMG, Directrice nationale Secteur Public Local. " Les lois MAPAM (pour Modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles, NDLR), NOTRE (pour Nouvelle organisation territoriale de la République, NDLR) comme la réforme de l'Etat induisent des enjeux très importants de transformation publique dans les territoires, et ENEIS complète notre offre." KPMG France qui fait déjà partie des "Big four" renforce encore sa position sur le secteur du conseil.
> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Marchés publics passés de gré à gré : bientôt une réalité ?

Un projet de décret entend mettre en place une expérimentation relative aux achats innovants et imposer une révision de prix pour les marchés publics portant sur l'achat de produits alimentaires et agricoles. Il prévoit également " quelques mesures d'ajustement " concernant la dématérialisation de la commande publique. Ce texte est soumis du 23 juillet au 10 septembre 2018 à consultation publique. Le texte propose notamment une expérimentation relative aux achats innovants : il autorise les acheteurs à se dispenser de publicité et de mise en concurrence pour certains de leurs achats innovants.
> Lire l'article complet sur le site La Gazette

Démat : Lille Métro aide ses communes à franchir le cap

Pour aider ses communes à passer à la dématérialisation intégrale en octobre prochain, Lille Métropole a recruté un spécialiste chargé de les accompagner, de répondre à leurs questions, et de dédramatiser. Car le passage à l'électronique continue de charrier bien des peurs, notamment de perdre des candidats à l'automne. La dématérialisation intégrale à l'automne, certains s'en font une montagne. "Alors qu'en fait, il faut surtout utiliser pleinement son profil d'acheteur. Ce n'est pas si complexe que cela", tempère Benoit Verwaerde, responsable de la mission pilotage et système d'informations à la direction de la commande publique de Lille Métropole.
>> Lire l'article complet sur le site Achat public

Bercy consulte les acheteurs publics sur un projet de décret

Les récentes annonces du gouvernement (achats innovants, avances ...) sont confirmées dans le projet de décret mis en consultation sur le site Internet de la Direction des affaires juridiques de Bercy. Les vacances estivales sont décidément bien courtes pour les services de Bercy. Depuis aujourd'hui, (lundi 23 juillet) et jusqu'au 10 septembre, les acheteurs publics sont invités à faire des remarques sur le projet de décret portant diverses mesures relatives aux contrats de la commande publique, notamment un seuil de 100 000 € pour les achats innovants. Aujourd'hui un marché public d'un montant inférieur à 25 000 euros peut être passé sans formalités préalables, c'est-à-dire sans publicité ni mise en concurrence. Mais ce pallier pourrait bien bouger s'agissant des achats innovants. Pour rappel, cette mise en consultation avait été annoncée par Delphine Gény-Stéphann, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances.
>> Lire l'article complet sur le site Le Moniteur


IT

Cybersécurité : les entreprises du CAC 40 sont à la traîne

Les entreprises du CAC 40 ont pris conscience de l'importance de la cybersécurité au sein de l'entreprise. Pour autant, la grande majorité des investissements effectués ne reflètent pas de stratégie globale. Et la cybersécurité est encore oubliée lors du lancement de nouvelles innovations. 12,5% des entreprises du CAC 40 ne mentionnent aucun investissement spécifique sur le risque cyber. 75% des entreprises du CAC 40 ont des investissements fragmentés. À l'opposé, seulement 12,5% des entreprises du CAC 40 mentionnent des investissements conséquents, avec une logique de coordination. La cybersécurité est donc loin d'être un reflex pour les entreprises du CAC 40. Par exemple, 46% des entreprises du CAC 40 ont mentionné lancer des projets d'intelligence artificielle, mais aucune d'entres elles n'a fait le lien avec la cybersécurité.
> Lire l'article complet sur le site La Tribune

Les chatbots pourraient faire économiser 11 milliards aux entreprises d'ici 2023

Les secteurs de la banque, la distribution et la santé seraient particulièrement impactés, avec des économies potentielles estimées jusqu'à 11 milliards de dollars par an d'ici 2023, contre 6 milliards pour 2018. Une partie des économies réalisées découle du gain de temps permis par les chatbots. Les heures consacrées au service clientèle, monopolisant les employés par téléphone, ou sur internet, représentent une perte considérable pour les entreprises.
> Lire l'article complet sur le site Les Echos


Mobilité / Fleet

Keolis veut se désengager de la plate-forme VTC LeCab

Le groupe de transport public cherche un acquéreur pour tout ou partie des 51 % du capital qu'il détient. Un peu plus de deux ans après avoir investi dans le marché des VTC, Keolis (filiale à 70% de la SNCF) fait marche arrière. LeCab revendique 8.000 chauffeurs affiliés à sa plate-forme, et une implantation dans plus de 20 villes en France. Mais la plate-forme doit faire face à une concurrence intense, entre Uber, qui continue de dominer largement le marché, et de nouveaux entrants comme TxFy et Heetch, qui mettent en avant des taux de commission plus faibles afin d'attirer les chauffeurs. Dans le même temps, deux autres plates-formes tricolores sont passées dans l'orbite de constructeurs automobiles, qui veulent désormais vendre des voitures mais aussi des services de mobilité : Marcel a été racheté par Renault, et Chauffeur-Privé est désormais contrôlé par Daimler. Dans ce contexte, LeCab apparaît relativement isolé, malgré la taille de son actionnaire de référence (5,4 milliards de chiffre d'affaires).
> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Un nouveau durcissement du malus auto en janvier 2019

Le gouvernement présente ce vendredi le nouveau barème de bonus-malus qui sera appliqué au 1er janvier 2019. Les gros modèles se verront encore plus taxés. Si le malus auto ne coûtera pas plus cher qu'aujourd'hui (de 50 € à 10 500 € selon le niveau de rejets du véhicule), son seuil en revanche sera abaissé de 3 grammes, passant ainsi de 120 à 117 grammes de CO2 rejetés par kilomètre (g CO2/km). Le mouvement ne s'arrêtera pas là. Il a déjà programmé des abaissements successifs du seuil pour les années à venir. "Nous devrions rester sur la tendance actuelle, reprend-on au ministère. A savoir 3 grammes en moins chaque année."
> Lire l'article complet sur le site Le Parisien


RH / Management / Carrière

Canicule et vie de bureau : 30 % de salariés insatisfaits

Difficile pour certains de travailler lorsqu'il fait chaud. Et les sociétés ne sont pas toutes prêtent à trouver des solutions pour leurs salariés. Selon un sondage réalisé par Qapa, agence d'intérim, et Castalie, société d'eau microfiltrée, 46 % des salariés estiment qu'aucune mesure n'a été prise pour faire face aux pics de températures. La majorité (78 %) avoue même que leur entreprise n'est absolument pas préparée pour lutter contre la canicule. Par ailleurs, 29 % constatent que rien n'est mis à la disposition des salariés. Seulement 8 % possèdent un système de climatisation. Sachez que 30°C est la température maximum pour un emploi sédentaire, d'après le CNAM et l'indice WPBG, au-delà de 33 degrés, la productivité chuterait de 85%.
> Lire l'article complet sur le site Les Echos

Moi, manager de transition (1/9)

Lassé de la zone de confort assurée par votre CDI depuis de nombreuses années ? Fatigué par les jeux politiques internes ? Avant de sauter le pas et de rejoindre un vivier de managers de transition, vous ne pouvez échapper à ce questionnement : êtes-vous prêt à prendre des missions et à vous vendre d'une entreprise à l'autre ? Les perles rares ont fréquemment, à leur actif, une première partie de carrière dans une grande entreprise qui leur a donné une vision complète de process huilés. Et ils se sont confrontés, en seconde partie, à des entreprises de taille plus petite au sein desquelles ils ont piloté des projets transverses de transformation.
> Lire l'article complet sur le site Les Echos

L'entreprise agile et stratège dans un monde incertain

Volatil, fragmenté, interconnecté, bouleversé par les évolutions technologiques, notre monde est devenu chaotique. Les entreprises doivent se réinventer pour décider et agir. Une conséquence apparaît, par exemple, très clairement lorsque l'on croise les tendances de l'automatisation du travail grâce à la révolution numérique et à la montée des risques géopolitiques : les comités de direction doivent impérativement se poser la question de leur dépendance technologique. Une autre conséquence de ces tendances est l'importance prise par la propriété intellectuelle et les actifs intangibles. Cela demande donc de repenser l'intégralité de l'activité en cherchant à se focaliser sur ce type d'actifs.
> Lire l'article complet sur le site Les Echos


la rédaction

La rédaction vous recommande

Par Synertrade

premiere vue cette loi peut representer de nouvelles contraintes pour les entreprises ainsi que des risques reputationnels et financiers Mais [...]

Sur le même sujet