En ce moment En ce moment

Mesurer les achats responsables

Publié par le | Mis à jour le
Mesurer les achats responsables

Le manque d'indicateurs de mesure est la principale difficulté rencontrée lors de la mise en place d'une démarche achats responsables. Pour aider les directions achats, il existe aujourd'hui des ressources : la norme ISO 20400, les indicateurs de l'ObsAR et l'outil Indiko achats responsables de l'Afnor.

Je m'abonne
  • Imprimer

"Ce qui ne se mesure pas n'existe pas", rappelle Nathalie Paillon, directrice des opérations et des études de l'Observatoire des achats responsables (ObsAR). C'est pourquoi le manque d'indicateurs de mesure constitue une réelle difficulté pointée par le baromètre de l'association. Une donnée que le baromètre ISO 20400 - du nom de la norme d'avril 2017 dédiée aux achats responsables - a aussi identifiée en septembre dernier. Celui-ci indique, en effet, que seules 27 % des entreprises et organisations déclarent disposer "mieux que partiellement" d'un système de mesure des performances visant à améliorer les achats responsables.

Un pourcentage qui atteint 41 % pour les grandes entreprises et organisations, mais qui plafonne à 26 % pour celles de 500 à 4 999 salariés et à 28 % pour celles de 250 à 499 salariés. Le chiffre tombe même à 7 % pour les entreprises du secteur industriel. "Dans ces métiers où la supply chain est plus longue, l'application de la norme demande davantage de temps", explique Jacques Schramm, associé fondateur d'A2 Consulting, qui a présidé la commission ISO 20400. "La mesure est la seule façon de mobiliser et de motiver les équipes", argumente, de son côté, Jean Bouverot, responsable du service achats du ministère de l'Intérieur. Pour sa part, Jacques Schramm trouve une deuxième vertu aux indicateurs de mesure : "Ils outillent le progrès continu, inscrivent la démarche dans la durée." L'expert tient également à ajouter que "la mesure des achats responsables soutient l'image de l'entreprise à l'extérieur, notamment auprès des investisseurs".

Orientations de la norme ISO 20400

L'enjeu principal de la mesure est souligné par la partie 6.5 de la norme ISO 20400 : "Mesurer et améliorer les performances". Celle-ci préconise une démarche en plusieurs étapes : "définir les éléments de mesure et les indicateurs", "assurer le reporting" et "effectuer les évaluations comparatives (benchmarking)". La norme précise que "les mesures peuvent être qualitatives ou quantitatives et peuvent être appliquées à la fois aux pratiques d'achats et aux résultats". Ces indications s'appuient, bien sûr, sur une définition de l'achat responsable, "achat dont les impacts environnementaux, sociaux et économiques sont les plus positifs possible sur toute la durée du cycle de vie". La norme rappelle que l'achat responsable "contribue à la réalisation des buts et des objectifs de responsabilité sociétale de l'organisation et au développement durable en général", l'inscrivant donc clairement dans le cadre d'une démarche RSE.

Concrètement, comment transformer les grandes orientations en bonnes pratiques ? Le groupe de travail "Indicateurs de mesure et reporting" de l'ObsAR s'est penché sur la question. En juin 2017, il a publié une deuxième édition de son intéressant "Guide méthodologique : la mise en oeuvre des indicateurs achats responsables". "Les indicateurs que l'ObsAR propose permettent de mesurer à la fois les actions menées et leurs résultats, rapporte Nathalie Paillon. Ils peuvent être déployés à différents niveaux, sur différents périmètres. Ces indicateurs constituent un point de départ à partir duquel chaque organisation peut déterminer les indicateurs les plus pertinents pour elle." Dans ce guide, ces indicateurs sont présentés selon deux visions.

La première, la vision "pilotage de la performance des actions achats responsables", classe les indicateurs en cinq catégories : "déploiement en interne", "déploiement en externe", "résultats des fournisseurs en matière de RSE", "résultat de l'entreprise dans ses pratiques d'achats" et "résultat de mesure d'impact des produits et prestations achetés". La vision "métier achats" regroupe, quant à elle, les mêmes ­ indicateurs répartis en quatre autres catégories : "produit", "fournisseur", "processus" et "management". Ce guide, destiné aux adhérents de l'ObsAR, se termine par de précieuses fiches détaillant chaque indicateur.

L'outil Indiko achats responsables

Mais il manquait encore une ressource, un outil pratique de mesure... Alors, en juillet 2017, l'Afnor a lancé Indiko achats responsables. Cet outil, qui intègre les préconisations de la norme ISO 20400, utilise les 14 indicateurs identifiés par l'ObsAR. "Il permet aux entreprises de mesurer leur performance à l'aide d'indicateurs et de faire du benchmark", explique Arnaud Chardon, chef de projet développement Indiko à l'Afnor. Plus de 200 entreprises ont déjà rempli le questionnaire accessible gratuitement en ligne. Et ce n'est qu'un début. En décembre 2018, l'Afnor a signé une convention avec l'Union patronale du Var pour proposer cet outil à ses 5 000 entreprises adhérentes. "Nous ne voulons pas nous contenter de ­rappeler à nos adhérents les grands principes de la RSE, nous voulons les aider à matérialiser les choses", indique David Morlet, chargé de mission RSE à l'Union­ ­patronale du Var.

Norme, indicateurs, outil ... Les ressources existent, mais elles ne donnent pas des recettes à appliquer sans discernement. Il appartient toujours aux directions achats de choisir et de définir les indicateurs les plus appropriés à la mesure de leurs achats responsables. Alors, quels conseils leur donner ? Selon le guide de l'ObsAR, "la mise en place des indicateurs doit être ­progressive et adaptée", "quatre ou cinq indicateurs ­globaux destinés à matérialiser la progression de la démarche" étant suggérés pour commencer. Jean Bouverot abonde dans ce sens et recommande d'avoir "moins d'indicateurs" mais des indicateurs "très suivis, dynamiques, qui évoluent".

Bruno Frel, coordonnateur achats responsables à l'Afnor, conseille de mettre en place des indicateurs de moyens, "mesurer seulement le résultat pouvant être frustrant". Enfin, le guide de l'ObsAR préconise de bien "identifier les périmètres sur lesquels collecter l'information" et de ne pas hésiter à investir "dans les outils nécessaires à la collecte, au calcul et à la communication des indicateurs". Le Groupe La Poste utilise, par exemple, l'outil Local Footprint, qui lui permet d'évaluer à 100 000 les emplois soutenus en France par ses achats. Une mesure importante, mais une mesure parmi beaucoup d'autres. Car la loi relative au devoir de vigilance et la loi Sapin 2 amène les entreprises à ajouter de nouveaux indicateurs à côté de leurs indicateurs achats responsables ... "Il faut de la mesure en toutes choses", disait Horace.

Lire la suite en page 2 : Les 14 indicateurs achats responsables préconisés par l'ObsAR... et Le témoignage de Delphine Leconte, responsable achats responsables de la Société Générale
Je m'abonne

Luc Perin

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Par Synertrade

premiere vue cette loi peut representer de nouvelles contraintes pour les entreprises ainsi que des risques reputationnels et financiers Mais [...]

Sur le même sujet