Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Publié par le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

Développer les compétences des collaborateurs

Pour réussir cette transformation, le personnel a été formé, et surtout sensibilisé aux enjeux RSE via des rencontres avec des eco-organismes ou encore des experts de l'économie circulaire. Dans son mémoire de recherche, Angéline Rideau pointe en effet la nécessité d'assurer le développement des compétences des collaborateurs, notamment pour qu'ils intègrent tous les enjeux du développement durable dans leurs activités. "Il convient aussi d'intégrer des critères de performance extra-financière dans les rémunérations variables des acheteurs, pour garantir la cohérence de leurs actions avec la mission de l'entreprise", écrit-elle. Au-delà de cette sensibilisation, il est nécessaire que des outils viennent épauler les équipes achats dans leur transformation. Camif a par exemple défini un référentiel par matériau, typologie de produit, sur lequel il est possible de s'appuyer pour concevoir de nouveaux produits et surtout définir les cahiers des charges.

Marion Kulczycki note en effet que les cahiers des charges des entreprises à mission vont plus loin en termes d'éco-responsabilité ou de traçabilité. "Il s'agit de rechercher un impact positif et notamment la réduction des inégalités et/ou des émissions de gaz à effet de serre. Les enjeux de développement durable sont au même niveau que les fonctionnalités". Ainsi, chez Greenweez, les critères d'origine, d'emballage, etc... sont remontés dans les cahiers des charges, la société souhaitant privilégier les fournisseurs français et européens ainsi que les packagings zéro déchets et recyclables. Au sein d'Anaïk, qui fabrique des objets promotionnels, l'évolution de la direction achats a aussi porté sur la traçabilité, les sociétés à mission étant obligées de fournir des rapports de mission. "Nous remontons désormais jusqu'aux usines de rang 4, annonce Frédéric Delloye, CEO de Anaïk. Cela nous permet d'avoir un contrôle de la qualité et de la conformité".

Redéfinir la stratégie achats

Au-delà des évolutions des process et d'organisation, la stratégie achat doit être redéfinie pour être en harmonie avec la mission. Angéline Rideau invite dans son mémoire de recherche à inscrire les enjeux de la durabilité dans la politique achats, en précisant par exemple l'obligation de pratiquer les achats de manière éthique, la démarche d'innovation de l'entreprise (recours à l'éco-conception, l'économie circulaire...), la volonté de préserver son écosystème (implantation locales des fournisseurs, partenariat long-terme, entreprises inclusives...), la nécessité d'évaluer la performance RSE des fournisseurs, et d'une manière générale l'obligation de considérer les enjeux du développement durable dans les pratiques achats.

Pierre-Antoine Colas pense en effet que la transformation de la direction achats doit être précédée d'une réflexion sur ses besoins et les actes d'achat les plus justes pour y répondre. "Il est important de prendre ce temps de réflexion pour ensuite être attentif à ce qu'on achète et à ce qu'on négocie", estime-t-il. Angéline Rideau propose d'utiliser l'analyse du cycle de vie ou l'éco-conception mais aussi de favoriser l'économie de la fonctionnalité (privilégier l'usage à la possession) pour mener ses réflexions sur la définition du besoin. Quant à Marion Kulczycki, elle invite à inclure dans la démarche toutes les parties prenantes, allant du directeur des opérations au chef de produit en passant par la finance.

Une nouvelle relation fournisseurs

Ce qui transparaît derrière ces nouvelles stratégies et organisation achats, au sein des entreprises à mission, c'est une nouvelle relation fournisseurs. "Le premier élément clé dans les achats est la qualité de la relation. Nous pensons qu'il est essentiel de développer des relations commerciales justes et vraies dans lesquelles on ne cherche pas à s'accaparer la plus grande part de valeur", souligne Pierre-Antoine Colas. Ce qui veut dire chercher non pas à négocier la meilleure ristourne mais à établir des partenariats durables dans le temps. "Les entreprises à mission se préoccupent aussi des petits fournisseurs, des fournisseurs régionaux, des éco-labels..., ajoute Louis de Lamaëstre, directeur des marchés au sein du Cèdre. Et sont présentes quand des fournisseurs traversent des situations compliquées".

Des entreprises qui se soucient de leurs fournisseurs sont aussi là pour les aider à se transformer. Ainsi, Anaïk, qui réalise désormais un double audit social et environnemental de ses fournisseurs accompagne aussi ces derniers dans des plans d'amélioration : une façon de ne pas juste exiger d'eux de nouveaux critères environnementaux mais de leur permettre de les atteindre. Toujours chez Anaïk, une jeune ingénieure met au point avec des producteurs dans les Hauts de France des produits dans de nouvelles matières comme le lin ou le coton recyclé. Ce souci de la relation fournisseur permet en effet de construire un partenariat différent, de confiance, qui rend possible la co-innovation.

C'est ainsi que Camif a pu mettre au point un matelas fabriqué à partir de matelas recyclés. "Un tel projet, sur lequel nous avons travaillé 4 ans, bouscule en interne mais aussi notre filière, nos fabricants : ce n'est pas rien de travailler pendant 4 longues années sur un nouveau produit, complètement exclusif", reconnaît Emery Jacquillat. Mais il remarque aussi que les fournisseurs veulent aller au-delà du "made in France" et proposer des produits innovants, originaux, bons pour la santé et/ou l'environnement. "Nous challengeons nos fournisseurs sur l'innovation durable mais ils apprécient car cela leur permet d'être concurrentiels sur le sujet et de répondre aux questions qui leur seront posées demain", avance le pdg de la Camif.

Un partenariat gagnant/gagnant en somme. "La relation fournisseurs est plus intéressante, on ne parle plus seulement prix et contrat. Cela donne du sens au métier d'acheteur qui innove davantage", résume Marion Kulczycki. Elle invite les entreprises classiques à adopter une démarche hybride d'évaluation des fournisseurs : une approche conformité via des questionnaires pour la masse et une démarche de partenariat inspiré des entreprises à mission pour les filières stratégiques. S'inspirer des entreprises à mission pour l'organisation des directions achats permettrait en effet à ces dernières d'être plus performantes.

Dominique de Beaufort, directeur des achats MAIF : "Devenir entreprise à mission nous donne plus de poids vis à vis de nos fournisseurs"

Entreprise à mission depuis 2019, la MAIF a défini cinq objectifs. Parmi lesquels promouvoir le développement de modèles d'entreprises engagées dans la recherche d'impacts positifs. Un objectif que Dominique de Beaufort, directeur des achats, poursuit via un travail d'évangélisation auprès des fournisseurs. "La direction des achats est en contact avec l'extérieur et peut amener d'autres sociétés à aller dans la direction d'un mieux commun", raconte-t-il. Dès 2018, l'entreprise avait déjà rédigé une politique achat RSE et une charte des achats RSE était mis en annexe de tous les contrats. Mais, à en croire Dominique de Beaufort, "devenir entreprise à mission nous donne plus de poids vis à vis de nos fournisseurs, nous pouvons être plus exigeants sur certains critères". Ainsi, les appels d'offre de la MAIF concernant les travaux d'aménagement de leurs locaux imposent que les chantiers soient propres et le matériel réutilisé. En interne aussi, les critères RSE ont désormais plus de poids : "Des critères spécifiques RSE ont été mis en place et nous suivons le volume d'achat RSE que nous pilotons aujourd'hui", précise Dominique de Beaufort. Une réflexion plus globale sur les achats a été menée sur les objets publicitaire avec les collaborateurs qui en utilisent afin de réduire leur consommation : le budget a été divisé par trois, la production locale est favorisée et les cadeaux immatériels préférés. L'entreprise a aussi pour ambition de travailler davantage avec des entreprises du secteur adapté. Ce sont finalement les achats dans leur ensemble qui évoluent.

Je m'abonne

Eve Mennesson

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Retour haut de page