En ce moment En ce moment

Collaboration avec le STPA : un partenariat durable

Publié par le - mis à jour à
Collaboration avec le STPA : un partenariat durable

Les établissements du secteur du travail protégé et adapté (STPA) font désormais partie des prestataires à inclure dans son panel fournisseurs. Parce que la loi y oblige de plus en plus, mais aussi les salariés et les candidats.

Je m'abonne
  • Imprimer

Valoriser la collaboration achats / EA

Afin de valoriser le travail des entreprises adaptées, par le biais des femmes qui y exercent, et de faire connaître leurs compétences, Dominique du Paty de Clam, fondatrice d'Handiréseau a créé les Trophées Femmes en EA, dont la 6e édition se déroulera le 7 juillet prochain. Initialement prévue le 10 mars, la journées Femmes en EA a été décalée pour cause de pandémie et sera, grande nouveauté: 100% digitale. L'édition 2020 a proposé aux binômes direction achats-entreprise adaptée de présenter une femme qu'ils souhaitent mettre en avant à ces Trophées. "C'est l'occasion de valoriser également les clients qui ont recours aux entreprises adaptées et de les impliquer dans le parcours professionnel de ces femmes avec lesquelles ils travaillent", précise Dominique du Paty de Clam. Ces trophées seront remis au cours d'une journée plus globale à laquelle participeront de nombreuses entreprises adaptées et qui permettra aux acheteurs de les découvrir.

Pour avoir toutes les informations sur cette journée, voir en page 5 de ce dossier


La RSE est devenue un sujet d'importance au sein des entreprises. Incontournable, même. Un sujet sur lequel les achats ont un rôle important à jouer, notamment par le choix des prestataires auxquels ils font appel. Travailler avec des établissements du secteur du travail protégé et adapté (STPA) en fait indéniablement partie. D'autant plus que la loi demande de plus en plus aux entreprises de s'impliquer dans l'emploi des travailleurs handicapés et que le recours à des sous-traitants du STPA fait partie des moyens privilégiés (lire en page 4 de ce dossier). Cependant, les acheteurs ne savent pas toujours comment aborder ces prestataires d'un genre un peu particulier et nourrissent souvent des préjugés négatifs à leur encontre. Ce sont pourtant des fournisseurs presque comme les autres... Avec un petit truc en plus qui fait que les essayer, c'est les adopter!

Aller à la rencontre des acteurs

Avant de s'aventurer à travailler avec des acteurs du STPA, il s'agit de bien comprendre ce secteur. Tout d'abord, deux types d'établissements le composent : les entreprises adaptées (EA) et les établissements et services d'aide par le travail (ESAT). "Les ESAT ont une vocation médico-sociale et non commerciale : leur force de frappe commerciale n'est donc pas importante. Du côté des EA, les entreprises sont plus hétérogènes : certaines fonctionnent comme des entreprises ordinaires, tandis que d'autres sont davantage préoccupées par le bien-être de leurs salariés", décrit David Herz, dirigeant-fondateur de l'agence de communication spécialisée dans le handicap, Tell Me The Truffe. Il met donc en garde les acheteurs : "Ces établissements ne courent pas après les donneurs d'ordre, mais privilégient une relation qui s'inscrit dans la durée."

Il s'agit donc de les aborder en tenant compte de ces différences : il ne faut pas croire que lancer un appel d'offres classique en le proposant à quelques établissements du STPA permettra d'engager une relation avec ces acteurs. "Les établissements du STPA ne possèdent souvent pas les équipes en interne pour répondre à des appels d'offres", prévient David Herz. Par ailleurs, les appels d'offres ne sont souvent pas adaptés aux façons de fonctionner de ces acteurs. "Plus les choses sont précises, plus on pourra répondre de manière cohérente. Il s'agit donc d'allotir le marché pour mieux définir chaque prestation", recommande Christine Auclair, directrice du développement de l'ANRH (Association pour la réinsertion professionnelle et humaine des handicapés). Elle donne l'exemple du facility management qui recouvre un grand nombre de tâches auxquelles les établissements du STPA sauront mieux répondre lot par lot (tri du courrier d'un côté, entretien des espaces verts d'un autre, etc.) "Quand on désire travailler avec une EA ou un ESAT, le cahier des charges doit décrire le besoin et non pas la tâche. Les établissements proposent ensuite des solutions adaptées en fonction de leurs compétences internes et des prestations similaires qu'ils ont déjà menées", explique Dominique du Paty de Clam, fondatrice d'Handiréseau. Livrer juste ses besoins sans préciser comment on souhaite qu'ils soient réalisés permet de laisser place à plus d'innovation; innovation que les établissements du STPA sont en mesure d'apporter.

"On peut nouer de véritables partenariats avec ces prestataires, à condition de ne pas les minimiser, de ne pas juste les considérer comme des petites mains", insiste Dominique du Paty de Clam.

Lire la suite en page 2 : Qualité et prix compétitifs
Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Eve Mennesson

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet

RH

Par la rédaction

Vous êtes certain(e) d'être un(e) fin(e) diplomate ? Ou, à l'opposé, vous pensez que la diplomatie n'est pas votre fort? Confrontez-vous à ce [...]

RH

Par Charlotte Moronval de la revue Lexbase Social

En cette période de crise sanitaire, le télétravail est devenu la règle pour l'ensemble des activités qui le permettent. Cette nouvelle organisation [...]