Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Paiements innovants : vers un quotidien profitable à tous

Publié par le - mis à jour à
Paiements innovants : vers un quotidien profitable à tous

Dans le voyage d'affaires comme ailleurs, les habitudes de consommation de la sphère privée s'invitent dans la vie professionnelle. Il en est de même pour les solutions de paiement qui veulent révolutionner le quotidien.

Je m'abonne
  • Imprimer

42% des français privilégient davantage le paiement sans contact depuis 2020. Ils sont aussi toujours plus nombreux à adopter ce mode de règlement pour de nouveaux usages comme le stationnement et les transports publics. C'est que souligne une étude européenne conduite par le cabinet de conseil GFK pour Visa. La crise sanitaire du covid-19 semble avoir joué un rôle de catalyseur dans l'adoption de nouvelles pratiques de ce type.

Pour Jean-Christophe Carrette, directeur commercial corporations France chez Amadeus, "il y a une évolution progressive au fil des années des paiements traditionnels vers les cartes logées, puis vers les cartes virtuelles et les wallets. Mais on assiste à une accélération récente de cette tendance. La pandémie a sa part d'influence, et au-delà de ses conséquences, les voyageurs d'affaires manifestent plus largement une volonté d'avoir des solutions qui facilitent et fluidifient les paiements."

Cette mutation s'annonce durable. 66% des Français souhaitent conserver une limite relevée pour le paiement sans contact dans le futur, indique l'enquête de GFK. L'appétence pour les solutions pratiques et simplifiées caractérise les intentions : 34% d'entre eux souhaitent évoluer vers des règlements de tous types d'achats à l'aide de leur smartphone.

Les paiements mobiles avaient déjà connu une accélération avant la crise sanitaire. 794 millions d'euros avaient été dépensés de cette manière dans l'Hexagone en 2019, contre seulement 190 millions d'euros en 2018. Selon le spécialiste des données d'instituts et d'études de marché Statista, les applications de paiement mobile dépasseront les 10 millions d'utilisateurs dès 2022.

"On observe d'ores et déjà une migration des habitudes de paiement dans la sphère privée vers la sphère professionnelle. C'est notamment la génération des millenials qui renforce cette tendance. Il s'agit aussi de trouver des alternatives à des pratiques qui sont de moins en moins satisfaisantes : environ 40% des voyageurs refusent des déplacements s'il faut avancer les frais. Dans un contexte de contrainte économique en particulier, c'est d'autant plus compréhensible qu'il faut en moyenne compter plus de 4 semaines pour être remboursé", explique Jean-Christophe Carrette.

Une myriade d'offres innovantes

Qu'il s'agisse des GAFA avec Google Wallet ou Apple Pay, ou de jeunes sociétés de la Fintech, le flux d'innovations en la matière va en s'accélérant. "Nous assistons à une explosion des nouveautés. On compte plus d'innovation au cours des cinq dernières années, qu'au cours des 20 années précédentes", mentionne Ludovic Beribos, associé au sein du cabinet de conseil EPSA. "Il en va de la simplification des pratiques, mais aussi de la recherche de performance économique, de la diminution des coûts de traitement en entreprise."

La tendance est à la dématérialisation complète et la virtualisation, au centre de laquelle se trouve le smartphone, et où il s'agit d'intégrer des APIs entre le moyen de paiement et le bénéficiaire du paiement. Les spécialistes de la gestion des dépenses s'invitent également dans cette course à l'innovation, à l'image d'Expensya qui vient de lancer une nouvelle offre de cartes de paiement virtuelles et physiques. Lors de leur création, la direction financière configure l'ensemble en quelques clics en définissant des modalités tels que le plafond de dépenses, les horaires et jours d'utilisation possible, ou encore les catégories de dépenses autorisées.

De la simplicité d'usage à la rationalisation des dépenses

Jean-Christophe Carrette constate que "les grandes entreprises sont toujours plus demandeuses. Dans 90% des appels d'offres, les moyens de paiement innovants sont évoqués comme un critère essentiel par rapport aux attentes. Les remontées et l'enrichissement de données les intéressent tout particulièrement. Elles veulent aussi moderniser la gestion des notes de frais pour éliminer les erreurs qui représentent 20% du total du volume dans les grandes organisations, principalement en raison de différences entre ce qui est commandé et ce qui est effectivement payé." Il ajoute que le coût de la correction d'une note de frais erronée est "tout de même estimé à 72 €."

Au sein des directions financières, digitaliser fait figure de nécessité visant à garantir une meilleure efficacité. 75% des directions financières espèrent en tirer des gains de productivité, selon une étude de Spoking Polls publiée en février 2021. 48% d'entre elles estiment obtenir via l'innovation technologique une meilleure capacité de prévision et d'anticipation.

Pour Ludovic Beribos, "les solutions de paiements relatives aux voyages d'affaires s'inscrivent pleinement dans cette dynamique. L'automatisation concerne de nombreuses facettes de la gestion des dépenses. Les décideurs sont de plus en plus conscients de l'intérêt des applications permettant d'optimiser le traitement des factures et notes de frais, d'éviter les tâches manuelles. En matière de paiements, se tourner vers l'innovation satisfait tous les acteurs : la simplification des processus, l'amélioration de l'expérience utilisateurs, le fait de donner davantage d'autonomie aux collaborateurs profitent aux fonctions financières et comptables, mais aussi aux salariés."

Un outil d'attractivité

Stéphane Hascoët est président de Jiliti, une société spécialisée dans les solutions et la maintenance pour datacenters. Il explique que "l'adoption progressive de pratiques digitalisées va dans le sens des souhaits de nos collaborateurs qui se déplacent et aussi de l'entreprise. Nous cherchons globalement à nous tourner vers des solutions « tout mobile » pour les réservations, les différents usages en voyage. Le but est de gagner en temps et en simplicité. Il s'agit de mieux répondre aux attentes en mutation de nos salariés."

Transformer les paiements digitalisés en un outil RH créateur de valeur passe ainsi par la délégation d'opérations aux employés. Avec les fonctionnalités des plateformes donnant la possibilité de créer et de paramétrer librement des moyens de paiements, la responsabilisation de ces derniers devient très simple. Les critères d'utilisation de cartes physiques ou virtuelles peuvent se faire selon des plafonds de dépenses, des catégories d'achats, des zones géographiques ou des périodes particulières.

Responsabiliser les voyageurs

"Paramétrer ainsi les budgets est en fait un moyen de pré-approuver la dépense, ce qui fait gagner du temps à l'entreprise tout en allant dans le sens des désirs des collaborateurs. Nous proposons par exemple la possibilité des émissions instantanées de cartes : celles-ci sont utilisables en moins d'une minute pour le collaborateur qui peut payer comme il le souhaite via Google Pay ou Apple Pay, alors qu'il fallait par le passé patienter plusieurs jours, répondre à des contraintes administratives, pour un résultat bien moins agiles", décrit Karim Jouini, PDF et cofondateur de la société Expensya, spécialisée dans les solutions de gestion des dépenses dématérialisées.

Une étude récente du spécialiste des moyens de paiements Airplus souligne que pour 43% des travel managers, la thématique du paiement innovant devrait s'imposer comme une tendance de fond dans les deux prochaines années.

L'open payment tisse sa toile

Voilà quelques années déjà que la ville de Dijon fait figure de territoire avant-gardiste en matière de moyens de paiement : la simple utilisation d'une carte bancaire en mode sans contact fait office de titre de transport validé. D'autres métropoles ont elles aussi instauré des systèmes analogues, à l'image de Londres où la présentation d'une carte de paiement une seule fois suffit pour l'ensemble des déplacements sur le réseau de transport au cours d'une même journée. Inutile de se soucier des zones traversées ou des tarifs appliqués en fonction de l'âge, des trajets ou de la plage horaire.

"Cette tendance à l'open payment se démocratise peu à peu dans les villes et intéressera grandement les voyageurs d'affaires et les employeurs désireux de simplifier les pratiques en la matière. Il est ainsi possible d'évoluer vers une intégration poussée des paiements et du traitement des notes de frais. Nous constatons que de plus en plus d'organisations souhaitent fluidifier au maximum les tâches dans ce domaine. Le téléphone mobile représente bien sûr un nouvel axe de développement clé pour payer de façon simple tous les déplacements courts au sein d'une même métropole", explique Pierre Lahbabi, directeur général de Galitt, spécialiste de la modernisation des systèmes de paiements.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page