Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Flotte auto et pôle mobilité : les moteurs des entreprises pour construire le monde de demain

Publié par le - mis à jour à
Flotte auto et pôle mobilité : les moteurs des entreprises pour construire le monde de demain

Le rapport du GIEC dévoile les actions à développer pour gérer l'urgence climatique et montre comment les bénéfices économiques de la transformation des pratiques seraient supérieurs aux coûts engendrés. Pour les entreprises, une gestion durable de la flotte auto et des mobilités aide à répondre aux enjeux climatiques et RH.

Je m'abonne
  • Imprimer

Les entreprises ont un rôle important à jouer dans la transformation des pratiques : elle se doivent de faire de la pédagogie auprès de leurs collaborateurs pour les inciter à utiliser les mobilités alternatives. En effet, la mobilité est un vecteur de transformation capable de fédérer/fidéliser les salariés autour d'une consommation plus rationnelle et d'un partage de ressources, et même d'attirer de nouveaux talents.

La pédagogie comme vecteur de changement au sein de l'entreprise

Les solutions pour une utilisation plus rationnelle de la voiture en entreprise existent déjà : le covoiturage pour les déplacements et les voitures de fonction partagées, par exemple, commençaient à entrer dans les moeurs avant les confinements successifs, et l'appétence pour les voitures électriques et hybrides était clairement à la hausse. Malheureusement, l'isolement et la distanciation sociale ont freiné cette dynamique. Maintenant que la crise sanitaire semble sous contrôle, les entreprises doivent mener des actions pédagogiques pour accélérer l'adoption de nouvelles pratiques et remettre ces alternatives à disposition de leurs salariés.

Le partage d'information est clé : par exemple, pour les trajets de moins de 20 kilomètres en ville, le vélo est plus rapide que la voiture, un fait souvent ignoré par le public. Certaines régions proposent des aides aux salariés pour l'achat de vélos électriques, avec des montants allant jusqu'à 500€ selon la région.

De leur côté, les entreprises peuvent bénéficier d'un forfait mobilités durables qui permet d'attribuer une indemnité exonérée de cotisations aux salariés ; les conditions et modalités variant selon le secteur d'activité. Les entreprises sont libres de choisir le type de prise en charge de frais à proposer aux salariés se rendant au travail en transport public, covoiturage, vélo ou trottinette, et le ministère de la transition écologique dispose d'une page dédiée au forfait mobilités durables pour que les entreprises puissent structurer leur politique mobilités de manière plus efficace.

Une stratégie globale pour agir sur tous les types de déplacements

Ainsi, pour optimiser la stratégie de mobilité de l'entreprise, une lecture transversale entre les différentes actions devra être effectuée. Il y a un enjeu majeur de traiter les déplacements domicile – travail et les déplacements professionnels ensemble, car les comportements modaux des uns influent sur les comportements modaux des autres (la voiture de fonction utilisé pour les déplacements personnels), et les outils mis à disposition des employeurs et des salariés peuvent agir sur les deux types de déplacements. Il faut donc piloter une démarche globale intégrant ces deux facettes de la mobilité en entreprise, car ceci permet de gagner en efficacité dans le suivi des indicateurs, et d'avoir une stratégie globale et non plus des démarches en silo.

Tirer profit du plébiscite des nouvelles mobilité par les plus jeunes

Un pôle mobilité durable est largement apprécié par les salariés et représente un argument de poids pour attirer les nouveaux talents. Les nouvelles générations sont fortement attirées par les mobilités durables, et les sondages démontrent que le fait de posséder un véhicule n'est pas une valeur à laquelle elles tiennent particulièrement, préfèrent les solutions de transport plus efficaces et moins polluantes. Ainsi, les solutions de partage ne sont pas un frein pour les jeunes, c'est plutôt le contraire, et les entreprises peuvent utiliser cette appétence pour mettre en place des politiques de mobilité en cohérence avec leur stratégie RSE pour assurer des conditions de travail qui plaisent aux moins de 35 ans.

Toutes ces raisons font que la flotte auto et le pôle mobilité des entreprises forment la pierre angulaire de la transformation des pratiques des salariés. Les soutiens existent pour que les entreprises proposent des alternatives moins polluantes, comme le verdissement de leur flotte auto, l'incitation à l'autopartage et le covoiturage, ainsi que les forfaits pour les vélos et trottinettes électriques. Une stratégie transversale, qui prend compte de la complémentarité de toutes ces actions, est à privilégier pour optimiser le pôle mobilités.

Ces actions garantissent aussi l'arrivée des meilleurs talents dans la société et la conservation de jeunes déjà recrutés, pour qui l'impact environnemental des sociétés joue un rôle majeur à l'heure de choisir l'orientation qu'ils veulent donner à leur carrière.


Pour en savoir plus

Chloé Monthieu

Chloé Monthieu, experte flotte véhicules & mobilités au sein du Groupe EPSA, accompagne les entreprises dans la définition d'une stratégie globale achats pour la mobilité, ainsi que la gestion du budget et les échanges stratégiques avec les fournisseurs.


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles