En ce moment En ce moment

[Start-up sourcing] Se faire indemniser lors d'annulation et de retards de vols avec Sky Indemnity

Publié par le - mis à jour à
[Start-up sourcing] Se faire indemniser lors d'annulation et de retards de vols avec Sky Indemnity
© DragonImages - Fotolia

Sky Indemnity est un acteur français qui aide les entreprises à rechercher une indemnisation pour les dommages collatéraux provoqués par l'annulation ou le retard d'un vol d'un ou plusieurs collaborateurs.

Je m'abonne
  • Imprimer

Alors que 3 % des vols sont éligibles à une indemnisation, seuls 15 % des passagers entreprennent les démarches nécessaires et 0 % des entreprises instruisent un dossier d'indemnisation sur les conséquences indirectes des retards. Or il s'agit bien d'une obligation pour les compagnies aériennes, encore renforcée en octobre 2019 par la Cour de Justice de l'Union européenne.

Le marché de l'indemnisation des entreprises est évalué à 8,2 milliards d'euros et concerne notamment les sociétés dont l'activité internationale est forte et dont les collaborateurs sont des "frequent flyers" (sociétés de conseil, d'ingénierie, groupes pétroliers ou pharmaceutiques) que la start-up Sky Indemnity traite en direct ou via des partenariats avec les agences de voyage traitant ces grands comptes.

L'indemnisation des billets d'avion est un sujet peu connu parce qu'il nécessite une expertise juridique spécifique. Sky Indemnity se charge donc de l'identification des vols éligibles à une indemnisation, de l'analyse des montants récupérables et de la gestion des dossiers qui peuvent vite devenir très complexes, voire impossible à réaliser sans des outils technologiques adaptés (analyse de données, data intelligence...).

Sky Indemnity est le seul acteur français à aider les entreprises à rechercher une indemnisation pour les dommages collatéraux provoqués par l'annulation ou le retard d'un vol d'un ou plusieurs collaborateurs : engagements de dépenses supplémentaires d'hôtellerie ou de restauration, coûts liés au report de contrats de missions, de conseils ou de prestations techniques, etc. Cette indemnité peut atteindre 5 000 euros par passager.

Je m'abonne

la rédaction

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Travel

Par Déborah Fallik et Raphaël BALJI avocat, cabinet Redlink

Après Take Eat Easy, c'est à Uber de revoir son modèle. Dans un arrêt du 4 mars 2020, la chambre sociale de la Cour de cassation met un coup [...]