Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Transports de marchandise : quel impact pour les directions des achats ?

Publié par Audrey Fréel le - mis à jour à
Transports de marchandise : quel impact pour les directions des achats ?

Le secteur du transport de marchandise fait actuellement face à de nombreuses difficultés. Les directions des achats doivent relever plusieurs défis pour maîtriser la hausse des coûts et éviter les ruptures d'approvisionnement tout en accompagnant leurs prestataires dans une logique de transition écologique.

Je m'abonne
  • Imprimer

Explosion du e-commerce, hausse des prix, pénuries de véhicules et de main d'oeuvre, transition écologique... De nombreux facteurs affectent actuellement le transport de marchandise, que ce soit au niveau aérien, maritime et routier. Pour les achats, ces difficultés se répercutent de différentes façons. A commencer par les prix. "Il est évident que les directions des achats vont être confrontés à une augmentation des coûts liés au transport de fret dans les mois à venir. C'est d'ailleurs déjà le cas aujourd'hui sur tous les modes", indique Xavier Villetard, directeur associé de bp2r, cabinet de conseil en transport de marchandises.

Hausse des coûts liés aux transports

Le transport routier est notamment impacté par la hausse du prix des carburants et des péages, mais également par la pénurie de véhicules et de conducteurs. "En France, la revalorisation des salaires minimaux dans le transport routier, de l'ordre de 5 %, contribue également à augmenter le coût du transport", souligne Xavier Villetard. Par ailleurs, les nouvelles règles de cabotage issues du Paquet mobilité, entrées en vigueur fin février 2022, fixe un nouveau cadre pour le transport routier en Europe. "Cela risque de limiter les capacités disponibles en Europe pour réaliser des opérations de transports et donc d'augmenter les coûts", pointe Xavier Villetard. De même, les transports aériens et maritimes font face à une explosion des coûts depuis 2020. "Aujourd'hui, nous sommes loin d'être revenus à une situation pré-covid, les tarifs restent très élevés et nous n'observons pas de signaux d'embellie à court terme", confie le directeur de bp2r.

Baisse de la qualité de service

Ces difficultés pèsent également sur la qualité de service. "Les transports maritimes et aériens sont difficiles à planifier et sécuriser. Nous observons aussi de plus en plus de défaillances, d'annulations et de retards de livraison sur le transport routier", pointe Xavier Villetard. Résultat : les chaînes d'approvisionnement et de distribution sont directement impactées, mettant en difficulté de nombreuses entreprises. "Cela peut provoquer des ruptures d'approvisionnement. Je pense que 2022 sera encore une année très compliquée à ce niveau-là ", estime l'expert.

Vers une décarbonation du transport

Le secteur du transport représente également 10% des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial. "Et il est actuellement dans une trajectoire haussière en raison de la mondialisation des échanges et de l'essor du e-commerce", indique Xavier Villetard. De fait, de nombreuses réglementations contraignent les entreprises à lancer des actions de décarbonation, comme la loi Climat et Résilience, qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 % à l'horizon 2030. Dans ce contexte, les directeurs des achats ont un rôle clé à jouer pour inciter et accompagner leurs prestataires dans le secteur du transport à amorcer une transition énergétique. Ils peuvent, par exemple, privilégier des moyens de transports moins émetteurs et des véhicules "verts" ou encore identifier des acteurs capables de proposer des solutions décarbonées, comme l'utilisation de biogaz. "Le référencement des prestataires ne doit plus tenir compte uniquement de critères économique et qualitatifs, mais également de critères green", conclut Xavier Villetard.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande