En ce moment En ce moment

Revue de presse achats - semaine du 6 janvier

Publié par le - mis à jour à
Revue de presse achats - semaine du 6 janvier
© Nicholas Piccillo - stock.adobe.com

Vous n'avez pas eu le temps de surfer cette semaine? La rédaction a sélectionné, pour vous, des articles parus sur le Web et susceptibles de vous intéresser car ayant trait aux achats. Bonne lecture!

Je m'abonne
  • Imprimer

Coca-Cola arrête de livrer Intermarché et Netto

Ce n'est pas le distributeur qui déréférence mais, l'industriel qui ne livre plus. Dans une note datée du vendredi 3 janvier 2020 que LSA s'est procurée Thierry Cotillard; président d'ITM Alimentaire, explique les raisons du désaccord commercial entre l'industriel et le distributeur. (...) "Cet arrêt brutal et sans préavis des livraisons a pour origine un désaccord sur les gammes : Coca-Cola veut nous contraindre par tous les moyens à détenir une gamme 2020 que nous ne souhaitons pas. Or, le marché des softs est en baisse significative de volumes : -3,2% sur les 12 derniers mois cumulés. Nos clients souhaitent en effet des produits plus sains pour préserver leur santé dans le long terme. Ils arbitrent également en défaveur des produits qui ont un impact négatif sur l'environnement, délaissant de plus en plus les contenants en plastique et privilégiant les aliments peu transformés, issus des filières agricoles locales." >> lire l'article complet sur le site de LSA

et... la réponse de l'industriel

"Nous avons pris connaissance des récentes déclarations d'Intermarché. Ces déclarations sont inexactes. Nous ne sommes à l'origine ni d'une quelconque rupture de nos relations commerciales avec Intermarché, ni d'une quelconque tentative d'imposer nos gammes. Notre contrat avec Intermarché est arrivé à échéance le 31 décembre 2019. Malgré nos propositions, nous n'avons pas trouvé d'accord au 1er janvier 2020 dans un contexte où Intermarché avait annoncé un déréférencement massif de nos produits.Dans l'attente de la position d'Intermarché AIimentaire sur les conditions applicables aux commandes livrées à compter du 1er janvier 2020, nous avons mis les livraisons en attente." >> Lire l'article complet sur le site de LSA

Les principales tendances d'approvisionnement pour 2020

L'incertitude règne en maître. Les guerres tarifaires en cours entre les États-Unis et la Chine et l'échéance imminente du Brexit signifient que l'incertitude persistera probablement en 2020. Alex Saric, directeur du marketing chez Ivalua, a déclaré: "L'incertitude telle que les modifications tarifaires présente un défi unique pour les entreprises, car toute augmentation peut affecter la structure des coûts des produits, rendant potentiellement certaines chaînes d'approvisionnement intenables. "Cela signifie que les prix pourraient être pris dans un état de flux et provoquer des baisses temporaires de la production si les organisations cherchent à changer de fournisseur pour éviter d'être affectées par les changements tarifaires. Pour les équipes d'approvisionnement, le défi consiste à s'assurer qu'elles ont une visibilité sur l'impact des scénarios tarifaires sur leur chaîne d'approvisionnement globale et les alternatives viables." >> Lire l'article complet sur le site de Cips

Microsoft et Danone s'allient pour le programme d'accélération de start-up AI Factory

L'AI Factory, le programme d'accompagnement de Microsoft pour les start-ups spécialisées en intelligence artificielle, a lancé son appel à candidature le 6 janvier. Les start-up de la troisième promotion, baptisée AI Factory For AgriFood, seront accompagnées pour l'occasion par l'entreprise informatique mais également par Danone. Dans le cadre de la vision "One Planet, One Health" revendiquée par le groupe industriel, elles bénéficieront d'un accès à "des cas réels dans des conditions exigeantes de qualité et de performance", précise le communiqué. "L'intelligence artificielle peut contribuer à la révolution de l'alimentation par l'amélioration de nos systèmes agricoles et de nos chaînes de valeur alimentaires", ajoute Cécile Cabanis, en charge, entre autres, de la stratégie chez Danone. >> Lire l'article complet sur le site de l'Usine Digitale

Carrefour et Herta s'engagent pour une revalorisation du prix du porc

Face aux prix élevés du porc, Herta et Carrefour annoncent la signature d'un accord pour l'année 2020 pour la revalorisation tarifaire de la marque Herta sur son périmètre charcuterie de porc. Portant sur les catégories jambon cuit, knack et lardons, cet accord concerne près de 8000 tonnes de produits à base de porc français vendues en une année dans les magasins du groupe Carrefour, souligne le distributeur dans un communiqué. "Cet accord est une bonne nouvelle car il nous aide à faire face à une hausse exceptionnelle de la viande", commente Arnaud de Belloy, pd-g d'Herta France, qui se félicite de la "réactivité et l'engagement de Carrefour". >> Lire l'article complet sur le site Les Marchés

La logistique humanitaire vue côté achats

Logistique humanitaire. Deux mots pour une multitude de champs d'action. De l'évaluation des besoins à la distribution finale, retour sur ces différentes étapes au travers de l'expérience personnelle de Rodney Gallwey, responsable régional Afrique Francophone des achats du Comité International de la Croix-Rouge (CICR). "Les principales qualités requises dans ce métier sont la flexibilité et l'agilité. On ne compte pas ses heures, il faut être organisé, bien communiquer avec les différentes entités et être prêt à travailler en équipe interculturelle, autant avec des clients internes qu'avec des bénéficiaires." >> Lire l'article complet sur le site de GBNews

Saint-Maur : deux ex-salariés de Septodont accusés de corruption

Le fournisseur ne voyait même pas où était le problème. Oui, il versait bien des commissions pour obtenir des marchés. Il déclarait même ces versements aux impôts. Ce patron d'une petite entreprise devait comparaître ce lundi au tribunal correctionnel de Créteil pour avoir corrompu deux anciens salariés de Septodont, le leader mondial de l'anesthésie dentaire situé à Saint-Maur. Ces derniers étaient accusés, quant à eux, d'avoir empoché plus de 110 000 € en change des faveurs accordées au fournisseur. Le préjudice total pour Septodont s'élève à plus de 500 000 €. Le procès a été renvoyé au 4 mai prochain en raison de la grève des avocats. >> Lire l'article complet sur le site du Parisien


Matières premières

Palladium, nickel et café, les grands gagnants de 2019

Quelques matières premières se sont distinguées par des performances hors normes. Le palladium est devenu plus précieux que l'or ne l'a jamais été. Le nickel a manifesté une spectaculaire volatilité. Le café arabica a bondi sous l'effet de mauvaises récoltes en Amérique latine. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Campagne de l'arachide au Sénégal: les producteurs rient, les huileries pleurent

La campagne de commercialisation de l'arachide a démarré début décembre, et cela commence bien pour les producteurs : le prix plancher officiel est à 210 francs CFA (0,30 euro) le kilo. Mais cette année, la demande chinoise est forte. Et les exportateurs proposent un prix supérieur. Les producteurs se frottent les mains, mais les transformateurs, qui se basent sur le prix officiel, en pâtissent. Les industries de l'huile peinent à trouver de l'arachide. Elles tirent la sonnette d'alarme et s'inquiètent de devoir mettre la clé sous la porte. >> Lire l'article complet sur le site de RFI

Le cours du pétrole a connu sa meilleure année depuis 2016

Les prix du pétrole ont terminé en légère baisse mardi, marquant néanmoins l'ultime séance de leur meilleure année depuis 2016, marquée par l'espoir d'un regain de demande en énergie avec l'apaisement des tensions commerciales et l'engagement de l'Opep à contenir sa production. A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars a reculé de 67 cents, ou 1,0%, pour finir à 66,00 dollars. A New York, le baril américain de WTI pour février a lâché 62 cents, ou 1,0%, pour finir à 61,06 dollars. >> Lire l'article complet sur le site Le Temps


RSE

8 marques qui troquent le plastique pour des emballages plus respectueux de l'environnement

Les industriels sont donc dans l'obligation de se pencher sur le sujet. Soit de manière contrainte pour Mc Donald's, par exemple, avec l'interdiction des pailles en plastique au 1er janvier 2020. Soit par anticipation ou souci environnemental. Il est malgré tout toujours difficile de faire la différence entre une réelle volonté de trouver des solutions écologiques alternatives, et des initiatives parfois plus liées à l'image de marque et à la communication pure. (...) La marque Daddy vient d'annoncer la mise en place d'un nouvel emballage en papier kraft brut (non blanchi) pour sa gamme de sucre en poudre, en remplacement du plastique - La marque Fleury Michon a décidé de tester une gamme de plats cuisinés emballés dans du bois. Un papier alimentaire est disposé au fond de la barquette en bois pour isoler le plat du contenant. À noter que l'emballage va au four comme au micro-ondes. (...) Une innovation qui a cependant un coût. Fleury Michon a confirmé à Business Insider France qu'en l'absence de filière de recyclage en bois, ils étaient "contraints de payer une contribution à CITEO importante sur un produit pourtant plus vertueux" - Mc Donald's propose de nouveaux couvercles pour ses boissons froides, fabriqués en fibre naturelle de papier issus de bois certifié... - >> Lire l'article complet sur le site de Business Insider

IBM développe une batterie sans métaux lourds grâce à l'eau de mer

Le géant de l'informatique IBM vient d'annoncer avoir découvert une nouvelle manière de créer des batteries sans utiliser de métaux lourds. "De nombreux matériaux de batterie, y compris les métaux lourds tels que le nickel et le cobalt, posent d'énormes risques environnementaux et humanitaires", explique IBM. Dans cette nouvelle batterie, l'extraction sera facile et plus écologique puisque les matériaux utilisés dans la composition, sont issus de l'eau de mer, affirme IBM, sans donner davantage de détails. Selon les premiers tests effectués, cette nouvelle batterie serait moins inflammable que celle en lithium-ion, se chargerait plus vite et serait dotée d'une plus grande puissance.(...) Pour passer à la vitesse supérieure, le groupe s'est associé à Mercedez Benz Amérique du Nord, à Central Glass, un fournisseur d'électrolyte, ainsi qu'au fabricant de batteries Sidus. Le but est de créer un "nouvel écosystème de développement de batteries de nouvelle génération". >> Lire l'article complet sur le site de Novethic

Amazon met ses livreurs en danger pour livrer les colis dans les temps

60 accidents et 13 morts au compteur. Voilà le triste bilan des chauffeurs-livreurs Amazon depuis 2015. Des chiffres dramatiques qui en disent long sur les problèmes qui rongent actuellement le géant du e-commerce. La rapidité, le respect des délais de livraison ont pris le dessus sur la sécurité depuis plusieurs années maintenant. C'est en tout cas ce que ce que dévoile un article choc, publié par les sites américains BuzzFeed News et ProPublica. (...) La firme de Seattle a concentré des moyens colossaux pour développer son service de livraison et contrôler au maximum son circuit logistique. Avec à la clé, des délais toujours plus courts. >> Lire l'article complet sur le site de Phonandroid


Commande publique

L'armée française commande des pistolets autrichiens Glock

La direction générale de l'armement (DGA) a commandé près de 75.000 pistolets semi-automatiques auprès de la firme autrichienne Glock pour équiper l'ensemble des forces d'ici à 2022. La société Glock fournira les pistolets et les systèmes d'aide de visée nocturne, tandis que la cartoucherie tchèque Sellier et Bellot est retenue pour les munitions et la société américaine UTM pour les kits d'entraînement. Le marché représente au total 44 millions d'euros, précise le ministère. Ces pistolets de nouvelle génération remplaceront les armes actuellement en service, qui datent des années 1950, à savoir les pistolets automatiques MAC 50 de la Manufacture d'armes de Châtellerault, fermée à la fin des années 1960, et les PAMAS G1 de la Manufacture d'armes de Saint-Etienne, qui a fermé ses portes dans les années 2000. Depuis, les pistolets Glock, notamment le Glock 17, ont conquis une vingtaine de forces armées et des centaines de forces de police. Le Glock 17 équipe d'ailleurs déjà le GIGN, le RAID et les forces spéciales. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Tous les achats d'armes ne sont pas des marchés publics de défense et sécurité

La direction générale des infrastructures, des transports et de la mer du ministère de la Transition écologique et solidaire avait lancé une procédure pour la passation d'un accord-cadre mono-attributaire à bons de commandes portant sur la fourniture de pistolets. La veille de la date limite de remise des offres, la société Sunrock a saisi le juge du référé précontractuel du tribunal administratif (TA) de Cergy-Pontoise. Estimant que la rédaction des spécifications techniques l'empêchait de se porter utilement candidate, la société Sunrock a demandé au TA d'annuler la procédure en cours. Ce dernier ayant fait droit à cette demande, la ministre de la Transition écologique et solidaire a saisi le Conseil d'Etat d'un pourvoi en cassation. Selon la ministre, le TA n'était pas compétent pour annuler la procédure. En effet, l'article L. 551-2 du code de justice administrative restreint les pouvoirs du juge du référé précontractuel qui, dans le cadre d'un marché de sécurité ou de défense, "ne peut pas annuler les décisions qui se rapportent à la passation du contrat". Dès lors, pour savoir si le TA était bien compétent pour annuler la procédure, le Conseil d'Etat a dû déterminer si le marché en litige était un marché public ordinaire ou bien un marché de défense et de sécurité. S'appuyant sur la directive européenne du 13 juillet 2009, les juges de cassation ont rappelé que les marchés de défense et de sécurité concernaient uniquement les fournitures militaires, également qualifiées de "matériel de guerre" ainsi que les "équipements sensibles", "nécessitant ou comportant des informations classifiées". Dans le marché en cause, les armes étaient destinées à équiper la police des mers, sans aucun but militaire. Le marché ne pouvait donc pas être considéré comme un marché de défense et de sécurité. Dès lors, le TA était tout à fait compétent pour annuler la procédure en cause. Le Conseil d'Etat a donc rejeté le pourvoi de la ministre. >> Lire l'article complet sur le site Banque des Territoires

Il est grand temps de connecter la commande publique et la filière de la communication

Par Romain Bégramian, ESSEC 94, est président de la société Vecteur Plus, leader de la veille des marchés publics - "Trop peu d'acteurs de cette filière profitent de la commande publique du fait de leur ignorance et de leurs préjugés. Pourtant l'Etat et les acteurs publics sont désormais des payeurs exemplaires. Alors comment connecter ces deux mondes et favoriser les synergies ? Il existe tout d'abord des outils de veille qui sont très performants et facilitent l'identification des bonnes informations avec le minimum de "bruit". Il faudrait également favoriser des rencontres entre acheteurs publics et entreprises innovantes de la filière, l'Observatoire COM MEDIA rassemble l'écosystème parfait pour organiser des rencontres entre des acheteurs publics triés sur le volet et des entreprises innovantes répondant aux besoins afin de monter rapidement des collaborations opérationnelles. De plus, le buzz positif autour de ces rencontres contribuerait à combattre les clichés et rétablir la vérité sur la commande publique." >> Lire l'article complet sur le site de Com Média


Supply chain

L'"Amazonification" des chaînes d'approvisionnement

Les données combinées à des analyses avancées peuvent fournir une orchestration de bout en bout des milliards de produits traversant les différentes étapes de leur cycle de vie au sein de l'écosystème global. Cela comprend la création d'un jumeau numérique, représentant l'état en temps réel du produit et permettant de nouveaux services de partenaires logistiques, tels que la conformité, la sérialisation et la traçabilité. Les chaînes d'approvisionnement d'aujourd'hui sont fondamentalement transformées, avec des effets perturbateurs dus à la numérisation. Ils changent d'entreprise en ce moment même. Les capacités de la chaîne d'approvisionnement n'ont jamais été statiques; elles n'ont pas non plus été aussi dynamiques, agiles, potentiellement intelligents et complexes qu'elles évoluent aujourd'hui pour répondre à une demande variable. >> Lire l'article complet sur le site de SupplyChainBrain

France Logistique sur les rails

Remis le 16 septembre 2019 au Premier ministre Edouard Philippe, le rapport Hémar-Daher sur la compétitivité logistique française préconisait la création d'une plateforme dédiée à la filière. C'est chose faite avec le lancement de France Logistique le 8 janvier 2019, à l'occasion de son premier conseil d'administration. Concrètement, cette plateforme associative, présidée par l'ancienne ministre et ex-présidente de la RATP et de la SNCF Anne-Marie Idrac, vise à coordonner l'ensemble des acteurs de la chaîne logistique en lien avec les pouvoirs publics, en portant une vision et une voix unifiée, tout en faisant émerger des solutions concrètes. Alors que la France se situe actuellement au 15e rang du classement Logistics Performance Index 2018 de la Banque mondiale, derrière l'Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique, il s'agit de faire revenir l'Hexagone dans le top 10 mondial. >> Lire l'article complet sur le site de VoxLog

Volkswagen verdit sa logistique maritime

Première mondiale dans le transport roulier de haute-mer, deux navires car-carriers propulsés au gaz naturel liquéfié (GNL) ont été baptisés le 15 novembre à Xiamen en Chine. A l'initiative de Volkswagen et de son transporteur maritime norvégien Siem Car Carriers retenu sur appel d'offre en 2015, cette innovation s'inscrit dans la stratégie à long terme du constructeur automobile. Laquelle prévoit le déploiement d'une supply chain neutre en carbone d'ici 2050. Sur l'ensemble de ses maillons logistiques, cette stratégie s'appuie notamment sur " l'utilisation accrue de camions GNL, la conversion de nos transports ferroviaires à l'électricité verte ou l'emploi de biocarburants dans le transport maritimes à courte distance ", précise Thomas Zernechel, directeur de Volkswagen Group Logistics. >> Lire l'article complet sur le site de Stratégies Logistique

Le transport maritime veut taxer son carburant de 2 $ la tonne

De nombreuses associations d'armateurs, qui représentent plus de 90 % des acteurs du secteur, ont proposé le 18 décembre dernier de créer une taxe sur le carburant, qui permettrait de financer le premier programme collaboratif de R&D maritime au monde dédié à l'élimination des émissions de CO2 du transport maritime international. La proposition comprend la constitution d'un fonds d'environ 5 ???????milliards de dollars sur une période de 10 ans, avec l'objectif de développer des navires "commercialement viables à zéro émission de carbone d'ici le début des années 2030". Le texte est notamment soutenu par la Chambre internationale de la marine marchande (ICS, soit 80 % des acteurs) ainsi que l'Organisation maritime internationale (OMI), le World Shipping Council (WSC) ou le BIMCO (Conseil maritime Baltique international). >> Lire l'article complet sur le site de Actu Transport Logistique

Fleet management

Bonus-Malus, TVS : les chiffres officiels de 2020

Le Gouvernement a finalement décidé de diviser par deux le bonus écologique alloué aux entreprises pour l'achat d'un véhicule émettant moins de 20 g/km de CO2, et ce dès cette année. Concrètement depuis le 1er janvier, pour les entreprises et les collectivités, le bonus écologique est ramené à 3 000 euros. Malgré les inquiétudes et les arguments en faveur des flottes d'entreprise, il passera à 2 000 euros en 2021 puis à 1 000 euros en 2022. Pour l'État, cette décision se justifie par la baisse attendue des prix des véhicules électriques, mais aussi "en raison des avantages fiscaux dont disposent les entreprises", notamment l'exonération de TVS. (...) Enfin, aucun bonus n'est attribué aux véhicules dont le prix est supérieur à 60 000 euros, quelle que soit la typologie de l'acheteur. Seule exception : les véhicules utilitaires légers et les véhicules fonctionnant à l'hydrogène, pour lesquels une enveloppe de 3 000 euros est préservée. >> Lire l'article complet sur le site de Automobile Entrepise

Travel management

La grande valse des marques

Une lame de fond agite aujourd'hui l'hôtellerie : un rythme effréné de lancements d'enseignes et de fusions-acquisitions. Sans doute les professionnels du secteur s'y perdent-ils aussi un peu, depuis que le rachat de Starwood par Marriott en 2016 a ouvert la voie à ces giga groupes autour desquels gravitent une myriade de marques. En avalant son concurrent américain, Marriott a accueilli dans son giron 11 enseignes, dont plusieurs stars, notamment Sheraton pour le côté business, mais aussi W, pionnière de l'hôtellerie design, ou encore les ultra luxueux St Regis. S'ajoutent à celles-ci ses propres blockbusters, notamment sa marque éponyme Marriott, pour former un solide ensemble de 30 marques parmi les plus réputées du monde hôtelier. >> Lire l'article complet sur le site de Voyages d'affaires

IT

Avec la 5G, le secteur manufacturier à l'aube d'une mutation

Selon Gartner, les usines intelligentes représentent une des opportunités majeures pour la 5G. Si la 4G/LTE existante peut encore répondre à un certain nombre de cas d'usage, la faible latence et la haute fiabilité de la 5G répondront davantage aux besoins du secteur. "Les entreprises industrielles attendent beaucoup et rapidement de la 5G", a déclaré Sachin Lulla, chef de la stratégie et de la transformation numérique au niveau mondial chez Ernst & Young. "Une nouvelle vague d'hyper-connectivité est en train de redéfinir l'entreprise. Avant l'énergie et les services publics, la santé, le secteur public et les transports, le secteur manufacturier sera le principal créateur de valeur pour ce qui est des investissements dans la 5G", a-t-il ajouté. "Aujourd'hui, l'absence d'une connectivité fiable, à faible latence et à large bande passante a eu un impact négatif sur l'adoption des technologies de pointe ayant besoin de ce type de support", a encore déclaré Sachin Lulla. "Mais tout cela va changer avec la 5G : la technologie apporte l'interconnectivité qui faisait défaut entre machines, matériaux et personnes, et libère des millions de dollars en valeur", a-t-il affirmé. "L'augmentation de la productivité, la diminution des stocks, l'amélioration du temps de disponibilité, la sécurité des travailleurs et la souplesse des chaînes d'approvisionnement sont à l'origine de ce surcroît de valeur", a-t-il ajouté. >> Lire l'article complet sur le site du Monde de l'Informatique

Focusmate : l'outil un peu creepy qui veut éradiquer la procrastination

Seriez-vous plus efficace si quelqu'un vous observait en permanence, lorsque vous travaillez ? C'est le pari de Focusmate, une plateforme qui met en relation les individus en mal de concentration par webcam interposée. À l'origine du projet, l'entrepreneur Taylor Jacobson. À l'occasion d'une discussion avec l'un de ses amis, procrastineur auto-proclamé et travaillant depuis chez lui, il tente une expérience. Les deux compères se connectent sur Skype, en même temps, pour une durée de 2h... et travaillent sans se parler, en laissant la vidéo tourner. Ils ne se parlent pas, mais prennent le soin d'établir des objectifs en amont, et de se tenir informé de leur progression - histoire d'avoir une certaine responsabilité vis-à-vis du travail rendu. Miracle : les deux jurent n'avoir jamais été aussi productifs de leur vie. >> Lire l'article complet sur le site de l'ADN


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

la rédaction

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet