Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Pourquoi travailler en mieux disant?

Publié par Camille George le | Mis à jour le
Pourquoi travailler en mieux disant?

Les techniques de référencement fournisseur ont évolué, se sont enrichies de nouveaux critères de sélection jusqu'à faire émerger une nouvelle approche : l'évaluation des offres au mieux disant. Mais qu'entend-on exactement par là et quels sont les leviers d'action pour travailler en mieux disant?

Je m'abonne
  • Imprimer

Que met-on derrière le terme "mieux disant"? Telle a été la question de départ du groupe de travail de l'ObsAR dont les travaux ont permis l'élaboration d'une nouvelle méthodologie achat, présentée lors du dernier Forum Achats Responsables.

Privilégier la mieux disance est-ce donc à dire qu'il faut systématiquement prendre l'offre la plus élevée? Même si les acheteurs ne se focalisent plus sur le seul critère prix depuis longtemps, ce ne serait pas raisonnable de s'en tenir à cette définition mais plutôt retenir celle-ci : "proposition qui constitue un progrès, un avantage supplémentaire".

Le groupe de travail de l'ObsAR s'est attaché à déterminer la meilleure façon d'identifier et d'objectiver des critères RSE qui auront un impact réel et mesurable sur la performance d'une offre. "Notre objectif était de permettre à l'acheteur de faire un choix justifié et réaliste au regard de la stratégie achat de son entreprise et des spécificités de ses besoins", explique Bertrand de la Fouchardière, directeur des affaires publiques chez 3M et membre du groupe de travail de l'ObsAR.

Les acheteurs sont de plus en plus enclins à intégrer des critères RSE dans leurs appels d'offres et plus largement dans tout le processus achat mais suivant l'activité de l'entreprise et ses caractéristiques de fonctionnement tous les critères RSE n'auront pas le même impact. Les critères RSE sont multiples avec des taux de faisabilité variables. La difficulté à lever était donc de trouver un moyen de prioriser les actions RSE par rapport aux risques et opportunités qu'ils représentent pour l'entreprise.

Lire la suite page 2 - La méthodologie APICE


La méthodologie APICE

Trois ans de travaux auront été nécessaires pour aboutir à l'élaboration d'un livrable et d'un outil opérationnel : la méthodologie APICE. Comprenez Alignement et Priorisation des enjeux stratégiques de l'achat, Identification et Calibrage des critères opérationnels à intégrer au dossier de consultation et Exécution, c'est-à-dire mise en oeuvre du mieux disant dans toutes les étapes du process achat, de l'appel d'offres jusqu'à la décision.

"Parmi les quelques 200 critères RSE répertoriés dans le livrable, l'acheteur va pouvoir identifier et sélectionner les plus pertinents par rapport à sa stratégie d'entreprise. Ces critères seront ensuite dispatchés dans toutes les étapes du process achat. L'acheteur pourra facilement identifier les coûts externes et internes liés à ces critères et ainsi identifier les opportunités et les risques dans son fichier coût pour valoriser et prioriser les actions, explique Bertrand de la Fouchardière. C'est un moyen de paramétrer et d'objectiver un certain nombre de choses qui n'étaient jusqu'à présent appréhendées que sous l'angle économique."

Cette méthode est applicable à toutes les catégories d'achats, pour tous les acheteurs et permet donc d'enrichir la cartographie des risques RSE. La Poste a ainsi utilisé la méthodologie sur l'achat de serveurs comme en témoigne Loan Chau, responsable achats responsables et engagement solidaire au sein du groupe La Poste et membre du groupe de travail de l'ObsAR. "Nous voulions que les nouveaux serveurs répondent à trois enjeux RSE. Nous avons donc décliner une dizaine de critères de sélection issus de la méthodologie parmi lesquels figuraient la protection des données, l'efficacité énergétique et la contribution au développement du territoire, détaille-t-elle. Cela nous a permis de prioriser nos actions RSE et d'engager un dialogue avec les fournisseurs sur la base d'éléments précis."

Loin de complexifier le process achat, la méthode APICE offre gain de temps et de pertinence et permet de consolider les compétences des acheteurs en matière d'achats responsables. "C'est une méthode qui a beaucoup de sens quelle que soit la taille de l'entreprise. Nous en sommes tellement convaincus que nous avons déposé la méthode et qu'elle sera très rapidement traduite en anglais", précise Bertrand de la Fouchardière.



Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page