Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Vers des transformations de fond dans l'agroalimentaire ?

Publié par MATHIEU NEU le | Mis à jour le
Vers des transformations de fond dans l'agroalimentaire ?

Dans un contexte d'émergence de nouveaux modes de consommation et de tension sur les prix et les approvisionnements, le secteur agroalimentaire est à la recherche de leviers de compétitivité. Ses développements futurs passeraient surtout par de l'intégration technologique et écoresponsable.

Je m'abonne
  • Imprimer

Le digital et l'écologie semblent être les deux leviers les plus prometteurs pour le développement futur de l'industrie agroalimentaire. C'est ce qui ressort de l'étude menée par le spécialiste du e-commerce BtoB Manutan qui vient de rendre ses conclusions après avoir passé au crible 145 entreprises du secteur.

Afin de faire émerger les évolutions et marges de progression, l'enquête s'est basée sur deux échantillons de populations : les acteurs représentant la moyenne du secteur de l'agroalimentaire sur une série de thématiques étudiées et qui donne ainsi une tendance globale, et les « best-in-class » regroupant les 20 % des entreprises réalisant les meilleures performances sur ces mêmes thématiques.

Achats de classe C

L'analyse se focalise sur les achats de classe C qui, à titre de rappel, concentre en moyenne 75 % du nombre de fournisseurs au sein des entreprises, impliquant ainsi une importante charge de travail, des coûts administratifs élevés, et bien sûr des impacts environnementaux non négligeables.

En termes de digitalisation, les industries du secteur sont encore aux prémices des transformations. Les transactions dématérialisées ne représentent que 33 %, en regroupant les solutions e-achats, e-ordering et e-invoicing, tandis que ce taux atteint 45 % au sein de la population « best-in-class ».

Dans le détail, il est à noter que la facturation électronique n'a été mise en place que dans 2 % des entreprises, alors que le calendrier relatif à la loi rendant son application obligatoire débute dès 2024.

Bien-être au travail

L'étude rappelle qu'en automatisant les tâches à faible valeur ajoutée, les collaborateurs ont la possibilité de se focaliser davantage sur des missions plus stratégiques, en faveur d'une productivité améliorée et du bien-être au travail. En matière de digitalisation des transactions, elle souligne que « les entreprises peuvent dans un premier temps s'orienter vers les sites web de leurs fournisseurs. Une solution simple et rapide à mettre en place, sans coût additionnel, ouvrant la voie à des gains rapides. »

Entammer la décarbonation

La transition environnementale forme l'autre axe essentiel à développer dans le secteur. L'agroalimentaire est le quatrième domaine industriel le plus émetteur de gaz à effet de serre. La valorisation des projets en faveur de la durabilité et de l'écoresponsabilité apparaît donc comme d'autant plus pertinente.

« La filière doit désormais entamer sa décarbonation et limiter ses émissions directes et indirectes. En matière d'achats de classe C, les entreprises ont besoin de s'appuyer sur une offre sûre et qualitative mais également sur des services circulaires tels que le réemploi des emballages, la reprise de l'ancien mobilier, ou encore la location de produits », conclut l'enquête. L'innovation se présente ainsi comme le tremplin qui permettra au secteur de concilier compétitivité et développement durable.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande