Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Publié par le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

Les échanges Procure-to-pay, davantage digitalisés

Une seconde enquête*, lancée directement auprès des fournisseurs au début de 2019, toujours par Acxias, tempère ces résultats. Parmi la soixantaine de répondants, de toute taille, une très large majorité assurent échanger de manière électronique avec tout ou partie de leurs clients pour être consultés en RFI/RFQ (84 %), répondre aux appels d'offres (93 %) et, surtout, recevoir des commandes (95 %). L'utilisation de plateformes digitales pour le pilotage de la relation est aussi très répandue, qu'il s'agisse de participer à des enquêtes d'évaluation (conformité, risque, performance, etc.) ou de gérer des plans de progrès.

En revanche, cette autre enquête confirme le retard en matière de transmission électronique des informations sur l'entreprise (enregistrement ou mise à jour), de participation à des enchères inversées, d'échange de documents de Supply chain et, plus encore, d'e-facturation, malgré la palette de solutions disponibles et le contexte réglementaire favorable. Les fournisseurs les plus en avance procèdent par envoi d'un document signé électroniquement (PDF par exemple) ou d'un message structuré (type EDI ou XML), sinon par numérisation ou par saisie en ligne de la facture sur un espace dédié. Plusieurs répondants recourraient aussi à une autre solution technique, assurant les contrôles liés à la "piste d'audit fiable".

En fait, la situation est là-encore très hétérogène, selon le secteur d'activité, le profil d'entreprise et les processus. Opérant dans une industrie très réglementée, Babb Co (Socomore), fournisseur de produits et matériels de contrôles non destructifs (200 clients pour 80 % des ventes, 8,2 millions d'euros de chiffre d'affaires), aurait ainsi peu de marge de manoeuvre et serait limité dans les interactions avec ses clients. Du coup, sur le processus S2C, peu d'entre eux demanderaient au groupe de se connecter à leurs systèmes.

Sur le P2P, hormis des flux EDI avec quelques gros clients, la collaboration digitale serait également limitée. Mais les lignes commenceraient à bouger, avec le lancement de petits projets et diverses expérimentations. Plus volontariste et davantage en pointe, compte tenu de sa dimension et de son historique, Manutan, fournisseur d'équipements industriels et de bureau (plus de 500 contrats grands comptes, 750 millions d'euros de chiffre d'affaires groupe), n'en ferait pas moins face aux mêmes problèmes. Même si l'ensemble des échanges avec ses clients sont concernés par la digitalisation, les flux Source-to-contract seraient moins prioritaires, puisque les négociations et la formalisation de contrats sont des opérations moins fréquentes. La mise en place d'interactions digitalisées ne semble pas non plus être la préoccupation des interlocuteurs traditionnels de l'enseigne, les acheteurs et les décideurs achats, même si certains prendraient toutefois peu à peu la mesure des enjeux.

(*) Baromètre de la Maturité Digitale des Fournisseurs. Initialement réalisée pour le compte de plusieurs grands donneurs d'ordres partenaires, cette enquête a été étendue à l'ensemble du marché. Le questionnaire est accessible en suivant ce lien.

Lire la suite en page 3 : Gérer la multiplicité des clients et de leurs solutions


Je m'abonne

Bertrand Gabriel, directeur, et Thierry Parisot, Acxias

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles