En ce moment En ce moment

Les arnaques aux faux fournisseurs

Publié par le - mis à jour à
Les arnaques aux faux fournisseurs

Les particuliers ne sont pas les seuls à subir des arnaques par le biais de leurs achats. Les entreprises sont, elles aussi, susceptibles d'en faire l'objet, et les sommes en jeu peuvent être considérables.

Je m'abonne
  • Imprimer

Si "l'arnaque au président" reste la plus connue et la plus spectaculaire, d'autres arnaques, moins compliquées, ciblant l'organisation achats et la comptabilité fournisseurs, existent aussi. Quelles sont-elles et comment s'en prémunir ?

La "nigériane"

Le nom de ce type d'arnaques trouve son origine dans le fait qu'elles sont souvent organisées à partir de pays de la côte ouest de l'Afrique. Elles surviennent souvent dans un contexte international, mettant en relation des entités basées dans différents pays et permettent ainsi de mettre à profit une communication plus limitée entre les acteurs.

Dans les faits, la manipulation est simple : l'entreprise arnaquée est contactée par un interlocuteur qui semble être l'un de ses fournisseurs étrangers. Ce dernier, basé dans un pays d'Asie par exemple, explique que sa société a changé de banque pour des raisons de qualité de prestations ou de sécurité insuffisante. Les paiements sont donc maintenant à effectuer sur un nouveau compte, hébergé dans une banque allemande par exemple. Suite à cela, les paramètres du vrai fournisseur sont modifiés dans l'ERP de l'entreprise arnaquée par le propre personnel de celle-ci. Le prochain paiement dû au fournisseur est logiquement envoyé sur le compte des fraudeurs, qui ne manque pas d'être vidé dès la réception du transfert.

Les fraudeurs ont rarement le niveau d'information suffisant pour cibler un transfert spécifique, mais avec un peu de chance, le prochain paiement est conséquent et peut atteindre des centaines de milliers d'euros, voire beaucoup plus. La société Michelin en a fait les frais en 2014 à hauteur de 1,6 million d'euros. La même année, le cabinet KPMG s'est, lui, fait escroquer de 7,6 millions d'euros.

La fausse commande

Cette fois, c'est plutôt le côté vente de l'entreprise qui est victime de l'arnaque. Cette pratique consiste à se faire passer pour une société connue le plus souvent et ayant pignon sur rue. Le but est d'agir en son nom afin d'effectuer une demande d'ouverture de compte client pour, ensuite, émettre de faux bons de ­commande. La clé étant d'induire en erreur des entreprises peu familières des procédures d'achat en vigueur dans la société usurpée. Une fois le bon de commande traité par le fournisseur abusé, il suffit de récupérer la ­marchandise à une adresse neutre ou dans un dépôt pouvant faire figure de centre de stockage. Le temps que le fournisseur se retourne vers la société ­"acheteuse" pour retard de paiement en présentant un numéro de commande inexistant, le lieu de ­livraison a cessé d'être utilisé par les fraudeurs depuis bien longtemps.

Les marchandises ciblées sont, en général, des produits largement répandus et susceptibles d'être utilisés par n'importe quel type d'entreprise. La société Engie en a ainsi fait la mauvaise expérience concernant des ­tentatives de création de comptes fournisseur à son nom et de fausses commandes pour du matériel ­informatique et bureautique.

Lire la suite en page 2 : Quelles solutions ?


Je m'abonne

Olivier Wajnsztok, AgileBuyer

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet