En ce moment En ce moment

Filière agroalimentaire: de nouvelles formes de relations innovantes et durables entre les acteurs

Publié par le - mis à jour à
Filière agroalimentaire: de nouvelles formes de relations innovantes et durables entre les acteurs
© tai111 - Fotolia

La chaire SDSC a présenté ses premiers résultats concrets : expérimentation de la blockchain pour la gestion commune et durable d'une supply chain pour la filière animale, et utilisation du big data pour écouter et analyser les nouvelles attentes des consommateurs pour la filière végétale.

Je m'abonne
  • Imprimer

Six ans après sa création par AgroParisTech soutenu par quatre mécènes*, la chaire SDSC (sustainable demand-supply chain, c'est-à-dire chaîne d'approvisionnement-demande durable) a présenté ses résultats. Son objectif initial visait l'imagination de nouveaux modes de construction et de pilotage des filières agroalimentaires, du producteur agricole au consommateur final en vue d'en accroître la durabilité. Organisée en équipes pluridisciplinaires, cette dernière a pu faire émerger de nouvelles organisations de flux physiques, informationnels et financiers ainsi que de nouvelles relations entre ces acteurs.

Quel bilan ?

Alors que deux thèses de recherche étaient soutenues - le bien-être alimentaire du point de vue du consommateur et une nouvelle traçabilité de la création de valeur durable, les résultats sont multiples. On compte notamment l'implication de la nouvelle génération d'ingénieurs (études et projets sur la demande consommateur, le développement durable et la traçabilité). De même, plusieurs expérimentations : l'utilisation de la blockchain sur une filière porcine (création de la marque la nouvelle agriculture par Terrena et Système U), ainsi que l'essai sur un produit issu d'une filière régionale (huile Lesieur par Avril et Système U) afin de faire jouer l'intérêt du consommateur pour le local.

De même, dans le cadre de l'accompagnement des acteurs de ces filières, un outil de modélisation a été créé, permettant de mesurer les performances économiques, sociales et environnementales de la supply chain dans son ensemble et de ses acteurs individuellement. Enfin, cette chaire a permis de mettre en place une étude basée sur le big data et le web-listening qui vise à expérimenter (pour Avril et Système U) un nouveau mode de recueil des attentes sociétales en matière de durabilité.

Enfin, pour donner de la visibilité au sujet, des interventions en colloques, publications d'articles scientifiques et la participation à plusieurs ouvrages ont été mis en place. Ainsi, cette collaboration rend elle possible des relations durables et innovantes entre tous les acteurs des filières agroalimentaire, l'incorporation du management de la demande à celui d'une supply chain, ainsi que la place du développement durable a sa place au coeur de la stratégie entreprises-clients.


* AgroParisTech, Think & Do Tank, établissement d'enseignement et de recherche (Institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement) a permis de créer cette chaire en mobilisant des acteurs complémentaires à cette démarche pour le développement des filières. Parmi elles : Terrena, première coopérative polyvalente agricole et agroalimentaire française qui expérimente des solutions innovantes issues de l'agriculture écologiquement intensive, plaçant au coeur du projet l'analyse de l'attente des clients, des consommateurs et de l'ensemble des acteurs de la chaîne agroalimentaire. De même, Système U, coopérative de magasins indépendants et quatrième groupe de distribution alimentaire pour qui la chaire SDSC a constitué un terrain de concertation et d'expérimentation de nouvelles approches collectives des acteurs de la chaîne alimentaire notamment en termes d'objectifs d'alimentation durable. Idem, Avril, acteur industriel et financier des filières des huiles et des protéines, pour qui la chaire a été un outil d'expérimentation et d'exploration sur des enjeux comme la traçabilité, l'anticipation et la compréhension des attentes consommateurs. Enfin, GS1, organisation mondiale de standardisation neutre et à but non lucratif créée par les entreprises pour développer la collaboration et le commerce entre elles, qui a travaillé sur ce projet avec Terrena sur l'expérimentation de traçabilité dans la filière avicole et sur la digitalisation des données de production.

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Par Synertrade

premiere vue cette loi peut representer de nouvelles contraintes pour les entreprises ainsi que des risques reputationnels et financiers Mais [...]

Sur le même sujet