En ce moment En ce moment

Logistique d'entrepôt: vers l'invasion des robots?

Publié par le - mis à jour à
Logistique d'entrepôt: vers l'invasion des robots?

Robots palettiseurs, chariots autoguidés, exosquelettes, drones... qu'ils soient autonomes ou collaboratifs, les robots débarquent en entrepôt. Une tendance boostée par les besoins de la logistique e-commerce.

Je m'abonne
  • Imprimer

Robots en stocks! La Fédération internationale de robotique (IFR) prévoit que le marché de la robotisation industrielle dépasse 30 milliards de dollars d'ici 2020 (14 milliards aujourd'hui) avec un parc mondial de 3 millions d'unités, contre 1,8 million aujourd'hui. "C'est un mouvement que nous avons pu observer lors du dernier SITL, témoigne Thomas Desplanques, le directeur du salon. Avec un maximum de développement sur l'automatisation du stockage, de la dépalettisation, de l'entrée en stock, de la préparation des commandes, de la palettisation des commandes, de leur expédition..."

On n'est plus dans la gadgetisation ni dans la science-fiction: les robots sont bien là mais avec une mission bien précise, mue par la nécessité d'un traitement flexible, efficace et automatisé des commandes de commerce électronique, la livraison le jour même devenant la norme. En chef de file de l'e-commerce, le géant américain Amazon fait office de précurseur dans le domaine de l'automatisation des entrepôts. Et ne s'arrête pas en si bon chemin: il vient encore de procéder à une acquisition dans ce domaine, celle de Canvas Technology, qui construit des wagons autonomes pouvant transporter des marchandises. Cette opération vient renforcer la division Amazon Robots, établie en 2012 après le rachat de Kiva Systems pour 775 millions de dollars.

Objectif donc: servir le commerce en ligne. Qui ne cesse de progresser. Selon McKinsey, il représentera 11% du retail en 2020 sur la zone Europe de l'ouest et la livraison B to C le jour même, franchira le cap des 3 milliards en 2020, soit 15% du total des livraisons.

La préparation des commandes, le gros défi de la robotisation

Cdiscount, notre "Amazon" français (neuf millions de clients livrés en 2018 pour 30 millions de produits expédiés en 2018), s'inscrit dans cette configuration. "Nous avons six villes en France où nous sommes capable de livrer le jour même de la commande, rapporte Pierre-Yves Escarpit, directeur général adjoint de Cdiscount. C'est possible notamment par les investissements réalisés dans l'automatisation de la préparation de commandes. Nous avons acquis des Skypods développés par Exotec, qui vont et viennent de manière autonome pour chercher les produits sur des racks jusqu'à dix mètres de hauteur. Grâce à eux, nous pouvons stocker cinq fois plus sur des étagères et le gain de productivité sur le temps de production est multiplié par 4." À date, huit skypods sont basés dans l'entrepôt de Cestas et 50, depuis début janvier, sont installés dans l'entrepôt de Réau en Seine-et-Marne.

Chez Scallog, ce sont de petits véhicules qui améliorent la productivité. "Au lieu d'envoyer un préparateur de commande collecter les produits dans les rayonnages de l'entrepôt (man-to-goods), ce sont les étagères de stockage qui viennent à lui (goods-to-man), décrit Olivier Rochet, président fondateur de la PME. Ces robots mobiles qui soulèvent (jusqu'à 600 kilos!) l'étagère et la transportent jusqu'à la station de préparation des opérations de picking ou de réapprovisionnement." À la clé, gain de surface et de main d'oeuvre, et une multiplication par trois de la productivité.

En chiffres


4 millions de robots en entrepôt d'ici 2025, soit 1000 fois plus qu'en 2018 (selon ABI research, Robotics in e-commerce Fulfilment).
Dans 70% des cas, la robotique permettrait une amélioration de plus de 10% en termes de productivité, d'efficacité et de capacité (Source: IDC).
50000 entrepôts seront automatisés d'ici 2025, contre 4000 en 2018 (selon ABI Research, Robotics in e-commerce Fulfilment).

Améliorer la vitesse d'exécution fait aussi partie des axes stratégique du groupe Fnac-Darty, comme l'explique Olivier Theulle, directeur des opérations et membre du Comex du groupe. "De fait, nous sommes passé d'une supply chain orientée usine à une supply chain orientée client, pour répondre notamment aux nouvelles exigences de rapidité de livraison. Par ailleurs, près de 20% de notre chiffre d'affaires est réalisé en ligne aujourd'hui dont la moitié en omnicanal. Donc la logistique du groupe (11 sites en Europe dont six en France) est au service de ce commerce unifié, qui gère 180 millions de colis chaque année sur l'Europe."

Un vaste chantier qui a conduit à plusieurs solutions automatisées, comme par exemple les "pocket sorter", qui permettent de trier automatiquement les commandes pour les petits articles. Et l'emballage? C'est aussi un point que l'on peut optimiser avec les robots. "Chez Cdiscount, nous avons décidé de travailler avec Neopost Shipping, témoigne Pierre-Yves Escarpit. Cette machine mesure le volume de la commande et découpe automatiquement à la taille le carton pour l'emballer. CVP 500, c'est le nom de la machine. Nous en avons quatre, ce qui nous permet d'économiser 10000 camions sur les routes."

À plus grande échelle, les gains seraient colossaux: dans une étude sortie l'an dernier, l'université du Michigan a calculé qu'une amélioration de 1% du taux de remplissage des camions permettrait un gain de 15 milliards de dollars annuels, sur le seul continent américain.

L'entrepôt, futur nid à drones?

Autre champ d'investigation de la robotisation d'entrepôts, celui des inventaires. Pour un entrepôt donné de 25000 références, on peut mobiliser jusqu'à 100 personnes sur deux jours, selon le cabinet de conseil Argon. Alors qu'avec deux drones, l'ensemble du stock peut être scanné en deux jours! Le compte est vite fait. Entre autres, par la centrale logistique de L'Oréal Cosmétique Active International, qui a retenu Eyesee d'Hardis Group pour réaliser une partie de son inventaire annuel. Cette solution de drone, combinée avec la mise en oeuvre de standards d'étiquetage et de classement des palettes (la centrale en compte près de 25000), a réduit par trois le temps d'inventaire. "Cette innovation nous évite d'arrêter la centrale pendant trois jours pour réaliser l'inventaire annuel et nous permet d'offrir un meilleur service à nos clients pendant cette période", complète Guillaume Bosselin, directeur de la centrale logistique.

AGV, bras articulé, drone... Tous ces robots ont vocation à devenir de plus en plus autonome grâce à l'intelligence artificielle. Demain, ils contribueront à créer un nouveau type d'entrepôt, capable de fonctionner 24 heures sur 24. Avec ou sans humain? Chez Uniqlo on a presque tranché: l'enseigne a réussi à réduire de 90% son personnel dans un premier entrepôt automatisé à Tokyo. Pour autant, difficile d'atteindre 100% selon les experts, qui estiment que l'avenir réside plutôt dans le développement d'un monde où l'"homo logisticus" cohabiterait avec ces machines.

3 questions à Rémi Coolen, business solution director chez Manhattan Associates


À quelle problématique retail répond la robotisation?
Elles sont plusieurs, liées au développement du commerce omnicanal. D'abord, le nombre de plus en plus élevé de commandes, avec un nombre d'articles réduit par colis et des délais de livraison accélérés, entraînant une multiplication des flux. Ensuite, une multiplication des références à stocker. Traditionnellement, l'entrepôt était comme un magasin: on prélevait dans le même ordre. Avec la multiplication des formats, on se retrouve avec une plus grande variété de préparations de commandes. C'est pour toutes ces raison que la robotisation devient un sujet majeur pour les enseignes.

Quels conseils leur donnez-vous quant aux choix des solutions qui s'offrent à elles?
Bien souvent, elles vont chercher des solutions répondant à des process particuliers: ce qui les amène à faire cohabiter plusieurs systèmes en même temps. D'où l'intérêt d'utiliserun WMS (système de gestion d'entrepôt) ouvert, capable de dialoguer en temps réel avec eux. En outre, l'intégration entre les robots et le WMS contribue à fournir des données aux processus qui seraient autrement sous-optimisées avec des opérations manuelles. Également, nous leur conseillons d'anticiper: Comment sera demain? Quel sera le volume de commandes? Il faut prendre en compte que le futur du retail est de moins en moins prévisible. Par conséquent, il faut miser sur des solutions flexibles et agiles.

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus "bluffé" dernièrement?
Je peux citer celle de Kindred, une startup de la robotique dans laquelle a notamment investi Éric Schmidt. Elle offre un exemple intéressant avec sa solution de tri à la pièce basée sur l'intelligence artificielle. Le bras robotique "Sort" de Kindred sépare les articles dans des emplacements prédéterminés. Les employés déchargent ensuite les commandes triées et complétées. Autre innovation à suivre, celle de l'américain Locus Robotics. Les LocusBots se rendent de manière autonome vers les lieux de prélèvement. Ils apprennent automatiquement les itinéraires les plus efficaces pour les collectes et partagent les informations avec les autres robots. Les employés humains peuvent aussi interagir avec eux, ce qui leur permet d'exécuter plusieurs commandes en même temps.

Je m'abonne

Christelle Magaud

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet