En ce moment En ce moment

Fleet management - Vols de véhicules : prendre les devants

Publié par Jean-Philippe Arrouet le - mis à jour à
Fleet management - Vols de véhicules : prendre les devants

Alors que toutes les composantes du TCO seront sous tension en 2020, la maîtrise des coûts cachés est indispensable. Le vol en est un, qui mérite toute l'attention des gestionnaires. D'autant que la maîtrise de ce risque nécessite des mesures souvent simples.

Je m'abonne
  • Imprimer

C'est un signe. Le salon Flotauto a consacré l'une de ses conférences à la prévention du vol de véhicules. Le GIE Argos, qui rassemble les assureurs, a dénombré 120 000 vols de véhicules (hors deux-roues motorisés de moins de 50 cc) en 2017. Le chiffre est stable mais les pratiques évoluent. "Les années 2000 ont été celles du "car jacking", désormais les malfaiteurs recourent à la ruse et au vol électronique", pointe Anthony Tudal, aftermarket & dealer networks sales manager chez Vodafone Automotive. L'emploi de la technologie intervient dans 68 % des vols, un pourcentage en progression constante. "Les véhicules premium sont volés pour être revendus, en Europe de l'Est et sur d'autre continents, alors que les véhicules généralistes font l'objet d'un trafic de pièces détachées", analyse Olivier David, directeur commercial de Coyote System. Or, cette "disparition", souvent éclair, pénalise les entreprises, à l'image d'ADS Group, spécialiste de la télésurveillance : "Le gros point noir est de laisser nos commerciaux ou nos techniciens sans véhicule, ce qui impacte les plannings de l'entreprise. Sans compter le coût de location d'un véhicule de remplacement et la difficulté d'organisation pour le collaborateur", déplore Mélanie Ort, responsable achats et approvisionnement. Par ailleurs, le matériel transporté s'évanouit lui aussi. Chez ADS Group, chaque technicien transporte entre 4 000 à 6 000 euros d'outils électro-portatifs.

Réponses multiples

Autrement dit, c'est l'ensemble des coûts, directs et indirects, qu'une entreprise doit prendre en considération avant d'engager des dépenses de protection pour une flotte et en calculer le ROI. "Il y a un diagnostic à faire, selon le type de véhicule et le matériel à bord", évoque Jordan Pitaval, qui a mis en oeuvre plusieurs solutions complémentaires au sein d'ADS Group. "Nous avons la géolocalisation avec Mapping Control et un boîtier anti-démarrage qui nous permet d'immobiliser le véhicule à distance. En outre, sur certains utilitaires, nous avons installé un verrou Gatelock avec des clés spécifiques." Dans le groupe My Mobility, qui transporte des personnes en situation de handicap dans des véhicules aménagés, donc coûteux, la géolocalisation a fait ses preuves : "Nous travaillons avec Kuantic et nous retrouvons 90 % de nos véhicules en quelques heures. A condition d'aller très vite", insiste Jean-Charles Houyvet, directeur général adjoint. Ce responsable reçoit une alerte au moindre déplacement suspect et il lève le doute immédiatement, même en pleine nuit, avant de solliciter les forces de l'ordre.

Facteur humain

Reste que la géolocalisation n'est pas imparable. "Cette solution est accessible entre 10 et 20 euros mensuels par véhicule, mais il faut regarder si le prestataire propose des moyens humains, qui permettront de retrouver le véhicule rapidement", met en garde le responsable de Vodafone Automotive, dont la plateforme accompagne ses clients en 24/7. Chez Coyote System, une équipe de détectives "maison" se charge de guider policiers et gendarmes jusque dans les sous-sols si nécessaire. "Notre technologie fonctionne par ondes radio donc elle n'est pas sensible aux brouilleurs GPS. Aucun risque si les voleurs débranchent la batterie :"Nos boîtiers ont une alimentation autonome et ils sont cachés", affirme Olivier David. Pour sa part, Vodafone Automotive réagit au moindre comportement suspect : "Le client reçoit une alerte en cas de déplacement du véhicule contact éteint ou lorsque la batterie est débranchée. En outre, nous avons la possibilité d'actionner à distance le klaxon et les warnings", ajoute Anthony Tudal.

Des mesures simples

Protéger sa flotte passe également par des mesures simples. Chez My Mobility, la pose d'un logo "Véhicule géolocalisé" sur les carrosseries a réduit de moitié le nombre de vols. En outre, l'entreprise recommande à ses conducteurs d'utiliser les parkings souterrains surveillés. Le surcoût tarifaire est négligeable, compte-tenu de l'augmentation des frais de stationnement sur voirie liée aux FPS (forfaits post-stationnement). "Nous avons fait de la pédagogie auprès de nos collaborateurs en leur demandant de ne pas se garer dans des endroits sombres ou peu visibles et de privilégier le stationnement contre un mur", explique pour sa part Jordan Pitaval. "Il est nécessaire de rappeler les règles d'usage des véhicules une à deux fois par an " ajoute Olivier David qui insiste sur la nécessité d'être attentif au moment de fermer son véhicule, notamment s'il porte le logo de l'entreprise. Ce geste anodin peut être lourd de conséquences : "Il faut regarder autour de soi, surtout quand on transporte des marchandises de valeur, car les voleurs captent les radiofréquences de la télécommande du véhicule", avertit Anthony Tudal. Les équipements de piratage électronique abondent à bas prix sur internet mais leur portée dépasse rarement une vingtaine de mètres. Au moment de fermer la portière, jeter un rapide coup d'oeil autour de soi peut suffire à éviter le pire.

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet