Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Assurance des flottes : anticiper la dégradation annoncée

Publié par Jean-Philippe Arrouet le - mis à jour à
Assurance des flottes : anticiper la dégradation annoncée
© ©Maksim Kabakou - stock.adobe.com

Indépendamment de la crise sanitaire, le marché de l'assurance automobile a été confronté à des augmentations répétées de ses coûts qui se répercuteront, dès 2021, sur la tarification des flottes. Pour atténuer cet impact financier une gestion active des contrats s'impose aux entreprises.

Je m'abonne
  • Imprimer

"Il faut s'attendre à un durcissement du marché de l'assurance avec une augmentation des primes automobiles de 3 à 10 % au premier janvier 2021", a indiqué Etienne de Font-Réaulx. Intervenant lors du Fleet Activate 2020, le directeur du département automobile de Théorème confirmait un retournement de tendance du marché IARD (dommage aux biens) depuis deux ans, qui clôt une décennie de diminution des coûts. Les assureurs se trouvent confrontés à une diminution de la rentabilité des contrats, autrement dit du ratio sinistres à primes (S/P), imputable à l'inflation des coûts de réparation. "L'indice de référence SRA augmente de 3 à 5 %", a appuyé le courtier.

Malgré une baisse de fréquence des sinistres de 40 à 70%, selon les secteurs pour cause de confinement, elle devrait s'établir aux alentours de 10% à la fin de l'année 2020. Cela ne suffira pas à rétablir l'équilibre, or la réglementation interdit aux compagnies de compenser ces pertes au bilan par le rendement de placements financiers. Autrement dit, leurs résultats techniques assurantiels devront être dans le vert, quitte à rattraper les pertes en corrigeant les tarifs.

Jouer sur trois leviers

Avant de contacter leur courtier, les entreprises ont intérêt à identifier leur marges de manoeuvre qui concernent les garanties, la sinistralité et la négociation des prix. "Nous accompagnons nos clients dans des montages variés pour faire face à certaines augmentation de tarifs", a commenté Etienne de Font-Réaulx. Le principal étant le recours à une part d'auto-assurance, ce qui implique de se faire conseiller sur les limites de ce type de montage. "Il y a une optimisation réelle et immédiate à passer en auto-assurance mais attention à bien encadrer le travail avec les garages partenaires", a également averti le directeur.

Théorème propose d'ailleurs une application pour orienter les conducteurs vers des réseaux dont les tarifs de réparation ont été négociés. Deuxième levier, améliorer sa sinistralité en maîtrisant son risque routier. "On assiste à une augmentation des coûts de réparation en 2020 en raison des dépenses de désinfection liés au Covid et d'une hausse des tarifs appliquée par les garages qui n'ont pas eu assez de travail", a t-il poursuivi. Dernier point à exploiter : négocier les prix. "Au moment de renouveler des contrats avec une garantie dommage, il y a une opportunité à saisir en fonction des résultats", a glissé Etienne de Font-Réaulx. S'ils sont stables, il sera possible de négocier avec son assureur une participation au bénéfice sur l'exercice écoulé. Mais attention, de bons chiffres en 2020 uniquement ne suffiront, d'autant qu'il s'agit d'une année atypique. Il faudra montrer de bon résultats de sinistralité sur les trois ou quatre années précédentes pour être crédible.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande