Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Les FMers s'adaptent aux nouveaux besoins

Publié par le | Mis à jour le
Les FMers s'adaptent aux nouveaux besoins
© fivespots - Fotolia

La crise sanitaire bouscule les us et coutumes en place. Les grands groupes s'organisent, étudiant de près leur copie en matière de politique de travail, de stratégie immobilière et de gestion des services généraux. Une vraie opportunité pour les FMers qui voient leurs missions s'étoffer.

Je m'abonne
  • Imprimer

La Covid-19 a pris tout le monde de court. Depuis son apparition, "nous devons faire preuve d'une extrême agilité au jour le jour avec des répercussions en cascade. Encore plus aujourd'hui, la clé du succès demeure la cohésion et la communication entre le client et son FMer", résume Philippe Léonard, président d'Atalian Facilities. Cette pandémie a nécessité d'adapter le lieu de travail pour coller aux exigences sanitaires, tout en composant avec des budgets parfois fragilisés. "Afin de respecter les protocoles, il a fallu être innovants et adaptables pour repenser l'organisation des sites avec des impacts forts sur les prestations FM. Cela a notamment été le cas sur le périmètre nettoyage (désinfection des locaux), catering (fréquentation, distribution des repas, répartition des tables pour respecter la distanciation), sécurité-sûreté (outils de suivi d'affluence, caméra thermiques, sens de circulations)", détaille Aurélie Fort, Expert métier FM chez Epsa Groupe.

Depuis la fin du confinement, l'accent se porte également sur les services contribuant au bien-être et au confort pour rassurer et motiver les salariés de retour au bureau. L'Hospitality/Happy manager a d'ailleurs fait une entrée plus massive dans les grands groupes, notamment pour accompagner et guider les collaborateurs. "La Covid-19 a démocratisé l'implémentation de nouvelles technologies pour le travail collaboratif à distance et la gestion de vie sur site, comme le permettent les application smart office couplées à des solutions de capteurs et de géolocalisation", ajoute Aurélie Fort. Cette crise globale pourrait aussi offrir des opportunités aux FMers grâce à leur capacité à mutualiser et à diminuer les coûts. Clairement, les directions des achats ont un rôle à jouer en optimisant la gestion des achats non stratégiques qui renferment d'importants coûts cachés.

Réflexion accélérée

Loin d'être ponctué, l'épisode Covid-19 amène dès aujourd'hui à réfléchir à l'organisation du travail du monde d'après. "Les transformations sont profondes et structurelles", rappelle Philippe Léonard. Mais aussi aux conséquences que cela peut engendrer sur les contours des métiers du FM. "À terme, le FMer va devoir être en capacité de satisfaire à toutes les problématiques techniques, sanitaires et de qualité de vie au travail de son client sur un bâtiment donné. Le directeur de l'environnement de travail va devoir penser autrement son achat, contractualisant non plus pour de la maintenance mais pour un environnement de travail au sens large", anticipe David Ernest, directeur de l'innovation chez Vinci Facilities.

Pour l'heure, on constate que la Covid-19 a accéléré l'hybridation des espaces de travail, invitant les directeurs de l'environnement de travail (DET) à concevoir des espaces satisfaisant aux "nouvelles" habitudes des salariés sur site. Lorsqu'ils se déplacent, c'est davantage pour accomplir du collectif ou pour échanger avec leurs collègues. Depuis plusieurs années déjà, les bureaux individuels et cloisonnés ne sont plus légion, laissant place à des espaces partagés, ouverts et modulables. Cela a une incidence sur le FMer qui voit le champ de son périmètre d'interventions s'élargir au gré des demandes. "Les clients nous sollicitent pour les accompagner dans la transformation des usages de leurs locaux", illustre David Ernest.

S'intensifiant, cette tendance met en exergue la pluralité de lieux de travail existants et leur acceptation par les salariés. Cela risque d'amener les entreprises à réfléchir quant au maintien ou à la refonte de leur stratégie immobilière, surtout si le télétravail se poursuit après l'épidémie. L'important est de bien définir ses besoins et d'adapter en conséquence sa structuration actuelle pour la dynamiser. Bien appréhendée, elle peut constituer un moyen de fidéliser les équipes en place et d'attirer des talents. En cas d'incertitude, il peut être pertinent de lancer des expérimentations ponctuelles de manière à identifier les solutions les plus pérennes. "Les achats ne doivent plus fonctionner en mode linéaire mais en mode projet, en intégrant tous les services digitaux et IT, le pôle FM bâtiment et résidents", rappelle Aurélie Fort. En balbutiement, le corpoworking pourrait être un modèle en devenir. "Cela bouscule les métiers de l'immobilier, l'organisation du FM et le rôle du DET", synthétise David Ernest. L'offre doit encore prendre de la maturité. "Cela représente des opportunités pour les FMers ou les gérants d'espace de coworking puisque cela agrège des briques qu'ils maîtrisent déjà", estime-t-il.

Lire la suite en page 2 : Montée en compétences et en connaissances / Témoignage de l'Oréal


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande