Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Solutions cloud - À qui s'adressent les offres premium ?

Publié par MATHIEU NEU le | Mis à jour le
Solutions cloud - À qui s'adressent les offres premium ?

En s'appuyant sur les retombées de l'innovation permanente, les acteurs du cloud invitent massivement les entreprises à leur confier leurs données. Mais la sécurisation et la fiabilité sont d'autres exigences. Certaines offres qualitatives se positionnent dès lors comme la réponse à tous les enjeux.

Je m'abonne
  • Imprimer

Liberté d'installation, espace de stockage privatisé, garanties de transferts de données à très grande vitesse... Certaines offres cloud haut de gamme ont le vent en poupe. En mettant à disposition une informatique "comme à la maison", avec un degré de qualité et de sécurité sans faille, elles proposent de profiter du meilleur de la technologie l'esprit libre.

Deux catégories de clients semblent céder aux chants des sirènes du cloud premium : les plus exigeants et les plus craintifs. "Les entreprises qui restent sceptiques et attachées à leur infrastructure en propre y voient parfois une manière de négocier le virage du cloud sans pour autant trop s'éloigner de leurs convictions et priorités. Il peut s'agir d'une sorte de marchepied, avant de se tourner vers une offre de cloud public dans un deuxième temps", constate Antoine Passat, consultant spécialisé dans les achats de systèmes d'information chez EPSA. Les serveurs totalement dédiés et les infrastructures personnalisables associées permettent de rester au plus proche de ses besoins. L'intégralité du stockage en place peut être répliquée dans l'espace privé à l'aide d'outils tels que NetApp SnapMirror. En cas de nécessité, les opérations relatives à un plan de reprise d'activité ou de continuité d'activité se déroulent en toute simplicité.

Pour autant, l'adhésion à ce type d'offres n'est pas toujours pertinente. "Qui dit serveur dédié ne dit pas forcément haut de gamme ou avantageux. Dans ce cas, il arrive que l'on soit tributaire d'une configuration technique pendant plusieurs années, avec un manque d'évolutivité. Sans nécessairement s'en apercevoir, on peut progressivement développer une dette technologique", regrette-t-il. Tel un fil à la patte, le serveur dédié peut avoir comme conséquence le fait de se priver de l'essence même du cloud qui est la facilité d'adaptation à l'innovation technologique.

Pour profils exigeants

Le secteur bancaire, les sociétés d'assurance, font partie des principaux clients de ce domaine. Outre le haut de degré de garanties et d'exigences, les contraintes réglementaires justifient également ce type de choix, à l'image de certains acteurs publics, d'établissements de santé, d'hôpitaux, pour qui la zone géographique forme un critère important.

Le développement rapide du Big data et des objets industriels connectés favorise également cet essor. La diversification croissante des usages technologiques et l'explosion des quantités de données imposent de se doter des espaces et de la performance nécessaires, tout en assurant une sécurisation forte et un haut niveau de disponibilité des données à tout instant.

Avec l'appui de logiciels adaptés, les serveurs peuvent être reliés entre eux et les capacités d'accès agrégées. L'une des options pertinente consiste alors à se tourner vers un cluster permettant un datalake sur serveurs dédiés soumis à des coûts fixes, quel que soit le niveau de recours au big data et aux avalanches de requêtes qu'il suppose.

Le fournisseur OVHcloud propose une telle offre haut de gamme où les volumes et trafics n'induisent pas de frais supplémentaire. Tous les coûts sont donc connus en amont, à l'inverse d'un grand nombre d'offres packagées existantes sur le marché.

Le cloud devient peu à peu la configuration majoritaire pour de nombreuses tâches. Même les solutions RH, CRM, les ERP, sont de moins en moins hébergées au sein des murs des entreprises.

Eric Gatrio

Eric Gatrio, Country Applications Leader chez Oracle France, note que "les réticences qui empêchent les migrations de systèmes à l'heure actuelle concernent davantage l'industrie, en particulier dans le cadre de la transformation vers l'Usine du Futur. Bon nombre d'interrogations portent sur le niveau de disponibilité et d'efficacité des systèmes, alors que les interruptions de service ne sont pas plus fréquentes qu'avec un fonctionnement internalisé".

Les offres cloud haut de gamme se caractérisent par "des niveaux élevés de maintenance des applications, de hautes garanties de rapidité, de fiabilité dans les transferts de données. On observe aussi des engagements importants en matière de SLA (Service Level Agreement), d'indicateurs de performance. Les acteurs ayant des nécessités très fortes en matière de rapidité d'accès aux informations se trouvent dans le coeur de cible", estime Antoine Passat.

Lire la suite en page 2 de cet article: Les coûts, au coeur des arbitrages / 2021, année de toutes les réflexions


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande