Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

La réticence des achats publics au sourcing

Publié par le | Mis à jour le
La réticence des achats publics au sourcing

Crainte de corruption, de transmission d'informations susceptibles d'avantager le candidat, ou encore d'une sur-sécurisation des procédures : le sourcing n'a toujours pas fait sa place au sein des achats publics.

Je m'abonne
  • Imprimer

Armé d'un guide dédié au "sourcing opérationnel"(1), les acheteurs publics disposent d'une boîte à outils efficace : matrice SWOT, forces de Porter, Benchmark... Autant d'outils que d'opportunités de cartographier les achats publics, leurs familles et leurs enjeux. L'entame de la décennie et la déclinaison des politiques publiques placent les achats publics dans une ère nouvelle. Plus que jamais, la réglementation doit s'accommoder des exigences de performance achat. Et non l'inverse.

Une vision du sourcing freinée par le formalisme

Le sourcing est une étape incontournable des achats. Pourtant, les achats publics se focalisent autant, voire davantage, sur le formalisme entourant ce sourcing que sur le sourcing lui-même. A titre d'exemple, le guide précité s'attache à proposer des délais d'invitation, les modalités de celles-ci, le nombre de témoins, et même l'impérieuse nécessité de consacrer un temps identique à chaque fournisseur.

Le sourcing n'a pourtant pas été pensé avec autant de lourdeur.

L'Union Européenne, grand défenseur des entreprises et de leurs intérêts se limite à exiger "des mesures appropriées pour veiller à ce que la concurrence ne soit pas faussée par la participation de ce candidat". Mieux encore, l'exclusion d'une entreprise sourcée est à proscrire et les acheteurs publics sont incités à toutes les diligences nécessaires pour assurer la participation la plus larges des opérateurs économiques qui l'entourent.

Le véritable sens de la réglementation lié à l'achat public

Il faut alors éviter le travers par lequel l'acheteur public se focaliserait davantage sur le formalisme du sourcing que sur le sourcing lui-même. Au risque de passer à côté du coeur du sujet : le savoir-faire de l'opérateur économique et la définition du besoin. Un sourcing réussi passe alors par le lissage de ces règles de sorte qu'elles soient présentes sans être perceptible au cours de l'échange. A cet effet, l'acheteur public doit devenir un acteur majeur du sourcing et exister bien au-delà des procédures dont il est le gardien.

Les ambitions communes des achats publics et privés

L'ambition du sourcing n'est pas, dès lors, de veiller au nombre de minutes d'une rencontre fournisseur, ni à la quantité de témoins assistants à l'échange afin de pouvoir, le cas échéant, justifier de son caractère non délictueux. A l'instar des achats privés qui se mettent constamment en quête de performance sous des formes toujours plus exhaustives, l'achat public poursuit également cet objectif.

La règlementation tend vers la performance davantage que vers la (sur)sécurisation. Face aux événements mondiaux, le levier "commande publique" s'inscrit comme un incontournable à tous les niveaux de la vie publique. Ainsi, par la promulgation de la loi ASAP(2) ou le déploiement du projet SPASER à plus grande échelle, les achats publics ont l'obligation de performer pour répondre à des besoins plus vastes et rayonner sur des sphères sociales, économiques et environnementales.

Indéniablement, le "marketing achat" devient la clef de voûte d'un besoin parfaitement défini. Le nouveau stade de la maturité des achats publics passe par un sourcing efficace, portant les enjeux actuels et futurs, et permettant à l'acheteur d'échanger avec les professionnels passionnés qui l'entourent. Ils sont prêts, eux aussi, à s'engager dans toutes les démarches d'innovations sociales, écologiques ou techniques que leurs environnements concurrentiels leur imposent sans que la réglementation n'ait besoin de le faire.

Les garanties procédurières sont indispensables, mais elles ne peuvent, à elles seules, résumer la fonction d'acheteur public. Bien plus qu'un garde-fou juridique, ce dernier doit s'inscrire comme le bras armé des exigences vertueuses qui pèsent sur les acheteurs soumis à la commande publique.

Pour en savoir plus

Alexis Delcroix, acheteur public devenu acheteur privé. Arrêter la faisabilité pour rechercher la performance.

[1] A retrouver ici : La DAE publie un guide de l'achat public sur le "sourcing opérationnel"

[2] Bien que temporaire, l'assouplissement des procédures a permis aux acheteurs les plus diligents d'acheter plus facilement sans s'écarter des principes de la commande publique.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page