En ce moment En ce moment

Publié par le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

208, une lionne prête à bondir

Cependant, la Clio va trouver une concurrente de taille sur sa route avec la deuxième génération de la 208, que Peugeot dévoilait également à Genève. Pour sa part, la marque au lion a choisi la rupture avec le style précédent en empruntant, pour sa citadine, les codes esthétiques affirmés avec succès sur la berline 508. À commencer par la fameuse calandre largement ouverte, façon dévoreuse de bitume et, à l'arrière, le bandeau noir qui ceinture les feux d'un côté à l'autre. Plus longue, plus large et plus basse, la citadine de Sochaux en impose. D'autant qu'elle ne commet pas d'impairs à l'intérieur avec une version revisitée de son i-cockpit en 3D, capable de hiérarchiser la projection des informations selon leur importance pour le conducteur, contribuant à une meilleure lisibilité et sécurité.

De ce point de vue, le constructeur veut convaincre avec une batterie d'aides à la conduite, plus habituelles dans le segment supérieur : freinage automatique d'urgence détectant les piétons et les cyclistes, régulateur de vitesse adaptatif ou encore aide au ­maintien dans la file et surveillance de la vigilance. Quant au multimédia, les collaborateurs pourront connecter leur smartphone grâce à la fonction Mirror Screen compatible avec Mirror Link, Android Auto et Appel Carplay.

Côté motorisations, Peugeot crée la surprise en dévoilant, en complément des diesels et essence, une version 100 % électrique de 100 kW et 260 Nm. La batterie de 50 kW (garantie 8 ans ou 160 000 km à 70 % de sa capacité) assurera une autonomie de 340 km (WLTP). En alternative à la recharge domestique (en 5 h 15, 8 heures ou 16 heures), le constructeur a rendu possible l'utilisation de bornes publiques jusqu'à 100 kW pour reconstituer 80 % de la charge en 30 minutes. Mais l'essentiel des ventes flottes de la 208 devrait se partager entre les motorisations essence, avec le PureTech 1.2 L (de 75 à 130 ch), et, surtout, diesel, grâce à un 1.5 L BlueHDi de 100 ch.

Avec un meilleur aérodynamisme, une plateforme (CMP) allégée de 30 kg, des pneus à basse résistance au roulement et une optimisation de la chaîne de traction, la marque sochalienne vise clairement un abaissement des niveaux de CO2 par rapport à l'ancienne génération (ce que devront confirmer les tests d'homologation en cours).

Lire aussi en page 3 : Les challengers se démarquent
Je m'abonne

Jean-Philippe Arrouet

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Fleet

Par Nicolas Valeano

Les gammes électrifiées des constructeurs se développent à pleine vitesse. Véhicules électriques, hybrides, hybrides rechargeables, VU électriques [...]