Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

2018 : une année travel sous le signe de l'embellie économique

Publié par Marie-Amélie Fenoll le
2018 : une année travel sous le signe de l'embellie économique

Je m'abonne
  • Imprimer

Zoom sur la zone EMEA : les incertitudes politiques modèrent les attentes

Le Brexit pourrait avoir un impact sur les voyages dans toute l'Europe, les activités des transporteurs et les demandes des passagers pouvant changer. Les transporteurs britanniques verront les tarifs aériens rester stables. Les fournisseurs de services aériens et ferroviaires desservant la région se pencheront sur l'état des négociations du Brexit pour déterminer comment leurs opérations pourraient être affectées par la redéfinition du contrôle frontalier et des droits de trafic aérien avant l'échéance de 2019.

Toute l'Europe, à l'exception du Royaume-Uni et de l'Espagne, s'attend à des hausses notables des tarifs hôtels. En effet, les établissements de toute la région enregistrent une croissance de la demande tirée par le tourisme, qui a dépassé les augmentations limitées de l'offre. C'est également le cas pour le transport terrestre dont la demande a augmenté, et pour le segment de la location de voitures qui devrait légèrement croître. Toutefois, la concurrence agressive entre les fournisseurs de véhicules de location, ainsi que la préférence de la Génération Y pour le covoiturage et les transports publics, maintiendront les prix relativement stables.

Dans le détail, les hausses de tarifs hôteliers les plus fortes (3%) devraient impacter la Pologne et l'Afrique du Sud. Viennent ensuite l'Allemagne et la Pologne avec une hausse de 2,5%. La France, devrait quand à elle, subir une hausse de 2,2%. En ce qui concerne la location de voitures, le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne subiront une légère hausse de 1%. Côté transports aériens, les hausses les plus fortes concernent l'Allemagne avec +4,25% pour les courtes distance en classe éco et +2,75% pour la longue distance classe affaires. La France de son côté, affiche une baisse d'1% pour les courtes distances en classe éco et une hausse de 2% pour les vols longue distance classe affaires.

Je m'abonne
Marie-Amélie Fenoll

Marie-Amélie Fenoll

Journaliste

Journaliste depuis près de 6 ans, j’ai rejoint l’univers des achats et de la presse professionnelle en 2010. Un nouveau monde s’est ouvert à moi sur le [...]...

Voir la fiche

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet